Agroécologie 3 min

Chargé d’affaires, un métier d'intermédiaire pour l’innovation en agriculture

Depuis 2018, Fiona Bourdoncle est chargée d’affaires dans le domaine du numérique pour les productions végétales pour le Carnot Plant2Pro porté par INRAE. Connaisseuse des compétences des équipes de Plant2Pro, à l’écoute des besoins du monde économique, elle est l’intermédiaire clé pour créer les partenariats qui feront les innovations de demain.

Publié le 20 novembre 2020

illustration Chargé d’affaires, un métier d'intermédiaire pour l’innovation en agriculture
© INRAE

Faciliter les rencontres entre les chercheurs et les partenaires 

C’est lors d’un stage de fin d’études au sein d’Agri Sud-Ouest Innovation, un pôle de compétitivité pour l’agriculture et l’agroalimentaire, que Fiona Bourdoncle est conquise par les métiers de valorisation de la recherche. Son diplôme d’ingénieur agronome en poche, elle décide de rejoindre INRAE Transfert en 2018 en tant que chargée d’affaires. « INRAE Transfert est une filiale d’INRAE qui a pour but de valoriser et transférer les résultats de la recherche publique au monde socio-économique pour répondre aux besoins de l’agriculture de demain », explique Fiona Bourdoncle. Depuis, la jeune femme a pour mission de renforcer la recherche partenariale de « son » institut Carnot, Plant2Pro, qui regroupe 16 unités mixte de recherche INRAE et trois instituts techniques agricoles (Arvalis, Terres Inovia et l'Institut Français de la Vigne) en facilitant et en accompagnant les rencontres entre les chercheurs et leurs futurs partenaires.

Faciliter le transfert des innovations numériques pour la production végétale 

Au sein de l’équipe de chargés d’affaires d’INRAE Transfert, Fiona Bourdoncle est spécialisée dans le numérique au service des productions végétales : « Mon domaine englobe toute la chaîne de valeur de la donnée, de l’acquisition au traitement jusqu’à son utilisation finale comme par exemple les outils d’aide à la décision ». En plein essor, le numérique tel qu’il est travaillé à Plant2Pro peut être appliqué à de nombreux usages en agronomie : le pilotage des cultures, la caractérisation des plantes, le développement de systèmes de culture plus durable, le suivi des épidémies ainsi que la prévision et la gestion des risques, « un sujet crucial pour l’ensemble des enjeux auxquels l’agriculture fait face aujourd’hui », note la jeune femme. 

« Matcher » les compétences et les besoins d’aujourd’hui

Cartographier notre offre de recherche pour répondre aux besoins des partenaires

Pour réaliser sa mission de « mise en relation » des scientifiques de Plant2Pro avec les entreprises, interprofessions et associations pouvant bénéficier de leurs innovations, Fiona Bourdoncle a pris le temps de bien connaître l’ensemble de l’écosystème. « En tant que chargés d’affaires, nous devons beaucoup échanger avec les scientifiques pour comprendre toutes leurs compétences et cartographier notre offre de recherche afin de la présenter de la manière la plus claire et exhaustive possible aux partenaires socio-économiques », explique-t-elle. « Dès lors, quand les chercheurs nous font part de leurs idées et de leur souhait de partenariat, nous pouvons rechercher les acteurs socio-économiques susceptibles d’être intéressés. Réciproquement, lorsqu’un acteur socio-économique nous informe d’un besoin ou d’un intérêt scientifique sur un sujet, nous devons être à même de l’orienter vers une équipe de recherche pouvant s’y consacrer. Nous travaillons aussi étroitement avec les chargés de partenariat et de valorisation des tutelles, véritables pivots pour les collaborations de recherche public-privé de l’institut ». 

Séminaires, salons… : organiser les conditions favorables aux rencontres

Faciliter les collaborations

La vision globale et la veille qu’assure Fiona Bourdoncle au quotidien lui permettent d’organiser des événements facilitant les collaborations. Il peut s’agir de séminaires internes destinés à favoriser les rencontres et à stimuler la démarche de recherche partenariale auprès des chercheurs, mais aussi des séminaires externes pour présenter des résultats de travaux de recherche et des innovations techniques à des partenaires potentiels. « En 2019, nous avons par exemple préparé un événement sur la thématique des plantes de service en identifiant les chercheurs à faire intervenir, en communiquant auprès des acteurs économiques et en épaulant notre direction sur toute la logistique », se souvient Fiona Bourdoncle. Et il faut faire face aux impondérables : « Avec le Covid-19, nous avons mis en place de nouvelles manières d’organiser des événements, notamment en octobre dernier avec un séminaire en ligne sur le numérique pour les productions végétales ». Pour augmenter la visibilité de leur Carnot, Les chargés d’affaires participent à des événements incontournables comme, par exemple, les Rendez-Vous Carnot organisés par l’association des Instituts Carnot, le Salon de l’Agriculture ou Le Forum International de la Robotique Agricole. Beaucoup de contacts dans le métier de chargé d’affaires donc, pour le plus grand bonheur de Fiona Bourdoncle : « La diversité des acteurs que je suis amenée à côtoyer me permet d’apprendre constamment dans des domaines allant de la génétique végétale aux nouveaux capteurs. C’est aussi un métier « multitâches » qui exclut toute monotonie et comme je l’exerce en équipe, il me donne l’occasion de bénéficier des idées de tous et d’une émulation collective ». 

Un maillon fort de la chaîne de l’innovation

Si la rencontre entre une équipe de recherche et un acteur socio-économique se transforme en projet concret, mission accomplie : le relais est alors passé aux ingénieurs partenariat pour la mise en place du contrat de collaboration. La fonction de chargée d’affaires de Fiona inclut également une part de gestion administrative : « Chaque printemps, nous devons centraliser les données de l’ensemble de nos tutelles pour produire des indicateurs annuels, tels que le nombre de publications, le montant de nos recettes contractuelles. Ces indicateurs nous permettent de suivre et développer notre stratégie de développement de la recherche partenariale avec les entreprises », rappelle Fiona Bourdoncle. Un travail qui prend du temps mais évidemment indispensable pour assurer la pérennité du soutien à l’innovation !

INRAE porte 5 instituts Carnot 

Emmanuelle ManckRédactrice

Contacts

Fiona BourdoncleChargée d'affaire pour le Carnot Plant to Pro

En savoir plus

Société et territoires

Les start-up et INRAE

Accompagner la création de start-up à INRAE, c'est promouvoir l'innovation et valoriser les résultats de nos recherches. Découvrez des exemples de start-up qui ont été créées à partir de l'Institut, ou dans son environnement, depuis 1999.

20 octobre 2020

Soutien à l’innovation : création du label AgriO reconnu par la « French Tech Seed » pour les start-ups agri/agro en recherche d’investisseurs

COMMUNIQUE DE PRESSE - Fort de sa sélection à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par Bpifrance et de sa reconnaissance comme apporteur d’affaires « French Tech Seed » en février 2020, le consortium AgriO propose un nouveau processus de labellisation à de jeunes entreprises innovantes en recherche d’investisseurs. Délivré par des experts des mondes agricoles, agro-industriels ou agroalimentaires à des jeunes entreprises à haut potentiel, le label AgriO vient parachever un accompagnement personnalisé réalisé par des structures spécialisées (incubateurs, accélérateurs, pôles de compétitivité…) qui ont mis en commun leurs expertises.

11 mai 2020