Alimentation, santé globale 4 min

CiTIQUE : le programme qui fait la chasse aux tiques !

Le programme CiTIQUE fait appel aux citoyens, jardiniers, randonneurs, forestiers, agriculteurs, vétérinaires... pour participer à l’effort de recherche dans la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent. Les résultats montrent que la répartition des piqûres de tiques est très inégale en France et que 28 % des piqûres ont lieu dans les jardins privés.

Publié le 18 février 2020

illustration CiTIQUE : le programme qui fait la chasse aux tiques !
© INRAE

 Observer, surveiller et prévenir tous ensemble

Initié en 2017 dans le cadre du plan national contre la maladie de Lyme (1), le projet de recherche participative CiTIQUE vise à accumuler les informations sur la répartition géographique des piqûres de tiques et des pathogènes qu’elles transportent, en fonction des milieux, de la météorologie et des saisons. Ces données précieuses provenant du terrain, que les chercheurs ne pourraient acquérir seuls, doivent permettre de mieux évaluer, modéliser, et finalement prévenir les risques auxquels les citoyens et les animaux domestiques ou d’élevage sont exposés.

En pratique, CiTIQUE, c’est :

Une application smartphone « Signalement TIQUE »

Carte piqûres de tiques
Chaque point représente un signalement de piqûre d’être humain. Grâce à Signalement TIQUE, on peut récolter des informations sur les piqûres de tiques sur tout le territoire français en temps réel, et les utiliser pour améliorer la prévention.

L’application « Signalement TIQUE » (2) est téléchargeable gratuitement sur les smartphones iOS et Android. Elle est aussi disponible sur le site. Pour toute personne ou animal piqué, on peut y enregistrer la date, le lieu et les conditions de la piqûre. Par ailleurs, l’application donne aux utilisateurs une information sur les bons réflexes en cas de piqûre et offre un dispositif de suivi. Une nouvelle application est en préparation pour sortir au mois de mai 2020.

Une collecte de tiques

Il est aussi possible d’envoyer la tique piqueuse aux chercheurs, et ainsi contribuer à alimenter la première « tiquothèque » publique nationale. Des kits de collecte sont disponibles sur commande sur le site pour les groupes, ou distribués dans les pharmacies partenaires pour les particuliers.

Des stages de recherche ouverts à tout public

Tout citoyen au-dessus de 12 ans peut s’immerger dans un laboratoire de recherche pour apprendre à reconnaître les espèces de tiques et analyser leur contenu en agents infectieux. Une dizaine de stages sont organisés par an (3).

Pour tout savoir : le site de CiTIQUE

 

(1) Plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques.

(2) Application lancée en juillet 2017, développée en partenariat avec le ministère chargé de la Santé et l’Anses dans le cadre du plan Lyme.

(3) Stages organisés dans un laboratoire du réseau « Tous chercheurs » près de Nancy, en partenariat avec INRAE Grand-Est Nancy, le Laboratoire d’excellence Arbre, la Fondation Bettencourt, Nancy Métropole et Lorraine Université d’excellence.

D'autres résultats accumulés dans la période 2017-2019 :

Infographie CiTIQUE 2017-2019

Retour au dossier  

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Pascale Frey-klettUS1371 ARBRE Recherches Avancées sur la Biologie de l'Arbre et les Ecosystèmes Forestiers

Le centre

Le département

En savoir plus

Société et territoires

L’Inra et l’ONF s’engagent dans un partenariat autour du programme CiTIQUE

COMMUNIQUE DE PRESSE -L’Inra coordonne depuis 2016 le programme de recherche participative CiTIQUE qui mobilise les citoyens aux côtés des chercheurs pour mieux connaître les tiques et les agents infectieux qu’elles transmettent. Les agents de l’ONF, par la nature de leurs activités professionnelles, sont régulièrement exposés au risque d’être piqués. L’Inra et l’ONF signent le 18 juillet 2018 une convention qui vient sceller le premier partenariat institutionnel dans le cadre de CiTIQUE. Son objectif est d’une part de sensibiliser les personnes de l’ONF exposées au risque posé par les maladies dues aux tiques et de définir une politique de prévention adaptée, et d’autre part de constituer une source potentielle de données importante et utile aux études menées par l’Inra pour une meilleure connaissance des maladies liées aux tiques et pour l’élaboration de modèles de risque.

07 mai 2020

Alimentation, santé globale

Projet OHTICKS : participez à l’amélioration du diagnostic des maladies à tiques !

COMMUNIQUE DE PRESSE - Avec le printemps, l’activité des tiques va s’intensifier et atteindre son pic. Dans le cadre du projet OHTICKS, l’Inra et l’Institut Pasteur mènent une recherche clinique sur les maladies transmises par les tiques dans 4 centres hospitaliers en France*. Ils cherchent à inclure dans une recherche des personnes piquées par des tiques, et développant des symptômes inexpliqués dans les 6 mois suivant la piqûre afin de rechercher les agents infectieux responsables de ces symptômes. Les résultats seront utilisés pour développer de nouveaux tests de diagnostic, promouvoir une meilleure information du public et améliorer la prise en charge des maladies à tiques.
En savoir plus : www.ohticks.fr/recrutement

27 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Nouveau : une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques

COMMUNIQUE DE PRESSE - Signalement-Tique ! Cette application est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android. L’Inra et l’Anses, avec le ministère des Solidarités et de la Santé, font appel aux volontaires qui souhaitent participer aux recherches pour la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

16 décembre 2019