Société et territoires

Les sciences et recherches participatives à INRAE

Aujourd’hui, toute une diversité d’activités de recherches participatives s’est développée au sein d'INRAE et dans d’autres organismes de recherche. Elles répondent aux préoccupations toujours plus vives des citoyens quant à leur alimentation, leur environnement, leur santé, … et elles favorisent le dialogue entre science et société, tout en contribuant à mieux faire connaître la démarche scientifique.

Publié le 26 septembre 2018 (mis à jour : 21 février 2020)

illustration Les sciences et recherches participatives à INRAE
© INRAE

« Les sciences et recherches participatives sont des formes de production de connaissances scientifiques auxquelles participent, aux côtés des chercheurs, des acteurs de la société civile, à titre individuel ou collectif, de façon active et délibérée. » Voici la définition des recherches participatives énoncées dans la Charte des sciences et recherches participatives en France éditée en mars 2017. 

A INRAE, plus de 100 projets de recherches ont impliqué des non scientifiques. Qu'ils soient collecteurs de données ou parties prenantes dans le processus de recherche, leur implication est très variable. Quel que soit le degré d'investissement des acteurs de la société civile dans nos recherches, ces collaborations permettent de faire un lien entre la science et la société. Il s'agit pour la science d'être au plus près des attentes de la société, et pour la société de mieux appréhender la démarche scientifique, ses contraintes et sa rigueur. 

Le participatif à INRAE ? Un mot pour le définir : diversité !

La diversité se situe à la fois dans les domaines scientifiques, dans les objets de recherche, dans les dispositifs mis en oeuvre, dans le niveau d'implication, dans le type d'acteurs (partenaires, professionnels, amateurs, élèves, etc.) ou encore dans le type de production qui est issue de la collaboration : articles, outils, matériel génétique, évolution règlementaire, etc. 

Une nouvelle façon de produire des connaissances 

Mener des recherches participatives est un changement profond de la façon de créer et de faire circuler les connaissances qui demande aux chercheurs d'expliciter les finalités de leurs recherches, de stabiliser un vocabulaire commun, de clarifier conjointement l'objet de recherche ou encore d'élaborer des règles de fonctionnement et de partage des éventuels droits sur les résultats. Des projets qui demandent  du temps et les moyens nécessaires à la mobilisation des partenaires dans la durée (avec éventuellement l’aide d’un partenaire spécialiste de l’animation participative), des outils de financement adaptés tenant compte des spécificités des recherches participatives.

 

 

 

Le citoyen, ce scientifique. Quand la production du savoir scientifique se démocratise

Pour la science - Recherches participatives

"Nous avons tous la possibilité, à des degrés divers, de contribuer à l’édification de la science par des programmes de recherche participative. Ces pratiques, de plus en plus nombreuses, s’inscrivent dans une longue tradition, notamment à l’Inra." 
Lire l'article paru dans le magasine « Pour la science » – n°492 – octobre 2018, rédigé en partenariat avec l’Inra​​​​​​. Cet article traite de la question des Sciences et recherches participatives, avec plusieurs exemples de projets menés à l’INRA. 

> À lire sur le site de Pour la Science
 

Télécharger l'article : Le citoyen, ce scientifique pdf - 437.65 KB

 

 

Voir le site web dédié aux sciences participatives à INRAE

Patricia Léveillé / Elodie RegnierRédactrice

Contacts

Christophe Roturier Délégué aux Sciences en société DipSO

En savoir plus

Biodiversité

Lancement d'une campagne d'observation des rivières intermittentes à l'échelle européenne

COMMUNIQUE DE PRESSE - Selon les estimations actuelles, les rivières intermittentes, c’est-à-dire celles qui cessent de s’écouler ou s’assèchent une partie de l’année, représenteraient la moitié des cours d’eau de la planète. En dépit de leur proportion dans le réseau hydrographique mondial, leur fonctionnement et leur localisation restent mal connus. Considérées comme anecdotiques pendant longtemps, ces rivières sont ainsi peu prises en compte dans la législation relative à la gestion des cours d’eau. Pallier le manque de données sur ces rivières en mobilisant un réseau de citoyens partout en Europe, tel est l’objectif de la campagne d’observations sur six mois lancée dans le cadre du projet européen SMIRES1 , à l’initiative d’Irstea.

06 janvier 2020

Alimentation, santé globale

Nouveau : une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques

COMMUNIQUE DE PRESSE - Signalement-Tique ! Cette application est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android. L’Inra et l’Anses, avec le ministère des Solidarités et de la Santé, font appel aux volontaires qui souhaitent participer aux recherches pour la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

16 décembre 2019