Agroécologie 2 min

Alternatives au glyphosate en viticulture, une évaluation économique

INRAE publie une évaluation économique des pratiques de désherbage alternatives au glyphosate en viticulture. Ce travail d’expertise a été réalisé à la demande du Premier Ministre, en relation avec les ministères en charge de l'Agriculture et l'Écologie. Il vise à fournir à l’Anses des éléments sur les impacts économiques du retrait du glyphosate.

Publié le 01 janvier 2020

illustration Alternatives au glyphosate en viticulture, une évaluation économique
© INRAE, Patrick Andrieu

La viticulture, un secteur fortement consommateur de glyphosate

La viticulture est un secteur fortement utilisateur de glyphosate. Le rapport INRAE de 2017 (Reboud et al. 2017) a permis une première identification des utilisations du glyphosate en viticulture et des alternatives possibles. Il estime que la quantité de glyphosate en viticulture varie de 400 à 1000 g/ha. Ce chiffre peut être rapproché de celui obtenu dans les données de vente (Base nationale de Données des ventes de pesticides). Ainsi la carte des quantités à l’hectare établie par Commissariat général au développement durable, à partir de ces données, montre que les zones les plus consommatrices de glyphosate (plus de 1 kg/ha) correspondent largement aux zones viticoles. (voir annexe 1  de ce rapport).

En 2020, l'Anses doit se prononcer sur le renouvellement des autorisations de mise en marché (AMM) des produits contenant du glyphosate. L’analyse des AMM se fait selon le règlement 1107/2009, qui mentionne à l’article 50, que le retrait peut se faire s’il existe des alternatives d’usage courant, sans impact environnemental et sans impact économique majeur.

Identification et coût des alternatives au glyphosate en viticulture

Dans ce cadre, INRAE a identifié et analysé les alternatives à l'usage du glyphosate en viticulture, basées sur des méthodes non chimiques, en évaluant, sur la base de données publiques ou publiées, si elles sont d’usage courant (mises en œuvre dans différents contextes par des agriculteurs).  Les impacts économiques ont été documentés afin d'évaluer les coûts.

Plus précisément, deux types de travaux ont été entrepris :

  • d’une part un recensement des études publiées par les chambres, les instituts techniques et organismes professionnels agricoles sur le sujet
  • et d’autre part un traitement statistique spécifique de l’Enquête Pratiques Culturales en viticulture de 2017 (SSP 2017) avec estimation des coûts de chaque pratique et chaque intervention.

Enfin, un traitement des données du RICA par bassin viticole permet de mettre les différences de coût entre pratiques en regard des résultats économiques des viticulteurs.

Lire le rapport complet :

Rapport Alternatives au glyphosate en viticulture : évaluation économique, juillet 2019

 

 

 

En savoir plus

Agroécologie

Usages et alternatives au glyphosate dans l'agriculture française

Suite à la lettre de saisine des Ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation, de la Transition écologique et solidaire, de la Santé, et de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation du 2 novembre dernier, INRAE a remis le 30 novembre 2017 aux Ministres concernés son rapport sur les usages et les alternatives au glyphosate dans l’agriculture française.

13 décembre 2019

Agroécologie

3 questions à… Christian Huyghe, sur le PPR « Cultiver et protéger autrement »

Le PPR, qu’est-ce que c’est ? Le Programme prioritaire de recherche (PPR) « Cultiver et protéger autrement » a pour objectif de mobiliser les leviers de l’agroécologie, du biocontrôle et de la prophylaxie pour arriver à une agriculture performante et durable. C’est pour répondre à une demande sociétale forte, à des objectifs des politiques publiques et de programmation de la recherche que ce programme a été mis en place à un niveau national pour des systèmes de production mobilisant des modes de protection des cultures autres que les phytosanitaires. Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture d'INRAE, répond à nos questions.

27 février 2019