Alimentation, santé globale 3 min

Tactiques anti-tiques

DOSSIER - Les tiques sont des vecteurs importants de maladies animales et humaines. Ce dossier rassemble quelques résultats marquants obtenus à INRAE sur ces acariens qui sont présents partout dans le monde.

Publié le 15 mai 2020

illustration Tactiques anti-tiques
© INRAE

Les tiques, vecteur important de maladies animales et humaines

Dans le monde, les tiques sont le 1er vecteur de maladies chez l’animal et le 2e pour l’homme (derrière les moustiques). Les maladies les plus connues chez l’Homme sont la maladie de Lyme (plus de 60 000 nouveaux cas diagnostiqués en France en 2018), l’encéphalite à tiques (fréquente en Europe du Nord-Est) ou encore l’anaplasmose granulocytaire (1)

Chez les animaux d’élevage, les tiques sont entre autres vectrices de parasites responsables de babésioses ou de theilerioses notamment en zones tropicales (2). Les animaux domestiques, tels que le chien, le chat ou le cheval, peuvent aussi être infectés par des agents pathogènes transmis par les tiques.

Outre les animaux d’élevage, certains animaux sauvages (chevreuils, rongeurs, oiseaux) constituent des sources de repas sanguin pour les tiques. Ce sont des réservoirs pour les agents pathogènes transmis par les tiques avec des capacités variables de multiplication de ces agents.

C’est donc un continuum animal-homme-environnement qu’il faut étudier dans une approche systémique, qui est développée dans le concept « One health ».

One Health, une seule santé

Les chercheurs d’INRAE s’intéressent à la fois aux tiques, aux agents pathogènes, aux hôtes animaux, à leur environnement et à leurs contacts avec les humains. Seule une approche pluridisciplinaire et intégrée de santé globale associant chercheurs, vétérinaires, gestionnaires de l’environnement, peut permettre de mieux comprendre et gérer les risques de maladies liées aux tiques.

À ce jour, on a recensé plus de 900 espèces de tiques différentes au niveau mondial, et plus d’une trentaine sont présentes en France. En Europe, la tique qui pose le plus de problèmes de santé publique est Ixodes ricinus, vecteur entre autres de la maladie de Lyme.

On observe ces dernières années en France une augmentation du nombre de cas de maladies à tiques et il est important de comprendre pourquoi : augmentation du nombre de tiques infectées ? élargissement de leur aire de répartition ? effets du changement climatique ? ou meilleure détection des cas ?

  1. Anaplasmose granulocytaire : zoonose émergente bactérienne, provoquant un syndrôme grippal aigu et non spécifique
  2. Babesioses : maladies liées à des protozoaires parasites des globules rouges des mammifères. Une des espèces de Babesia peut être transmise à l’homme. Theilerioses : parasitoses tropicales affectant le bétail et ayant un impact économique important.

Voir aussi le dossier de presse en version PDF

Lire les articles :

Portrait de tiques
Les tiques peuvent transmettre plusieurs agents pathogènes
Les hôtes et l’habitat des tiques
La maladie de Lyme en 10 questions
Même piqué par une tique infectée, vous n’attraperez pas forcément la maladie de Lyme
De nouvelles espèces de tiques et de pathogènes trouvés en France
Tiques : la piste du vaccin
Séquençage du génome de la tique Ixodes ricinus
CiTIQUE : le programme qui fait la chasse aux tiques !
CLIMATICK : influence du changement climatique sur les tiques

 

Pascale MollierRédactrice

Les centres

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Tiques, maladie de Lyme et autres maladies à tiques

DOSSIER PRESSE - On trouve des tiques absolument partout dans le monde. 869 espèces différentes sont à ce jour recensées. Les scientifiques d’INRAE les étudient pour leur rôle dans la transmission de maladies, en particulier la maladie de Lyme. Au niveau mondial, les tiques sont le deuxième vecteur de maladies pour l’Homme et le premier chez l’animal. Tour d'horizon des derniers résultats de recherche d'INRAE.

15 mai 2020

Alimentation, santé globale

Six infographies pour comprendre notre alimentation

DOSSIER - Les enjeux d'une alimentation saine et durable sont multiples. Il s'agit d'étudier quel régime alimentaire serait à la fois favorable à notre santé et durable pour la planète. Plusieurs leviers sont identifiés : réduire le gaspillage alimentaire, développer une nouvelle politique de prix ou encore l’étiquetage nutritionnel. On fait le point en images et en chiffres.

19 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Dites STOP à la sédentarité et à la malnutrition grâce à votre téléphone

La malnutrition et la sédentarité sont des facteurs de risque du surpoids, de maladies chroniques et de la détérioration du bien-être. Vous pouvez dorénavant (pour les personnes connectées) évaluer et suivre votre activité physique, votre alimentation et votre humeur grâce à trois applications smartphone mises au point par des chercheurs de l’unité de Nutrition Humaine du centre INRAE Auvergne-Rhône-Alpes.

30 décembre 2019