Changement climatique et risques 15 min

Arbres, forêts et sécheresse

DOSSIER - Les épisodes de sécheresse, amenés à se multiplier sous l’influence du changement climatique, ne sont pas sans conséquence sur la végétation… Dans quelle mesure les arbres de nos forêts souffrent-ils du manque d’eau ? Comment font-ils face à la sécheresse ? Comment préparer les forêts de demain et réduire leur vulnérabilité face à la sécheresse ? Autant de question que les scientifiques d’INRAE explorent.

Publié le 27 août 2020

illustration Arbres, forêts et sécheresse
© INRAE

La sécheresse est un évènement caractérisé par un manque d'eau suffisamment long et important pour qu'il y ait des impacts sur la flore (naturelle ou cultivée), la faune (sauvage ou d'élevage) et les écosystèmes.

Les causes et les manifestations en sont multiples, que ce soit un épisode météorologique marqué par des précipitations plus faibles que la moyenne, un manque d’eau dans les sols du fait d’une forte évaporation ou encore un débit des rivières ou un niveau des réserves d’eau (nappes phréatiques, lacs et autres) anormalement bas par rapport à la moyenne.

Phénomènes jusqu’à présent ponctuels, les épisodes de sécheresse sont vraisemblablement amenés à se multiplier sous l’influence du changement climatique. Pour la France métropolitaine, les projections à long terme prévoient une augmentation de la température moyenne de 2 à 4°C d’ici la fin du siècle et une diminution des pluies au printemps et en été, avec des disparités entre les régions.

Les forêts, naturelles ou plantées, couvrent aujourd’hui environ 30 % des terres émergées de la planète. Europe et Amérique sont les continents les plus riches en forêts. Ces dernières couvrent environ 17 millions d’hectares en France métropolitaine (soit là aussi environ 30 % de la surface), avec Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et Bourgogne-Franche Comté en tête du palmarès des régions les plus boisées. Les départements ultramarins sont aussi fortement boisés, avec par exemple 96 % de la Guyane (soit environ 8,5 millions d’hectares) recouverts de forêts tropicales. Dans toutes les régions, y compris en outre-mer, les épisodes répétés de sécheresse des dernières années ont eu des répercussions sur la santé des forêts et celle des arbres qui les composent.

Qu'est-ce que la sécheresse ?

Niveau des nappes phréatiques, quantité d’eau dans les sols, températures au printemps… Les causes de la sécheresse sont nombreuses et les caractéristiques varient d’une année à l’autre. En savoir plus...

Depuis de nombreuses années, plusieurs sites naturels ou dispositifs expérimentaux sont mis à profit par les scientifiques INRAE pour observer, tester, analyser les milieux naturels sous la contrainte des activités anthropiques et des changements globaux et évaluer leur réponse.

Les conséquences de la sécheresse sur les arbres et les milieux forestiers

Susceptibles de toucher toutes les régions du globe, les épisodes de sécheresse ont des impacts variés sur les milieux naturels forestiers et leur fonctionnement comme sur les arbres qui les composent.

Pourquoi les arbres meurent-ils en cas de sécheresse intense : comprendre l’embolie gazeuse

Lorsque le dessèchement du sol se combine avec une forte demande évaporative, la menace ultime pour l’arbre est l’arrêt de l’acheminement de l’eau absorbée par les racines vers les parties aériennes où s’effectue l’évaporation. Cet acheminement se fait par des vaisseaux constitués de files de cellules mortes réduites à de longs tubes. Si l’eau des vaisseaux s’évapore brutalement, une poche gazeuse se forme qui bloque le flux d’eau : c’est l’embolie gazeuse. Si trop de vaisseaux sont concernés, cela peut entraîner la mort de l’arbre.

S’adapter pour résister à la sécheresse

L’alternance de saisons sèches et humides est un phénomène répandu dans de nombreuses régions du globe, notamment en zone tropicale. Les recherches menées dans ces régions permettent de mieux comprendre comment les arbres s’adaptent à cette alternance.

 A une autre échelle, une diminution temporaire de l’eau disponible impose aux arbres de pouvoir s’adapter rapidement afin de survivre à cette période défavorable. Ainsi, quand l’eau vient à manquer, le peuplier réduit sa surface foliaire, limitant ainsi les pertes d’eau par évapotranspiration. Cette adaptation peut survenir en quelques jours et elle est réversible, puisque les feuilles qui se développent après un arrosage reprennent la morphologie d'avant la sécheresse.

 Les micro-organismes jouent un rôle important pour la croissance et la santé des arbres. A l’inverse, on sait peu de choses sur leur rôle dans l’adaptation des arbres au changement climatique, en particulier la température et les stress.

Des risques combinés : sécheresse et incendies

Le réchauffement climatique accroît les risques de sécheresse et d’incendie pour les forêts françaises. L’adaptation à ces risques passe par la prévision du danger d’incendie et par une gestion forestière réduisant la vulnérabilité des peuplements à la sécheresse et au feu

Et demain ?

 

Catherine Foucaud-ScheunemannRédactrice

Contacts

Thierry CaquetDirecteur scientifique Environnement

En savoir plus

Changement climatique et risques

Incendies de forêt

DOSSIER -En Australie, Amazonie, Californie, Sibérie… de nombreux feux d’une ampleur hors norme ont embrasé les forêts et marqué l’actualité ces dernières années. Le changement climatique, l’intensification et l’étalement des implantations humaines ont multiplié les risques d’incendies, faisant peser de nouvelles menaces sur la végétation et les hôtes des forêts, comme sur les habitants des territoires.

17 janvier 2020

Changement climatique et risques

Agriculture et sécheresse

DOSSIER - L'eau est une ressource fragile, de plus en plus rare. L’augmentation des prélèvements pour les usages agricoles et non agricoles, les tensions dans le partage de la ressource, les effets du changement climatique sur les écosystèmes naturels et sur les régimes hydrologiques font apparaître les limites de la ressource et la nécessité d'une gestion intégrée.

15 juillet 2020

Changement climatique et risques

Sylvain Delzon, un génie branché

Avec sa carrure de rugbyman australien et son allure de « farmer » nord-américain, Sylvain Delzon, est un écophysiologiste pure souche. Reconnu internationalement pour ses travaux en hydraulique et ses résultats sur la résistance à la sécheresse des arbres, ce robuste défenseur du sud-ouest fait évoluer à toute vitesse les recherches sur l’adaptation des forêts au changement climatique.

04 décembre 2019