Alimentation, santé globale 2 min

3 questions à une jeune pousse : Les Nouveaux Affineurs

Née de la rencontre entre le savoir-faire fromager français et la science et l’innovation, la start-up Les Nouveaux Affineurs veut remplacer le fromage par les « affinés végétaux ». Nour Akbaraly nous raconte l’aventure de cette start-up, née en 2017.

Publié le 13 novembre 2018

illustration  3 questions à une jeune pousse : Les Nouveaux Affineurs
© INRAE

Comment vous est venue l’idée de créer Les Nouveaux Affineurs ?

Après Centrale Lille et cinq années dans le consulting, je voulais mettre en place un projet qui regroupe gastronomie, végétal et innovation. Sensible aux enjeux environnementaux, éthiques et sanitaires liés à la surconsommation de produits animaux, j’ai voulu trouver une alternative végétale au fromage tout en respectant les exigences de la gastronomie française, bien sûr ! Nos affinés végétaux sont fabriqués à partir de noix de cajou et de soja. Si nous voulons les comparer à des produits que nous connaissons, cela ressemble à un fromage à pâte molle, mais nous ne souhaitons pas copier un produit déjà existant. Il s’agit plutôt d’étendre l’offre existante avec de nouvelles saveurs.  Par ailleurs, nous travaillons avec des produits bio et français le plus possible.

 

 

Quel est votre lien avec INRAE ?

Je suis ingénieur de formation, et il était important pour moi d’être connecté avec des laboratoires de recherche, pour apprendre sans cesse de nouvelles choses. C’est pour cette raison que notre projet a été incubé au Food’Inn Lab d’AgroParisTech début 2017. L'Inra (devenue INRAE après sa fusion avec Irstea) nous a accompagné, notamment au travers de consultations avec des équipes de recherches en procédés et microbiologie alimentaire. Pour améliorer nos produits et faire des expérimentations, nous allons également monter un partenariat avec l’Unité mixte de recherche sur le fromage (UMRF) d’Aurillac, avec le soutien de l’institut Carnot Qualiment. Nous sommes donc en contact permanent avec des équipes scientifiques de l'Inra et notre collaboration est pensée sur le long terme. Nous étions également présents au SIAL, sur l’espace FoodTech, avec le soutien de l'Inra.

 

Et justement, comment envisagez-vous le futur de votre start-up ?

Nous souhaitons utiliser de nouveaux ingrédients, et de nouvelles technologies afin de développer et d’innover sur ce secteur. En effet, le secteur des affinés végétaux est tout récent, il n’existe que depuis une petite dizaine d'années ! C’est donc très jeune par rapport aux industries fromagères. Après notre levée de fonds de cette fin d’année, nous lancerons l’unité de production pilote au premier trimestre 2019. L’objectif est d’améliorer le produit et son goût, tout en utilisant des matières premières locales afin de toujours réduire notre impact carbone. Notre challenge : rebattre les cartes tout en gardant l’affinage, qui est une technique millénaire.  

 

 


En savoir plus sur le Food’Inn Lab
 
Véritable lieu d’échange et de rencontres, Food’Inn Lab est un incubateur qui propose aux start-ups de la FoodTech de bénéficier d’un accompagnement sur mesure, pendant un minimum de six mois. L’aide est apportée par des enseignants-chercheurs d’AgroParisTech, ou de l'Inra, sur des problématiques de recherche et développement (R&D). 

Site web Les Nouveaux Affineurs

Anaïs BozinoRédactrice

En savoir plus

Agroécologie

3 questions à une jeune pousse : Mycophyto

Pollution des sols et des eaux, résistance des bioagresseurs ou encore réduction de la biodiversité… Les pesticides ont des effets néfastes pour l’environnement. Et si, pour favoriser la transition agricole, nous utilisions les synergies naturelles entre les plantes et les microorganismes du sol ? Mycophyto, jeune pousse basée à Sophia Antipolis, propose des alternatives biologiques efficaces pour l’agriculture et l’aménagement paysager. Rencontre avec Justine Lipuma, co-fondatrice de Mycophyto.

16 décembre 2019