Changement climatique et risques 3 min

Les forêts tropicales africaines n'ont pas récupéré après l'épisode extrême El Niño de 2015-2016

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs d’INRAE, du CEA et du CNRS, grâce à un outil qu’ils ont récemment mis au point, ont quantifié l’évolution des stocks de carbone dans la biomasse végétale aérienne des tropiques (Amérique, Afrique, Asie) au cours de la période 2010-2017. Les résultats, publiés dans la revue Science Advances le 5 février 2020, montrent que les forêts tropicales, en particulier celles d’Afrique, n’ont pas récupéré après l’épisode El Niño de 2015-2016. La sécheresse marquée associée à cet épisode, succédant à une période de sécheresse en 2014, a conduit à une aggravation du déficit en eau dans la zone racinaire, et par conséquent à d’importantes pertes de carbone.

Publié le 06 février 2020

illustration Les forêts tropicales africaines n'ont pas récupéré après l'épisode extrême El Niño de 2015-2016
© INRAE

La sécheresse sévère et les températures extrêmes engendrées lors de l’évènement El Niño de 2015-2016 ont conduit à d’importantes émissions de CO2 dans l’atmosphère par la végétation, et donc une baisse des stocks de carbone dans la biomasse végétale. Avec le retour de conditions plus humides et des températures en moyenne plus basses au niveau des tropiques à partir de mi-2016, une production accrue de biomasse était attendue, avec un possible retour aux quantités de carbone de 2014.

Mais qu’en est-il en réalité ? Les chercheurs d’INRAE, du CEA et du CNRS ont utilisé leur nouveau jeu de données issu de l’indice de végétation, appelé L-VOD (L-band vegetation optical depth) et obtenu à partir des observations spatiales du satellite SMOS, pour évaluer l’évolution du stock de carbone dans la biomasse aérienne de la végétation tropicale sur la période 2010-2017.

Les résultats obtenus montrent que les pertes de carbone en Afrique représentent 56 % des pertes observées à l’échelle des tropiques (1,6 PgC1) pendant l’épisode El Niño (2015-2016).

Après l’épisode El Niño de 2015-2016, les forêts africaines n’ont pas récupéré en 2017

Les chercheurs ont également observé que les stocks de carbone dans la biomasse aérienne de la végétation des tropiques ont fortement diminué au cours de la période 2014-2017 (-1,3 PgC). L’Afrique représente environ 70% de la perte nette globale (-0,9 PgC), suivie de l’Amérique (-0,5 PgC).

Fin 2017, malgré un retour à des conditions climatiques normales, les stocks n’étaient pas revenus au niveau de ceux de 2014 à l’échelle des tropiques, avec des disparités locales : ils continuaient à diminuer en Afrique, se rapprochaient lentement du niveau de 2014 en Asie et en Amérique, et avaient retrouvé leur niveau de 2014 dans les zones tropicales arides.

Que les zones soient ou non déforestées en Asie et en Amérique, la dynamique est similaire. En revanche, la perte de carbone est supérieure dans les zones non déforestées. Ces pertes en Afrique pourraient s’expliquer par la diminution de la réserve en eau des sols, liée aux effets cumulés de faibles précipitations et d’une évapotranspiration accrue, en particulier dans le nord de l’Afrique tropicale.

Ces résultats montrent que les sécheresses et El Niño - phénomènes qui risquent de s’intensifier - ont des répercussions à long terme sur la vulnérabilité des stocks de carbone dans les régions tropicales. Leurs successions pourraient avoir des effets cumulatifs dramatiques sur l’assèchement de la zone racinaire et, par répercussion, sur les pertes de carbone dans la biomasse aérienne de la végétation.

Evolution des stocks de carbone dans la biomasse aérienne de la végétation, estimée à partir de l'index L-VOD dans les régions tropicales sur la période 2014-2017.

Evolution des stocks de carbone dans la biomasse aérienne de la végétation, estimée à partir de l'index L-VOD dans les régions tropicales sur la période 2014-2017.

On remarque que globalement, ce stock en 2017 n’a pas retrouvé son niveau de 2014, avant El Niño.

On note que si les forêts tropicales de la zone Asie ont récupéré, les forêts tropicales africaines ne récupèrent pas, et plus encore, elles continuent de voir leur stock diminuer au cours de 2017.

© INRAE/ L. Fan

Référence

Wigneron et al., Tropical forests did not recover from the strong 2015–2016 El Niño event, Science Advances  05 Feb 2020:
Vol. 6, no. 6, eaay4603, DOI: 10.1126/sciadv.aay4603

 

CP_JPWigneron_forets tropicales.pdfpdf - 939.59 KB

Service presse INRAE

Contacts scientifiques

Jean-Pierre Wigneron Unité Interactions Sol Plante Atmosphère

Philippe Ciais Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, UVSQ/CNRS/CEA)

Le centre

Les départements

AGROENV
ECO-FA

En savoir plus

Changement climatique et risques

Un nouvel outil pour suivre le bilan carbone de la végétation : première application au continent africain

Comment les stocks de carbone changent-ils à l’échelle continentale dans la végétation ? Quels facteurs expliquent ces changements ? Ce sont des questions centrales pour les sciences du climat et l’application des accords internationaux pour le climat. Une étude pilotée par l’Université de Copenhague a permis une approche inédite de ce problème. En lien avec les équipes scientifiques du CEA, du Cnes et du CNRS, l'Inra a coordonné le développement du jeu de données issu d'observations satellitaires micro-ondes qui est à la base de l'approche. L’étude démontre que sur le continent africain et durant la période 2010-2016, le bilan net de carbone est négatif (baisse des quantités de carbone retenu par la végétation), et que la majorité des pertes de carbone s'est produite dans les savanes arborées des régions semi-arides. Ces résultats sont publiés le 9 avril 2018 dans la revue Nature Ecology and Evolution.

16 janvier 2020

Changement climatique et risques

La biomasse aérienne de la végétation de la zone tropicale n’a plus d’impact positif sur le stockage du carbone

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs de l’Inra, du CEA, du CNRS et du CNES* sont parvenus à quantifier - au cours de la période 2010-2017 - l’évolution des stocks de carbone dans la biomasse végétale aérienne au niveau de la zone des tropiques (Amérique, Afrique, Asie). Résultat majeur et inédit: sur la période étudiée, les stocks de carbone de la biomasse aérienne produits dans les régions tropicales sont compensés par les pertes liées à la déforestation ou au dépérissement liés à l’impact du climat (notamment du fait d’épisodes El Niño). Ces régions tropicales, autrefois puits de carbone dans la biomasse aérienne, deviennent globalement neutres. Elles pourraient même devenir une source de carbone atmosphérique dans un proche avenir, accélérant ainsi le réchauffement global. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Plants le 29 juillet 2019.

Changement climatique et risques

La puissance des avalanches

Avec des valeurs pouvant atteindre 100 tonnes par m2 – soit le poids d’environ 20 éléphants sur une surface de 1 m2, la pression des avalanches constitue une donnée centrale pour appréhender le risque. À INRAE, les travaux visent à évaluer toujours mieux cette pression qui s’exerce sur les obstacles. À la clé : une meilleure anticipation du risque et une meilleure protection.

17 décembre 2019