Société et territoires 2 min

Prochaine PAC : le soutien à l’innovation doit être renforcé et complété

Pour rendre plus durables l’agriculture européenne, les systèmes agri-alimentaires et les espaces ruraux, l’innovation doit être un élément clé de la prochaine réforme de la politique agricole commune (PAC). Il faut renforcer les capacités de transformation, non seulement par l’innovation technologique, mais aussi en travaillant sur des enjeux de société par un dialogue renforcé avec l’ensemble des parties prenantes et en favorisant l’action des politiques publiques. Dans une analyse partagée, INRAE et le WUR (Wageningen University and Research, Pays-Bas) soutiennent que le budget actuel de la PAC dédié à l’innovation est trop limité et doit au moins être doublé dans la prochaine période. Pour favoriser l’innovation en agriculture, la PAC doit aussi innover.

Publié le 03 mai 2018

illustration  Prochaine PAC : le soutien à l’innovation doit être renforcé et complété
© INRAE, Ch. Maître

L’avenir de l’agriculture européenne à long terme

Pour que l’agriculture européenne puisse se positionner comme une des plus innovantes au monde, socialement responsable et durable, différentes pistes, articulées entre elles, sont proposées :

  • Accélérer l’innovation avec un budget renforcé
  • Favoriser l’accès aux instruments de soutien aux agriculteurs et réduire les coûts de transaction
  • Créer des marchés pour des produits et des services sains et respectueux de l’environnement (y.c. les contrats agri-environnementaux)
  • Prendre en compte les attentes sociétales et développer des procédures de suivi favorisant l’adaptation des instruments chemin faisant
  • Développer des systèmes de connaissance et d’innovation en agriculture (AKIS) à l’échelle de l’Union Européenne.
  • Adopter une approche intégrée en travaillant au niveau des systèmes alimentaires

Innovateurs et entrepreneurs

Les pistes pour un meilleur soutien de l’innovation par la PAC sont déclinées sur la base d’un cadre d’analyse définissant 7 fonctions-clés pour les systèmes et les régimes d’innovation (Hekkert et al., 2007). Les entrepreneurs sont essentiels pour transformer les idées nouvelles en actions concrètes. Parce que le développement de l’innovation est risqué et couteux, la PAC devrait soutenir la prise de risque durant la période de transition, particulièrement lorsque l’innovation vise des biens publics. Les Living Labs constituent un moyen pour réunir les différentes parties prenantes impliquées dans un projet commun d’innovation. Ces dispositifs d’innovation ouverte devraient favoriser l’implication de nouveaux entrants (jeunes agriculteurs, starts-up, nouveaux résidents, jeunes consommateurs…)

Le rôle des gouvernements

Les gouvernements ont aussi un rôle clé à jouer, pour pallier les défaillances de marché d’une part, et parce que les enjeux ont souvent une dimension publique, d’autre part. De plus, les enjeux auxquels font face l’agriculture, les systèmes alimentaires et les espaces ruraux appellent des innovations systémiques, des dispositifs ouverts et des approches bottom-up. La concurrence entre les acteurs puissants des systèmes alimentaires (fournisseurs en amont, transformateurs, distributeurs) est forte, et ne les conduit pas à internaliser suffisamment les aspects de durabilité en concertation avec les agriculteurs et les consommateurs.

 

PAC and Innovation: INRAE and WUR policy brief

 

En savoir plus

Agroécologie

3 questions à une jeune pousse : Mycophyto

Pollution des sols et des eaux, résistance des bioagresseurs ou encore réduction de la biodiversité… Les pesticides ont des effets néfastes pour l’environnement. Et si, pour favoriser la transition agricole, nous utilisions les synergies naturelles entre les plantes et les microorganismes du sol ? Mycophyto, jeune pousse basée à Sophia Antipolis, propose des alternatives biologiques efficaces pour l’agriculture et l’aménagement paysager. Rencontre avec Justine Lipuma, co-fondatrice de Mycophyto.

16 décembre 2019

Alimentation, santé globale

3 questions à une jeune pousse : Preditox

La génotoxicité, vous connaissez ? C’est le secteur d’activité de PrediTox, jeune pousse d’un an et demi. Laure Khoury, dirigeante et co-fondatrice de la startup, étudie les dommages causés à l’ADN par certains composés ou produits chimiques afin de détecter au plus vite les risques de cancer, et ainsi, les éviter, en analysant des échantillons. Rencontre.

16 décembre 2019