Alimentation, santé globale 4 min

De nouvelles espèces de tiques et de pathogènes trouvés en France

Si Ixodes ricinus est l’espèce de tique la plus abondante en France, elle cohabite avec d’autres espèces que l'on trouve aussi dans différentes régions du monde. Ces tiques sont aussi potentiellement porteuses d'agents pathogènes pour les animaux et les humains et il est important de les connaître et de les surveiller.

Publié le 15 mai 2020

illustration De nouvelles espèces de tiques et de pathogènes trouvés en France
© INRAE

Une tique infectée n’est pas forcément vectrice

Connaître les espèces de tiques présentes en France est très important car ces tiques sont potentiellement porteuses de nouveaux agents pathogènes pour les animaux et les humains. Il n’est cependant pas aisé de prouver qu’une tique est vectrice d’un agent pathogène donné. En effet, il ne suffit pas de trouver un agent pathogène dans une tique pour en déduire que la tique est vectrice : il peut s’agir simplement d'une tique ayant réalisé son repas de sang sur un hôte infecté. Pour que la tique soit vectrice à son tour (transmission de la tique vers l’hôte), il faut encore qu’elle permette à l’agent pathogène de survivre et de traverser la paroi de son tube digestif, puis de migrer vers ses glandes salivaires pour être transmis lors de son repas de sang suivant. La mise en évidence des agents pathogènes dans les glandes salivaires d’une tique avant son repas de sang est donc un meilleur argument en faveur de sa compétence vectorielle. Etablir cette preuve est un travail long et fastidieux, mais nécessaire pour évaluer les risques de transmission des maladies à tiques.

Une nouvelle espèce de tique détectée en Camargue

Plusieurs campagnes de collectes de tiques organisées de 2007 à 2015 en Camargue ont permis de détecter la présence de Hyalomma marginatum, une espèce de tique commune en Afrique du Nord et Europe du Sud (Espagne, Portugal, Corse) (1).

Hyalomma marginatum
Hyalomma marginatum

Cette tique est reconnaissable à sa grande taille et à ses pattes rayées. Parmi les pathogènes que cette tique peut véhiculer, on s’intéresse particulièrement au virus de la fièvre hémorragique Crimée-Congo (CCHF), qui sévit en Afrique et en Asie, mais aussi en Europe (2). Cependant, il n’existe pour l’instant aucun argument en faveur d’une circulation du virus CCHF en France. Les chevaux sont des hôtes préférentiels pour cette tique, mais ils ne seraient a priori pas de bons transmetteurs pour le virus. Les chevaux infectés ne présentent pas de symptômes mais produisent de forts taux d’anticorps, ce qui fait d’eux des animaux sentinelles pour surveiller le virus. Un réseau (3) a été mis en place entre des vétérinaires et des éleveurs de chevaux en Camargue.

Des tiques porteuses d’un nouvel agent pathogène trouvées en abondance dans des parcs de cervidés

Dans le parc de la Haute Touche (Indre), des chercheurs d’INRAE (4) en collaboration avec le Museum National d'Histoire Naturelle ont mis en évidence la présence d’Haemaphysalis concinna, une tique abondante en Chine.

Cerf parc de La Haute Touche
Cerf dans le parc de La Haute Touche

Dans ce parc, qui concentre une grande quantité de cervidés de plusieurs régions du monde, les animaux présentaient des signes de fatigue et d'amaigrissements. Des prélèvements de sang ont révélé la présence d’au moins huit agents pathogènes différents, jusqu’à quatre par animal. Parmi ces pathogènes, la bactérie Anaplasma capra, connue pour l’instant seulement en Asie, a été identifiée. Cette bactérie, transmissible à l’homme, occasionne des symptômes fiévreux. La présence concomitante d’une tique et d’un pathogène tous deux inhabituels en France suggère naturellement un lien entre les deux, mais ce lien reste à prouver. De fait, les chercheurs ont démontré la présence de la bactérie Anaplasma capra dans les glandes salivaires de tiques Haemaphysalis concinna prélevées sur la végétation dans le parc, un argument fort pour supposer que la tique est bien le vecteur d'Anaplasma capra. Par la suite, les chercheurs ont trouvé cette bactérie dans un autre parc de daims et étendent leurs investigations.

Des tiques responsables de piroplasmose et d’encéphalite à tiques

La tique Demacentor (marginatus et reticulatus) elle aussi est bien présente en France.

Dermacentor marginatus femelle. P. Oger
Dermacentor marginatus femelle. © P. Oger

Beaucoup moins étudiée qu'Ixodes ricinus, elle transmet pourtant plusieurs agents pathogènes responsables de maladies d'importance en santé animale (anaplasmose des ruminants, piroplasmose du chien et du cheval) et humaine (encéphalite à tiques, TIBOLA). Pour mieux connaître ces tiques, un projet de science participative appelé PiroGoTick (5) vise entre autre à identifier les tiques présentes sur des chevaux sentinelles sur l'ensemble du territoire français.

 

  1. Contact scientifique : Gwenaël Vourc’h.  
  2. Un cas humain de CCHF autochtone a été répertorié en Grèce en 2008 et deux cas en Espagne en septembre 2016, dont l’un est décédé.
  3. Ce réseau est déjà actif pour la surveillance de maladies telles que le West Nile, la fièvre Q, les piroplasmoses ou l’anaplasmose granulocytique équine.
  4. Contact scientifique : Laurence Malandrin.
  5. Projet PiroGoTick. Collaboration INRAE, (L. Malandrin), CISCO (Centre International de la Santé du Cheval d'Oniris), RESPE (Réseau d'Epidémiologie Surveillance en Pathologie Equine)

Retour au dossier

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Gwenaël Vourc’hUR0346 Épidémiologie Animale

Laurence Malandrin UMR1300 BioEpAR Biologie, Epidémiologie et Analyse de Risque en Santé Animale

Les centres

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Projet OHTICKS : participez à l’amélioration du diagnostic des maladies à tiques !

COMMUNIQUE DE PRESSE - Avec le printemps, l’activité des tiques va s’intensifier et atteindre son pic. Dans le cadre du projet OHTICKS, l’Inra et l’Institut Pasteur mènent une recherche clinique sur les maladies transmises par les tiques dans 4 centres hospitaliers en France*. Ils cherchent à inclure dans une recherche des personnes piquées par des tiques, et développant des symptômes inexpliqués dans les 6 mois suivant la piqûre afin de rechercher les agents infectieux responsables de ces symptômes. Les résultats seront utilisés pour développer de nouveaux tests de diagnostic, promouvoir une meilleure information du public et améliorer la prise en charge des maladies à tiques.
En savoir plus : www.ohticks.fr/recrutement

27 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Nouveau : une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques

COMMUNIQUE DE PRESSE - Signalement-Tique ! Cette application est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android. L’Inra et l’Anses, avec le ministère des Solidarités et de la Santé, font appel aux volontaires qui souhaitent participer aux recherches pour la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

16 décembre 2019