Société et territoires 2 min

AQUAEXCEL3.0 : un projet pour le développement de l’aquaculture européenne

COMMUNIQUE DE PRESSE - D’où proviennent vos produits de la mer ? En Europe, ces produits proviennent à 75% d’importation. Il semble donc important de garantir une croissance durable et soutenable pour l’aquaculture en Europe. Telle est la mission du projet H2020 AQUAEXCEL, débuté en 2011, qui évolue aujourd’hui dans sa troisième édition : AQUAEXCEL3.0. Ce projet européen d’Infrastructures de recherches, coordonné par INRAE, regroupe 22 partenaires, dont l’Ifremer et l’Université de Lorraine. Ces partenaires coordonnent un réseau de 40 infrastructures expérimentales aquacoles, réparties dans 11 pays. Ce réseau permet de réaliser des expérimentations biologiques et technologiques sur toutes les espèces et systèmes d'élevage de l'aquaculture européenne. Les projets Infrastructures de recherches ont un rôle essentiel dans la structuration de l’espace européen de la recherche.

Publié le 08 décembre 2020

illustration AQUAEXCEL3.0 : un projet pour le développement de l’aquaculture européenne
© Christian SLAGMULDER - INRAE

L’Europe n’est aujourd’hui pas autosuffisante pour son approvisionnement en produits de la mer, qui sont importés à plus de 75%. Si la pêche ne peut désormais produire plus du fait de la surexploitation des stocks, ce n’est pas le cas de l’aquaculture qui fournit aujourd’hui plus de 50% du poisson consommé au niveau mondial, mais seulement 22% en Europe. Le développement de l’aquaculture est donc une priorité européenne. Ce développement doit toutefois se faire dans un cadre de durabilité économique, sociale et environnementale, en respectant aussi le bien-être des animaux. Pour atteindre ces objectifs, l’Europe investit sur la recherche en aquaculture.

AQUAEXCEL3.0 fait suite à AQUAEXCEL et AQUAEXCEL2020. Il s’agit d’un réseau de 40 infrastructures expérimentales de recherche aquacole, gérées par 22 partenaires - dont INRAE, l’Ifremer et l’Université de Lorraine- de 11 pays (France, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Royaume-Uni, Pays-Bas, Danemark, Norvège, République Tchèque, Hongrie). INRAE coordonne les projets AQUAEXCEL depuis l’origine. Quatre de ses infrastructures aquacoles font partie du réseau AQUAEXCEL3.01. Ce réseau permet de réaliser des expérimentations aussi bien biologiques que technologiques du meilleur niveau sur toutes les espèces et tous les systèmes d'élevage de l'aquaculture européenne. Cette nouvelle édition du projet mènera trois types d’actions en parallèle :

  • La première action sera d'ouvrir ces installations en accès transnational (TNA) pour que des partenaires extérieurs, académiques ou industriels, puissent réaliser des expérimentations avec le meilleur appui scientifique possible. Ceci permet de rationaliser l’utilisation des infrastructures expérimentales les plus performantes, offrant des services uniques, par des partenaires académiques et industriels, et d’avancer ainsi sur les questions essentielles de la filière. Il est prévu de réaliser près de 200 projets d'accès transnational sur les 5 ans du projet.
     
  • Le perfectionnement des services apportés par les infrastructures au service des questions de recherche sera également au cœur du projet. Un focus important sera fait sur la règle des 3R2, avec d’une part la mise en œuvre de biotechnologies innovantes permettant de limiter le nombre d'animaux utilisés en expérimentation (cultures de cellules, greffes de cellules souches) et d’améliorer leur bien-être, et, d’autre part, le développement de modèles de simulation numérique des expérimentations (mise en place de Laboratoires Virtuels).
     
  • Une partie du projet consistera à développer un site web, dans la continuité de celui existant (https://www.aquaexcel2020.eu/), avec notamment la création de cours en ligne sur les grands sujets de la recherche aquacole. Seront notamment abordés des thèmes comme les indicateurs de bien-être chez les espèces aquacoles ou encore la production d'algues et de mollusques en installations expérimentales.

 

Carte d’identité du projet

AQUAculture infrastructures for EXCELlence in EUropean fish research 3.0 (2020 – 2025)

Coordination INRAE –  partenaires : INRAE (FR), INRAE-Transfert (FR), IFREMER (FR), UNIVERSITE DE LORRAINE (FR), IMR (NO), UoS (UK), CSIC (SP), HCMR (GR), NAIK (HU), NOFIMA (NO) , JU (CZ), NTNU (NO), SO (NO), ULPGC (SP), WU (NL), WR (NL), INTRIGO (IR), DTU (DK), CCMAR (PT), IEO (SP), EATIP (BE), UNITO (IT)

Financement européen Horizon 2020 : 9,981,113.75€

Projet H2020 n° 871108

1Il s’agit des unités PEIMA (Pisciculture Expérimentale INRAE des Monts d'Arrée), NUMEA (Nutrition, Métabolisme, Aquaculture), LPGP (Laboratoire de Physiologie et Génomique des poissons) et IERP (Infectiologie Expérimentale des Rongeurs et des Poissons).

2Le principe des 3R consiste à remplacer, réduire et améliorer l'emploi d'animaux en recherche.

CP_Vandeputte_aquaexcel3.0_vf.pdfpdf - 713.46 KB

Service presse INRAE

Contact scientifique

Marc Vandeputte UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative

Les centres

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Découverte d’une nouvelle fonction cellulaire chez les poissons : perspectives pour l’aquaculture et la recherche médicale

COMMUNIQUE DE PRESSE - L’autophagie médiée par les protéines chaperonnes (plus communément appelée CMA pour Chaperone-Mediated Autophagy) joue un rôle crucial dans la régulation du métabolisme et du fonctionnement cellulaire. Il était jusqu'à présent admis que cette fonction cellulaire n’existait que chez les mammifères et les oiseaux. Une équipe de chercheurs d’INRAE, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, du CNRS et de l’Université de Bordeaux* remet en cause ce dogme et prouve que la CMA existe également chez les poissons. Ces résultats, publiés le 9 juin dans la revue Molecular Biology and Evolution, ouvrent de nouvelles perspectives pour l’aquaculture et la recherche médicale.

08 juin 2020