Expertise et appui aux politiques publiques

Changement climatique, raréfaction des ressources, dégradation de l’environnement, urbanisation… transforment le monde et appellent un besoin croissant de diagnostic et d’anticipation scientifiques, de l’échelle locale à l’échelle globale. Les attentes de la société sur ces sujets renforcent le besoin de nourrir le débat public. Nos expertises contribuent à l’élaboration et la mise en œuvre d’accords internationaux, tels que les accords de Paris sur le climat ou les objectifs de développement durable (ODD) des Nations-Unies, mais aussi de directives européennes, de plans nationaux, ou de politiques plus locales. Ces travaux participent également à éclairer la société et les décideurs et gestionnaires publics afin d’élaborer et accompagner des politiques adaptées et efficaces.

Un cadre international, une action à toutes les échelles

une approche systémique et intégrée des grands défis mondiaux en matière d’alimentation, agriculture et environnement

INRAE développe une capacité d’expertise, de prospective et d’appui aux politiques publiques avec une approche systémique et intégrée des grands défis mondiaux en matière d’alimentation, agriculture et environnement.

Les travaux sont menés en pluri et interdisciplinarité, incluant les sciences économiques et sociales. Ils assemblent savoirs, objets et méthodes scientifiques mobilisables pour une ingénierie de solutions nécessaire à l’élaboration de politiques publiques efficaces, de l’échelle régionale (métropoles et grandes agglomérations) jusqu’à l’échelle internationale. Pour cela, nous collaborons avec de grandes institutions telles que la FAO, la banque mondiale ou le GIEC, mais aussi, très souvent, avec les ministères et les parlements et institutions français et européens. Ce travail d’expertise et d’appui contribue à l’orientation de la recherche : à l’écoute de ses partenaires, INRAE anticipe les grandes évolutions de la société et de la science, se les approprie et les prend en compte dans ses programmes de recherche.

Eclairer et anticiper

Les expertises scientifiques collectives, les études et les prospectives visent à alimenter les débats sur les enjeux futurs de la société, à éclairer les parties prenantes et le débat public. Elles permettent d’anticiper, d’accompagner et de suivre les politiques en place – évaluation, indicateurs, améliorations, éclairages scientifiques – d’identifier les risques émergents et de détecter les signaux faibles, pour mieux définir les actions prioritaires en laissant le temps à la recherche de s’y préparer et de construire les possibles.

Plus particulièrement, les expertises scientifiques collectives permettent de faire l’état des connaissances scientifiques validées, en explicitant les consensus et les controverses scientifiques.

Les études peuvent mobiliser des connaissances disponibles non certifiées (ou littérature grise) et sont enrichies par des simulations à l’aide de modèles décrivant le fonctionnement des systèmes étudiés en intégrant les facteurs économiques et les stratégies des différents acteurs.

Les prospectives permettent d’éclairer l’avenir à long terme avec des scénarios contrastés. Elles produisent des savoirs à partir des connaissances tirées de l’expérience des acteurs impliqués.

Aide à la conception et à l’évaluation de politiques publiques

Les chercheurs et les ingénieurs d’INRAE peuvent être mobilisés pour aider à concevoir des politiques publiques et leurs instruments, par des évaluations ex-post et ex-ante. Ces travaux mobilisent différents départements scientifiques et s’appuient sur l’ensemble des disciplines : sciences économiques et sociales, sciences biologiques, agronomiques et de l’environnement, mathématiques. Ils se traduisent, soit par des groupes de réflexion pluridisciplinaires, comme celui de la mission sur la réforme de la PAC, soit par la participation d’experts scientifiques d’INRAE à des comités d’orientation mis en place par des partenaires (à l’exemple des réseaux français sur la santé animale ou sur la santé végétale, ou encore des comités « grands barrages »). Ils peuvent aussi prendre la forme de participations à des débats mis en place par les pouvoirs publics (Assises nationales des risques naturels, ou Assises de l’eau, Conseil national de l’alimentation ou de la restauration collective, États généraux de l’Agriculture et de l’Alimentation).

Quelques exemples récents

Paysage sur les bords de la Dordogne
L’agriculture européenne et l’innovation : quel rôle pour la PAC ? Note d'analyse commune INRAE-WUR >>
maria helena ramos
Crues, inondations, sécheresses... comment ne pas se laisser déborder ? Une expertise internationale >>
Verdissement du gaz - Prospective CRE - Restitution du 9 juillet
Jusqu’où la France pourrait-elle produire plus de gaz « vert » demain et à quel prix ? >>
Charcuteries
Effet d’une taxe environnementale sur les aliments à base de produits animaux >>

Dispositifs d’appui scientifique et technique à la mise en œuvre de politiques publiques

Ces activités sont mises en œuvre soit directement par des unités de recherche dans un continuum recherche/expertise/appui aux politiques publiques, soit par des structures internes ou partenariales dédiées au sein d’INRAE. La collaboration avec les acteurs territoriaux, la synergie des compétences et des savoirs autour d’une situation donnée permet l’élaboration d’outils techniques, de méthodes, de référentiels (bases de données, cartographies) en appui au déploiement des politiques publiques.

Quelques exemples :

  • Centre national de référence pour le bien-être animal (CNR BEA) http://institut.inra.fr/Partenaires/Monde-agricole-et-rural/Toutes-les-actualites/Centre-national-de-reference-pour-le-bien-etre-animal
  • Unité de service pour la cartographie et la surveillance des sols (Infosol)
  • Plateforme d’épidémiosurveillance http://institut.inra.fr/Partenaires/Enseignement-superieur-et-Recherche/Toutes-les-actualites/Epidemiosurveillance-en-sante-animale-signature-de-la-plateforme-ESA
  • Groupe d'Etude et de contrôle des Variétés Et des Semences (GEVES)
  • Collaborations avec la direction générale de la prévention des risques (DGPR) du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire  (MTES) sur les risques naturels (cf Service central hydrologique de prévention des inondations SCHAPI)
  • Appui mise en œuvre de la directive-cadre Eau (DCE) ou Pole ECLA réunissant l’OFB et INRAE http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/pole-recherche-et-developpement-sur-les-ecosystemes-lacustres