Alimentation, santé globale 5 min

Face aux maladies émergentes : repenser la veille sanitaire mondiale - INRAE participe au projet international MOOD coordonné par le CIRAD

COMMUNIQUE DE PRESSE - La maladie X est-elle déjà là ? L’arrivée du COVID-19 impose-t-elle de repenser nos systèmes de veille sanitaire ? C’est ce que font des chercheurs européens et nord-américains, dans le cadre du projet MOOD qui a débuté en janvier 2020, autour d’une question phare : comment identifier précocement les nouveaux signaux épidémiques ? Expert des maladies émergentes, dont la plupart ont une origine animale, le Cirad coordonne ce projet réunissant 25 instituts de recherche* et agences de santé publique, dont 4 autres organismes français : l’Anses, INRAE, l’Inserm, et l’Université de Montpellier.

Publié le 19 mars 2020

illustration Face aux maladies émergentes : repenser la veille sanitaire mondiale - INRAE participe au projet international MOOD coordonné par le CIRAD
© INRAE

Quel est le risque d’introduction d’un nouveau pathogène en Europe ? Quel est le risque qu’il se propage ? Quelles sont les zones favorables pour sa diffusion ? Ce sont les questions initiales abordées dans le projet MOOD. Ce projet vise à améliorer les outils et services d’intelligence épidémique, avec aujourd’hui un fort focus sur le COVID-19.

Coordonné par le Cirad dans le cadre du programme européen H2020, MOOD pèse 14 millions d’euros et réunit 25 partenaires – institutions de recherche, agences de santé publique, services vétérinaires - de 12 pays. A son issue, fin 2023, ses participants auront développé des nouveaux outils de veille, complémentaires à ceux déjà existants, pouvant être partagés dans tous les pays.

Face à l’urgence du COVID-19, les équipes de MOOD ont déployé sans attendre des actions spécifiques, notamment dans la modélisation de la transmission du virus, et la détection précoce des émergences et leur suivi.  « Avec l’arrivée du COVID-19, nous mettons les bouchées doubles, tout en tenant le cap du programme initial », souligne Renaud Lancelot du Cirad, coordinateur scientifique de MOOD.

« Les échanges sont intenses. Ils ont lieu par visioconférence, en attendant que la réunion de lancement de MOOD puisse se tenir à Stockholm, comme cela était prévu, avant les restrictions liées à l’arrivée du COVID-19 », précise Elena Arsevska du Cirad, cheffe du projet. 

La capitale suédoise avait été choisie pour le lancement officiel du projet, car elle abrite le siège de l’European Center for Disease Control. L’ECDC est un des partenaires importants de MOOD, ainsi que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation) et l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale).

Unifier et améliorer la veille sanitaire en Europe et dans le monde

carte projet mood
Projets MOOD en Europe. Agence Européenne de l’Environnement (EEA).©

Il est prévu que MOOD se déroule en quatre étapes :

  1. Cinq études de cas sur les systèmes d'intelligence épidémique de pays européens aux statuts socio-économiques, géographiques, climatiques et aux modes de surveillance différents ont déjà commencé - l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie et la Serbie sont ciblés ;
  2. Un travail participatif avec les acteurs de l’intelligence épidémique de ces pays sera ensuite réalisé pour caractériser leurs systèmes, puis évaluer conjointement leurs besoins en termes d’outils et de services en intelligence épidémique ;
  3. Les outils et services seront développés et mis à disposition de l’ECDC et des agences de santé publique partenaires du projet puis diffusés en Europe et au-delà, notamment dans les pays du Sud ;
  4. Pour finir, les nouveaux outils et services ainsi co-construits seront partagés, à coût raisonnable et si possible en open source.

Ainsi, pendant quatre ans, instituts de recherches, fondations et organisations gouvernementales de santé publique et vétérinaire œuvreront de concert pour unifier et améliorer les outils et services d’intelligence épidémique. 

Systèmes d’intelligence épidémique ou comment évaluer le risque d'émergence de pathogènes

Changement climatique, mobilité animale et humaine, croissance démographique, urbanisation, etc. : il existe aujourd’hui un risque accru d'émergence de nouveaux agents pathogènes, et d’accélération de leur propagation au niveau mondial. La rapidité de détection de ces émergences et d’évaluation des risques qu’ils représentent pour la santé publique est cruciale : c’est une question de jours, parfois d’heures

Pour faire face, les agences de santé publique développent des systèmes d’intelligence épidémique, qui s’appuient sur deux types d’informations : les sources dites « officielles », déclarées par les services de santé publique ; les sources dites « non-officielles », qui relaient les informations trouvées dans les médias, des articles scientifiques, ou encore des données de laboratoires

Ces dernières années, les systèmes basés sur les sources non-officielles se sont montrés particulièrement efficaces pour détecter l’émergence de nouvelles maladies, en exploitant, par exemple, les données provenant de forums d’internautes, d’articles de journaux en ligne ou encore des réseaux sociaux. Mais ils génèrent d’immenses quantités de données à traiter. Comment détecter précocement des signaux d’émergence parmi toutes ces informations ? Comment les prioriser ? Comment les interpréter ? Comment évaluer le risque de propagation d’un nouveau pathogène ?

MOOD ambitionne de répondre à ces questions, en offrant aux plateformes de surveillance existantes un appui méthodologique et pratique en réponse à leurs besoins. Outre les données sanitaires, d’autres types de données seront incorporées pour mieux évaluer le risque de propagation d’un pathogène tels que le climat, les migrations, l’occupation des sols ou encore la déforestation...

* Partenaires impliqués dans MOOD

France : Anses, Cirad, INRAE, Inserm, Université de Montpellier, GERDAL

Allemagne : Mundialis GmbH & Co KG
Belgique : University of Antwerp, Université Libre de Bruxelles, Katolich University of Leuven, AVIA-GIS
Espagne : Instituto de Salud Carlos III

Italie : Fondazione Edmund Mach, Istituto Superiore di Sanita
Finlande : National Institute for Health and Welfare

Pays-Bas : Stichting OpenGeoHub
Portugal : Université de Lisbonne
Royaume-Uni :
Environmental Research Group Oxford, University of Southampton
Serbie : Institute of Public Health of Serbia

Suisse : ETH Zürich, Swiss Institute of Bioinformatics

Etats-Unis : International Society for Infectious Diseases Incorporated

drapeau europe

Ce projet a reçu des fonds du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union Européenne sous la convention de financement No 874850 - MOOD.

 

CP Lancement projet MOOD.pdfpdf - 1.13 MB

Service presse INRAE

Service de presse Cirad

Contacts scientifiques

Renaud Lancelot Coordinateur scientifique du projet MOOD (Cirad)

Agnès Leblond UMR EPIA - Epidémiologie des maladies animales et zoonotiques (INRAE/VetAgroSup)

Maguelonne Teisseire UMR TETIS - Territoires, Environnement, télédétection et information spatiale

Les centres

En savoir plus

Biodiversité

La recherche française porteuse de solutions pour lutter contre le déclin de la biodiversité

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des solutions pour enrayer le déclin de la biodiversité existent. De nombreuses équipes de recherche y œuvrent quotidiennement. Chaque mois, de mars à octobre 2020, la FRB, ses instituts membres fondateurs - le BRGM, le Cirad, le CNRS, l’Ifremer, l’Ineris, INRAE, l’IRD, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Université de Montpellier – et l’alliance AllEnvi s’unissent pour valoriser les travaux et résultats des chercheurs qui travaillent sur des solutions et leviers d’action. Rendez-vous dès mi-mars pour suivre le #ScienceDurable : « La science pour un monde durable ».

12 mars 2020

Alimentation, santé globale

COVID-19 : 20 projets de recherche sélectionnés pour lutter contre l’épidémie

COMMUNIQUE DE PRESSE - Alors que l’épidémie de coronavirus Sars-CoV2 continue de se propager, l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan) se mobilise pour accélérer la recherche sur le virus et sur la maladie COVID-19, via l’action du consortium REACTing, coordonné par l’Inserm. Avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 20 initiatives scientifiques ont été sélectionnées par le conseil scientifique de REACTing. Elles portent sur des thématiques aussi diverses que la modélisation de l’épidémie, la recherche de traitement ou la prévention.

12 mars 2020

Coronavirus : le dispositif de crise INRAE face à l'épidémie Covid-19 est en application

Comme tous les établissements, INRAE s'organise face à la progression de l'épidémie de Covid-19 causée par un coronavirus. Une cellule de crise mise en place depuis plusieurs jours, a préparé la continuité de service de l’institut. Une information régulière est assurée auprès des personnels. Les consignes de distanciation sociales, avec un recours généralisé au télétravail chaque fois qu’il est possible, sont appliquées dans l’ensemble de nos centres pour toutes les activités qui ne sont pas essentielles.

19 mars 2020