Nous connaître

INRAE, l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement est né le 1er janvier 2020. Il est issu de la fusion entre l’Inra, Institut national de la recherche agronomique et Irstea, Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture.

Une ambition pour la vie, l'humain, la terre

L’humanité et la planète font face à un changement global qui crée de nouvelles attentes vis-à-vis de la recherche : atténuation et adaptation au changement climatique, sécurité alimentaire et nutritionnelle, transition des agricultures, préservation des ressources naturelles, restauration de la biodiversité, anticipation et gestion des risques. S’y ajoutent des enjeux plus territorialisés qui incluent les conditions de vie et de rémunération des agriculteurs, la compétitivité économique des entreprises, l’aménagement des territoires, l’accès à une alimentation saine et diversifiée pour chacun.

INRAE, Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement est né le 1er janvier de la fusion entre l'Inra et Irstea

Premier organisme* de recherche spécialisé sur ses trois domaines scientifiques, INRAE, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement contribue à relever ces défis. En proposant par la recherche, l’innovation et l’appui aux politiques publiques de nouvelles orientations pour accompagner l’émergence de systèmes agricoles et alimentaires durables, INRAE ambitionne d’apporter des solutions pour la vie, les humains et la terre.

Par le rapprochement de l’Inra, Institut national de la recherche agronomique, et Irstea, Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, deux établissements reconnus pour la qualité de leur recherche et leur expertise, INRAE atteint une masse critique et mutualise des infrastructures de recherche importantes (observatoires, plateformes, banque de données) pour certaines uniques en Europe. Cette nouvelle position permet à INRAE des plus-values notoires dans différents domaines, comme les sciences de l’eau, les approches à l’échelle des territoires, la conservation et la restauration de la biodiversité, l’anticipation et la gestion des risques ou l’agriculture numérique.

*Index de spécialisation : part d'INRAE dans les 10 domaines suivants /part d'INRAE toutes disciplines confondues du Web of Science au niveau mondial : Agriculture, Plant sciences, Veterinary sciences, Genetics & heredity, Food science & technology, Nutrition dietetics, Biotechnology & applied microbiology, Environmental sciences & ecology, Water resources, Microbiology.

"On n'a jamais eu autant besoin de recherche" : Lire la suite

Une recherche utile à la société

Notre vocation est de

  • Produire et diffuser des connaissances pour répondre aux enjeux de société
  • Mobiliser ces connaissances au service de l’innovation, de l’expertise et de l’appui aux politiques publiques

grâce à une démarche qui s’appuie sur :

  • Une analyse interdisciplinaire et prospective des enjeux
  • Une recherche repoussant les limites de la connaissance et porteuse de rupture
  • Des partenariats académiques aux échelles régionale, nationale, européenne et internationale, avec une implication forte dans les écosystèmes régionaux de l’Enseignement supérieur et la recherche
  • Une expertise et un appui aux politiques publiques depuis l’échelon local jusqu’à l’international
  • Des partenariats avec les acteurs du terrain : agriculteurs, entreprises, ONG, collectivités territoriales... chacun dans leur diversité d’orientations et de modèles
  • Des dispositifs d’innovation ouverte qui permettent la circulation des idées, des connaissances et des expériences
  • Des infrastructures de recherche et de données partagées
  • Un dialogue avec les citoyens pour expliquer, débattre et participer.

Et nous engageons à appliquer les principes éthiques et déontologiques.

 

Un institut responsable

Nos orientations, nos pratiques de recherche peuvent s'inscrire dans des sujets qui font débat au sein de la société, et nos résultats de recherche peuvent nous donner matière à éclairer ces débats. 

Nous engageons à appliquer les principes éthiques et déontologiques de responsabilité, impartialité, intégrité, dignité et probité dans la réalisation de l’ensemble de nos missions.

Nous nous appuyons sur les réflexions de notre comité d'éthique et de nos référents déontologie.

Sur quelques uns de ces sujets, INRAE a formalisé ses principes, positions ou stratégies institutionnelles, ou encore formulé des avis, éclairés par les réflexions éthique et déontologique.

Artères de poisson en microscopie optique
Un institut responsable >>
Comité d'éthique
Comité d'éthique >>

Agriculture, alimentation, environnement : des thématiques croisées

Les défis qu’INRAE veut relever avec ses partenaires dépassent les frontières géographiques et sectorielles. Nos approches doivent donc être transversales à nos trois piliers fondateurs que sont l'alimentation, l'agriculture et l'environnement pour intégrer leurs interactions. Elles nécessitent des démarches systémiques et interdisciplinaires pour proposer des réponses durables.

Six thématiques majeures, inscrites dans les objectifs du développement durable :

  1. Changement climatique et risques
  2. Agroécologie
  3. Biodiversité
  4. Alimentation, santé globale
  5. Bioéconomie
  6. Société et territoires

Carte d’identité du nouvel EPST

INRAE est un EPST, Etablissement public à caractère scientifique et technologique créé le 1er janvier 2020 et issu de la fusion de l’Inra, Institut national de la recherche agronomique et Irstea, Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture. Il est sous la tutelle conjointe des ministères en charge de la Recherche, l’Enseignement supérieur, la Recherche et l’Innovation (MESRI) et celui en charge de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA). Il développe des collaborations importantes avec le ministère en charge de la Transition écologique et solidaire (MTES) selon des conventions cadre dédiées.

 Selon son décret fondateur (n° 2019-1046 du 10 octobre 2019), INRAE a pour missions

« de réaliser, d'organiser et de coordonner, à son initiative ou à la demande de l'Etat, tous travaux de recherche scientifique et technologique dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, de la forêt, de l'environnement, de l'eau, de la biodiversité, de la bioéconomie, de l'économie circulaire, de la gestion durable des territoires et des risques dans les champs de compétence précités.

« A ce titre, l'institut :
« 1° Produit, publie et diffuse les connaissances scientifiques résultant de ses travaux de recherche et d'expertise ;
« 2° Organise, en l'absence de dispositions ou clauses contraires, l'accès libre aux données scientifiques et aux publications ;
« 3° Concourt à l'élaboration de la politique et de la stratégie nationale et européenne de recherche ;
« 4° Apporte son concours à l'enseignement supérieur et à la formation à la recherche et par la recherche dans ses domaines de compétence ;
« 5° Etablit et met en œuvre des partenariats avec les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ;
« 6° Contribue, par la valorisation de ses compétences, de ses savoir-faire et des résultats de la recherche, à la conception d'innovations technologiques et sociales ;
« 7° Contribue au développement de la capacité d'expertise scientifique et technologique, conduit des expertises et contribue aux activités de normalisation, en appui aux politiques publiques, aux fondations et associations reconnues d'utilité publique, pour répondre aux enjeux du développement durable ;
« 8° Participe aux débats qui portent sur la place de la science et de la technologie dans la société. »

Quelques chiffres
  • 8 413 agents titulaires (en équivalent temps plein) & 3 110 agents contractuels
  • 18 centres de recherche, 14 départements de recherche
  • 268 unités de recherche, de service et expérimentales
  • 5721 publications de rang A en 2018
  • plus de 50 % de nos publications en collaboration avec un autre pays
  • plus de 450 partenaires socio-économiques
  • 30,9 M€ de recettes dont 9,1 M€ de redevance (licences, savoir-faire, certificats d’obtention végétales).
  • 5 instituts Carnot
  • 1 milliard d’euros de budget
  • 10 000 ha d’expérimentation