Société et territoires 3 min

PAC et Green Deal, quelle compatibilité ? Une étude de chercheurs d’INRAE et d’AgroParisTech sur les priorités climatiques et environnementales pour la future PAC

COMMUNIQUE DE PRESSE - Partant du constat que les pratiques agricoles et alimentaires de l’Union européenne ne répondent pas aux ambitions et aux objectifs quantitatifs du Pacte Vert pour l’Europe relatifs au climat, à l’environnement, à la nutrition et à la santé, une équipe d’experts d’INRAE et d’AgroParisTech, emmenée par Hervé Guyomard et Jean-Christophe Bureau, propose un ensemble de recommandations pour la future Politique Agricole Commune (PAC).
Réalisée à la demande du Parlement européen, cette étude remise le 23 novembre, vient contribuer à la réflexion au moment où s’engagent les discussions sur la future PAC entre la Commission européenne, le Parlement et le Conseil. L’ambition climatique et environnementale de la prochaine PAC est aujourd’hui au cœur du débat et l’enjeu est de dégager des compromis et recommandations pour une PAC conciliant performances environnementales, économiques et sociales.

Publié le 26 novembre 2020

illustration PAC et Green Deal, quelle compatibilité ? Une étude de chercheurs d’INRAE et d’AgroParisTech sur les priorités climatiques et environnementales pour la future PAC
© INRAE

Réalisée à la demande du Parlement Européen, l’étude des experts d’INRAE et d’AgroParisTech fait plusieurs recommandations nécessaires au renforcement des exigences climatiques et environnementales de la future PAC en cohérence avec les objectifs du Pacte Vert[1]. Parmi les dispositions essentielles à mettre en œuvre selon eux figurent le renforcement de la conditionnalité, qui oblige à un respect d’exigences minimales pour bénéficier des aides du premier pilier de la PAC, des éco-régimes ambitieux ciblant prioritairement la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la préservation de la biodiversité, et la sanctuarisation de budgets dédiés aux mesures climatiques et environnementales dans les deux piliers.

Par ailleurs, la gouvernance de la future PAC, dans le cadre des plans stratégiques nationaux, devrait être améliorée. Il s’agit notamment de s’assurer que lesdits plans incluront les objectifs du Pacte Vert et de garantir un suivi de leur mise en œuvre, permettant des actions correctives en cours de route.

Une application plus efficace du principe « pollueur- payeur » pour mieux légitimer les paiements pour services climatiques et environnementaux 

L’application plus efficace du principe du « pollueur-payeur », sur lequel repose la conditionnalité́, permettrait selon les auteurs de l’étude de mieux justifier la rétribution des agriculteurs pour leurs efforts au-delà des exigences minimales de la conditionnalité, dans le cadre de l’éco-regime du premier pilier et des mesures climatiques et environnementales du deuxième pilier.

Le renforcement de la conditionnalité passe aussi par le durcissement des critères de plusieurs mesures dites de « Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales «  (BCAE), par exemple sur les zones humides et les terres non productives. Il passe aussi par l’introduction de nouvelles BCAE relatives aux flux de nutriments, de molécules chimiques et de gaz à effet de serre des exploitations agricoles. Ceci permettrait de mieux connaître ces flux et d’octroyer des aides aux agriculteurs les plus efficaces dans ces domaines.

Une réaffectation des soutiens du premier pilier en faveur de la lutte contre le changement climatique, la protection de la biodiversité et le bien-être animal

Les mesures de l’éco-régime[2], entièrement financées par le budget européen, doivent viser les biens publics mondiaux, à savoir l’atténuation du changement climatique, la préservation et le rétablissement de la biodiversité, ainsi que le bien-être des animaux. Dans cette optique, les auteurs de l’étude proposent de réserver 20% des aides du premier pilier aux mesures d’atténuation du changement climatique et un même pourcentage aux mesures en faveur de la biodiversité. Les mesures du second pilier, cofinancées par les Etats membres, devraient être ciblées sur les biens publics locaux, notamment la quantité́ et la qualité de l’eau, la fertilité́ des sols et la diversité́ des paysages : 35% des dépenses du deuxième pilier devraient être consacrées à des mesures climatiques et environnementales.

L’étude souligne également la nécessité de mettre en place des mécanismes d’ajustement aux frontières de l’Union permettant d’imposer des exigences climatiques et environnementales équivalentes aux producteurs non européens.

Enfin, l’étude souligne qu’agir via la seule PAC ne permettra pas de changer de façon substantielle et efficace les systèmes agri-alimentaires et qu’une politique alimentaire globale et cohérente, comprenant des interventions ciblant les régimes alimentaires, est nécessaire.

Références

Research for the AGRI Committee - The Green Deal and the CAP: policy implications to adapt farming practices and to preserve the EU’s natural resources, nov. 2020; Hervé GUYOMARD; Jean-Christophe BUREAU; Vincent CHATELLIER; Cécile DETANG-DESSENDRE; Pierre DUPRAZ; Florence JACQUET; Xavier REBOUD; Vincent REQUILLART; Louis-Georges SOLER; Margot TYSEBAERT
https://www.europarl.europa.eu/thinktank/en/document.html?reference=IPOL_STU(2020)629214

Résumé en français :  https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2020/629214/IPOL_STU(2020)629214(SUM01)_FR.pdf


[1] La stratégie du Pacte Vert pour l’Europe est la feuille de route adoptée par l’UE qui vise à rendre l’UE climatiquement neutre en 2050. Elle se décline en plan d’actions destiné à promouvoir l’utilisation efficace des ressources en passant à une économie propre et circulaire; restaurer la biodiversité et réduire la pollution.

[2] Les écorégimes sont un nouvel instrument pour accompagner les agriculteurs vers la transition écologique. Selon l’accord du 21/10 /2020, les États membres s’engagent à consacrer au moins 20 % de l’enveloppe accordée au titre du pilier 1 – celui des paiements directs, soit 75 % du budget de la PAC – à des programmes ayant un bénéfice environnemental.

 

En savoir plus

Société et territoires

Quelle politique agricole commune demain ?

PARUTION - L’agriculture européenne fait face à des défis de grande ampleur au triple titre de l’économie, de l’environnement et du social. Elle doit impérativement et urgemment évoluer. La politique agricole commune (PAC) doit être mise au service de cette évolution. Dans cette perspective, l’ouvrage dessine les contours d’une PAC ambitieuse, en termes d’objectifs et d’instruments, qui permettrait de faciliter la nécessaire transition agroécologique des systèmes agricoles et agroalimentaires européens.

18 juin 2020

Agroécologie

H2020 IPMWorks - réduction de l’usage des pesticides - vers la mise en place d’un réseau européen de démonstration sur le modèle des fermes DEPHY

COMMUNIQUE DE PRESSE - Réduire de 50% les usages de pesticides d’ici 2030, c’est l’objectif de l’Union Européenne affirmé dans le Green Deal et sa stratégie « Farm to Fork », du champ à l’assiette. Priorité affichée dans les politiques agricoles partout en Europe, la mobilisation des agriculteurs est essentielle pour assurer ce changement de pratiques. Inspiré de l’expérience française du réseau de fermes DEPHY, le projet européen H2020 IPMWORKS a pour objectif de mettre en place un réseau d’agriculteurs à l’échelle européenne pour faire la démonstration de stratégies de Protection Intégrée des Cultures (IPM, pour Integrated Pest Management, en anglais) à faible usage de pesticides, et promouvoir l’adoption de ce type de stratégies en favorisant l’échange d’expériences et de connaissances entre agriculteurs. Coordonné par INRAE, et engageant 31 partenaires de 16 pays européens, dont Acta - les instituts techniques agricoles et l'APCA - Chambres d’agriculture France, IPMWORKS est officiellement lancé cet automne 2020 pour une durée de quatre ans.

20 novembre 2020