Changement climatique et risques 3 min

OneWater : un programme et équipement prioritaire de recherche exploratoire autour de l’eau, notre bien commun

COMMUNIQUE DE PRESSE - Copiloté par le CNRS, le BRGM et INRAE, le programme et équipement prioritaire de recherche (PEPR) exploratoire [1] OneWater-Eau bien commun intervient dans un contexte de changement global où les pressions sur l’eau sont exacerbées et où les ressources en eau représentent l’un des défis majeurs du XXIe siècle. Lancé le 16 mars 2022, il est doté d’un budget de 53 millions d’euros sur 10 ans, financé dans le cadre du PIA 4. Structuré en 6 défis scientifiques, il a vocation à mettre les recherches sur les ressources en eau au cœur de la transition durable des territoires.

Publié le 16 mars 2022

illustration OneWater : un programme et équipement prioritaire de recherche exploratoire autour de l’eau, notre bien commun
© One Water

L’eau est un bien commun essentiel pour les services rendus aux écosystèmes et aux populations humaines. Elle ne doit pas être considérée comme un produit qui pourrait être soumis à la loi du marché et qui concernerait uniquement quelques usages. Les ressources en eau sont limitées et sont impactées par de nombreux facteurs allant du changement climatique à la dégradation des écosystèmes en passant par l’impact des activités humaines sur leur disponibilité et leur qualité. Il est désormais plus que nécessaire de prendre en considération les connaissances produites par les scientifiques, qu’elles soient issues des sciences de l’environnement et de l’univers, des sciences humaines et sociales, de la chimie, de la biologie, des mathématiques ou encore des sciences de l’ingénieur. Au cœur des enjeux de connaissances : pour une gestion durable, efficace et équitable de l’eau, afin de protéger, préserver et partager cette ressource répartie de façon inégale dans les territoires.

Variations de la répartition des ressources en eau, suivi de la qualité, aménagement du territoire et développement responsable et durable des activités dépendantes de l’eau sont quelques-uns des enjeux qui sont au cœur du PEPR OneWater. C’est la principale initiative de recherche nationale dans le domaine de l’eau depuis plus de 20 ans pour travailler sur une des questions scientifiques primordiale dans le domaine : comment le changement global affecte le cycle de l’eau ? Il s’agit de mieux comprendre la complexité des sociohydrosystèmes et de produire les connaissances nécessaires pour proposer des solutions viables, équitables et soutenables et de les tester sur le terrain. En favorisant une approche systémique et intégrée, ce PEPR exploratoire, qui va se déployer sur le territoire national, tant métropolitain qu’ultramarin, vise à accompagner les transitions, indispensables pour répondre à l’ampleur des enjeux liés à l’eau dans un contexte de changement global en dialogue avec les acteurs, gestionnaires, usagers et décideurs.

Structurer la communauté pour produire de nouvelles connaissances, contribuer à la formation des étudiants, dialoguer et coconstruire avec le monde socioéconomique… telles sont les ambitions de OneWater pour aborder de façon intégrée la diversité et la complexité des enjeux liés à l’eau à toutes les échelles spatiales et temporelles. Pour mettre en œuvre son action, le PEPR exploratoire s’appuiera sur une panoplie d’outils tels des appels à projets ouverts, des projets ciblés, l’organisation de rencontres et d’échanges autour des défis portés par OneWater en impliquant les scientifiques, les étudiants, les acteurs socioéconomiques et des territoires. Toutes ces actions viendront en appui aux équipements et aux dispositifs existants2. Elles contribueront aussi à la création d’une plateforme virtuelle OneWater, dans une logique de science ouverte, en rassemblant les données disponibles sur l’eau, dans l’objectif de répondre aux nouveaux enjeux nationaux, européens et internationaux.

Les 3 organismes pilotes seront entourés de 10 partenaires académiques3 et du monde socioéconomique pour d’une part accélérer le déploiement des recherches et innovations, et d’autre part transformer ces connaissances en solutions et actions.

Le premier appel à projets du PEPR exploratoire OneWater comportera dans un premier temps un appel à manifestation d’intérêt pour répondre aux 6 défis du programme :

Défi 1 - Anticiper l’évolution de la ressource en eau pour permettre l’adaptation des territoires à leurs singularités.

Défi 2 - Développer une « empreinte eau » des processus environnementaux et des activités humaines, en considérant non seulement les transferts d’eau mais aussi sa qualité́.

Défi 3 - Utiliser l’eau comme sentinelle de la santé de l’environnement et des sociétés humaines le long du continuum terre-mer.

Défi 4 - Proposer des solutions pour promouvoir l’adaptabilité et la résilience des sociohydrosystèmes face au changement global, et favoriser des approches et des usages plus raisonnés et intégrés.

Défi 5 transverse - Accompagner la transition socioécologique vers une nouvelle gouvernance des ressources, pour une société durable et résiliente.

Défi 6 transverse - Partager, rendre accessible et compréhensible par tous et toutes les données sur l’eau pour la connaissance et l’action.

 

1. Les PEPR exploratoires visent des secteurs scientifiques ou technologiques en émergence pour lesquels l’Etat souhaite identifier et structurer ces communautés. Ils sont financé dans le cadre du volet recherche du PIA 4 et du plan France Relance. Les PEPR exploratoires sont issus d’une sélection drastique par un jury international.

2. OneWater s’appuiera sur un ensemble de dispositifs, observatoires, infrastructures (ANAEE France, OHM, OZCAR, OZNS, RZA), sur de grands équipements (ex. Terra Forma) et des plateformes (Data Terra, Gaia Data) par exemple.

3. Ifremer, IRD, Météo-France, université de Bordeaux, université Claude-Bernard Lyon 1, université de Montpellier (Stratégie de site I-MUSE), université Grenoble-Alpes, université Rennes 1, université de Strasbourg, université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

En savoir plus

Changement climatique et risques

Sciences participatives : DRYrivERS, une application smartphone pour surveiller l’assèchement des rivières

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les réseaux hydrographiques sont essentiels à notre bien-être et comptent parmi les zones de haute diversité biologique les plus menacées de la Terre. Le changement climatique et l'augmentation des besoins en eau notamment assèchent de plus en plus les rivières. Toutefois, l'assèchement des réseaux hydrographiques reste peu étudié, compris et cartographié. Dans le cadre du projet DRYvER* piloté par INRAE, une équipe internationale de scientifiques collecte, analyse et modélise des données provenant de réseaux hydrographiques sujets aux assèchements à travers deux continents, l'Europe et l'Amérique du Sud. Pour aider les scientifiques à cartographier les asséchements des rivières, les citoyens ont désormais une application à leur disposition : DRYrivERS.

28 septembre 2021

Changement climatique et risques

Stratégies de gestion de l’eau face aux impacts du changement climatique : lancement du projet Explore2

COMMUNIQUE DE PRESSE - Face à l’augmentation des températures qui pourraient dépasser +4°C et la baisse des précipitations estivales à horizon 2100 en France, il est probable que certains territoires français soient au cours du XXIème siècle plus durement et plus fréquemment touchés par des épisodes de sécheresse l’été. Cela aura pour conséquence une moindre disponibilité des ressources en eau dans les rivières et un impact sur les nappes. Véritable bien commun, l’eau est indispensable à de nombreux usages : les activités économiques (agricoles, industrielles, touristiques), les besoins en eau potable de la population locale et ceux inhérents à la préservation de la qualité des milieux aquatiques. La rareté de cette ressource naturelle pourrait entraîner des conflits qu’il faut anticiper.

19 juillet 2021