Alimentation, santé globale 5 min

Les courses sous appli

Connaître la composition d'un produit, découvrir son profil nutritionnel… il suffit désormais d’en scanner le code barre pour déchiffrer son étiquette. Aujourd’hui, les applications qui visent à aider les consommateurs à mieux choisir leurs produits alimentaires au moment des courses connaissent un véritable essor. Retour en arrière sur une actualité dont tout le monde parle.

Publié le 14 octobre 2019

illustration Les courses sous appli
© CC BY NC 2.0 Kyle Spradley, University of Missouri, Flickr

Faire les courses, une tâche contraignante pour certains que la révolution numérique en cours bouscule un tant soit peu. Commander en ligne, limiter le gaspillage alimentaire, accommoder les restes ou se voir proposer recettes et ingrédients associés, géolocaliser des produits, les classer par saisonnalité, déterminer leur impact sanitaire et environnemental, en comparer les ingrédients, vérifier les allergènes ou encore la traçabilité, nombreuses sont les applications disponibles sur Smartphone qui accompagnent les consommateurs dans leur quotidien.

Comment le numérique modifie-t-il, aujourd’hui, le rapport des consommateurs à l’alimentation ? A l’occasion du Salon international de l’agriculture 2019, Antoine Nebout-Javal, économiste, chargé de recherche Inra, Tristan Fournier, sociologue, chargé de recherche CNRS et Pierre Slamich, co-fondateur d'Open Food Facts, à la faveur d’un débat, ont donné un coup de projecteur sur un phénomène émergent.

Au commencement étaient les données


Nées de différentes initiatives, les bases de données sur les produits alimentaires se multiplient : Oqali (Ministères en charge de l’agriculture, de la santé et de la consommation, sous la direction conjointe de l’Anses et de l’Inra, 2008), Open Foods Facts de nature collaborative (2012), Num’Alim (Association nationale des industries alimentaires, 2018) ou encore les tables Ciqual (Anses) rassemblent les caractéristiques nutritionnelles et/ou les paramètres d’étiquetage de produits alimentaires transformés présents sur le marché français ou international. Ces données permettent de calculer des indicateurs de qualité nutritionnelle ou environnementale – p. ex. score nutritionnel (Nutri-Score) et degré de transformation du produit (NOVA). Ces bases sont utilisées dans de nombreuses applications en lien avec l'alimentation (Yuka, Yaquoidedans…) ainsi que dans des projets de recherche sur l’alimentation en épidémiologie nutritionnelle, économie et en informatique (big data, intelligence artificielle et objets connectés)

Sujet médiatique, sujet politique, en matière d’alimentation, l’information du consommateur, c’est à la fois un vieux cheval de bataille et un enjeu majeur. Peu enclins à communiquer ces données dans le passé, les industriels se saisissent enfin de la question. Soucieux de retrouver la maîtrise des informations qui concernent leurs produits, ils commencent notamment à mettre leurs données à disposition et veillent à leur actualisation dans les bases de données.

Les applications à visée nutritionnelle se multiplient, éclairant les consommateurs sur la qualité nutritionnelle et environnementale des produits alimentaires consommés pour aider à un choix de régime plus favorable pour la santé. Certains y voient des outils de reprise en main de l’alimentation par les consommateurs, d’autres s’interrogent sur les éventuels risques d’une médicalisation des choix alimentaires.

Informer les consommateurs, mais pas que

La progression du numérique est-elle un gage de confiance, constitue-t-elle une véritable émancipation ? Pas sûr ! Aujourd’hui, les applications à visée nutritionnelles s’appuient essentiellement sur l’industrie agroalimentaire puisqu’il s’agit avant tout de choisir entre deux produits transformés. Considérant surtout la dimension biologique de l’alimentation, elles en écartent les aspects culturels, sociaux et affectifs qui font que, même s’il a l’information, le consommateur ne prendra pas forcément la décision optimale qui lui est suggérée. Elles flirtent avec l’immédiateté alors que la mise en œuvre de bonnes pratiques nutritionnelles reste une problématique de long terme, parfois secondaire, en particulier pour les foyers les plus défavorisés - les personnes qui pourraient avoir le plus besoin de cet accompagnement numérique, sont souvent celles qui, pour des raisons notamment économiques et culturelles, n’ont pas cette temporalité d'imaginer que l'alimentation peut avoir une incidence sur la santé future. Enfin, est-il nécessaire de proposer toujours plus d’informations au consommateur averti au risque de le sur-responsabiliser voire de le culpabiliser ?

Et demain ?

Applis mobiles : une contribution au débat public pour une plus grande transparence au sein des systèmes alimentaires ?

Actuellement, la très grande majorité des Français possède un smartphone et les applications mobiles rencontrent un franc succès – pas moins de 30 % des consommateurs en sont équipés. Si elles ne génèrent pas toujours des changements radicaux de comportements, elles s’immiscent dans le quotidien des individus et font l’objet de discussion. L’occasion de débattre et d’opérer des ajustements d’une façon originale entre parents ou entre amis, là où les sujets liés à l’alimentation étaient peut-être jusque-là peu abordés. L’opportunité de rappeler que la dimension santé de l’alimentation doit s’apprécier plus largement à l’échelle d’un panier hebdomadaire et ne doit pas faire oublier les dimensions sociales ou hédoniques de l’alimentation.

Demain, ces mêmes applications mobiles doivent proposer des informations environnementales, sociales… en plus des seules données nutritionnelles et intégrer l’ensemble des connaissances sur la chaîne de production des produits alimentaires. Elles permettront ainsi au consommateur de faire des choix éclairés selon ses priorités, au-delà de ce qui pourrait ressembler à une obsession de vouloir manger sain, elles contribueront au débat public pour une plus grande transparence au sein des systèmes alimentaires. Dans un monde idéal, on peut aller jusqu’à imaginer que des produits sains et durables soient largement proposés a priori au consommateur, résultat d’interaction entre pouvoirs publics et industriels, loin de stratégies marketing potentiellement délétères pour la santé.

 

 

Notre dossier :

Information Alimentation-Santé et objets connectés >>
Les circuits courts à l'heure du numérique >>

Catherine Foucaud-Scheunemann Rédactrice

Contacts

Antoine Nebout-Javal Alimentation et sciences sociales

Le centre

Le département

ECO-SOCIO

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Les circuits courts à l’heure du numérique

Dans les circuits courts, l’usage du numérique favorise une multitude d’expérimentations et de surcroît, de nouveaux modes de consommation. Cette alimentation de proximité ouvre des perspectives économiques et sociales attractives et permet, notamment, d’engager les consommateurs dans la gouvernance de leurs systèmes alimentaires.

26 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Information Alimentation-Santé et objets connectés

Obésité, diabète et pathologies cardiovasculaires sont des maladies chroniques dont l’apparition et le développement sont affectés par la nutrition et les modes de vie. Si la nutrition représente un facteur de risque, elle peut aussi être un facteur de protection - une alimentation variée et équilibrée assortie d’une activité physique régulière participent à une bonne santé physique et psychique. Aujourd’hui, les nouvelles technologies semblent offrir des perspectives intéressantes d’appropriation de l’information alimentation-santé, cependant l’accès à ces outils et l’usage qui en est fait révèlent des formes d’appropriations sociales dont la prise en compte est indispensable en matière de santé publique.

26 décembre 2019