Agroécologie 2 min

CO-Concevoir avec les Citoyens un Nouvel ELevage Laitier Ecologique de montagne (COCCINELLE)

Le projet de recherche Coccinelle a pour ambition de co-construire et de tester des solutions innovantes pour l’élevage laitier de demain dans le Massif central, avec un ensemble de plus de soixante acteurs du massif, dont des éleveurs, des représentants des filières, des chercheurs.... Il est également prévu d’impliquer des citoyens dans cette démarche. En effet, aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus soucieux des conditions de production de leur alimentation. L’ensemble du dispositif s’inscrit dans une démarche éco-citoyenne, et vise à répondre, notamment, à des enjeux de symbiose environnementale, de santé et de bien-être des animaux et de l’éleveur, et de qualité des produits.

Publié le 02 décembre 2020

illustration CO-Concevoir avec les Citoyens un Nouvel ELevage Laitier Ecologique de montagne (COCCINELLE)
© A Nicolao

Si vous êtes curieux d’apprendre comment vont se construire des solutions pour l’élevage de demain dans ce projet, et que vous cherchez des formes d’actions positives renouvelées, cet article est pour vous !

La prise en compte des enjeux sociétaux relatifs à la chaîne alimentaire, à la gestion des ressources, aux territoires et aux acteurs est soutenue dans le plan stratégique INRAE 2030. Dans le contexte des controverses sur l’élevage, une question a émergé d’un collectif d’acteurs partenaires du projet et de chercheurs du Centre INRAE Clermont-Auvergne-Rhône-Alpes et de VetAgro Sup : que pourrait-on proposer de nouveau et d’innovant en élevage laitier pour le grand Massif central, qui s’inscrive dans une démarche “éco-citoyenne” ?

Construire collectivement les finalités de l’élevage de demain dans le Massif central

Les premières rencontres du réseau de partenaires ont produit l’idée d’un élevage éco-citoyen, à concevoir ensemble et en associant aussi des citoyens sans lien particulier à l’élevage. Les principales finalités d’un tel élevage formulées à ce jour par le réseau sont de permettre aux éleveurs de mieux vivre leur métier, via l’amélioration de leur autonomie et de leur qualité de vie, de produire une alimentation saine et savoureuse, de placer la santé et le bien-être des animaux au coeur des pratiques d’élevage, de viser la symbiose de l’élevage avec son environnement naturel et territorial...

Bref, mettre en lien l’Homme, les animaux, les plantes et le sol.

Expérimenter des pratiques d’élevage innovantes

Des innovations, en rupture avec les pratiques “conventionnelles” adoptées dans les fermes laitières, sont actuellement en cours de test sur la ferme expérimentale de l’UE Herbipôle à Marcenat. L’expérimentation de ces pratiques, innovantes et présentant desrisques, sera prochainement complétée par d’autres expérimentations, moins risquées, conduites au sein des fermes du réseau de partenaires (éleveurs et lycées agricoles).

L’expérimentation menée à Marcenat dans le cadre du projet Coccinelle vise un élevage 100% herbager, sans intrants achetés, respectueux de la santé et du bien-être animal et soucieux de la qualité de vie des éleveurs. Pour cela, le cycle de vie des animaux s’organise autour de la pousse de l’herbe. Les vaches vêlent au printemps, avant la mise à l’herbe, pour que la ressource pâturée puisse, seule, couvrir leurs besoins alimentaires, permettant ainsi de se passer de concentrés. Côté bien-être des animaux, les veaux ne sont pas séparés de leur mère à la naissance, comme ce qui est fait classiquement, mais sont élevés par leur mère jusqu’au sevrage, leur permettant de maintenir le lien naturel mère-jeune, de bénéficier d’un apprentissage de la part des vaches et de développer des relations sociales plus riches. Les parcelles, quant à elles, sont gérées de façon à concilier maximisation de la biodiversité et production de différents types de foin, pour répondre aux besoins des vaches en fonction de leur stade physiologique.

Cette expérimentation a débuté en 2020 et doit durer plusieurs années. La deuxième année d’expérimentation se met en place actuellement, suite à une première évaluation des pratiques testées.

Aller plus loin, ensemble, dans l’innovation

Le travail de conception des expérimentations va être poursuivi en intégrant les citoyens au collectif Coccinelle (Il s’agit d’un projet de Recherche Action Participation) et en mobilisant les apports des sciences participatives et de la conception innovante pour animer des ateliers de co-conception et faire émerger d’autres solutions innovantes. Celles-ci pourraient faire évoluer le système actuellement testé à Marcenat et inspirer des expérimentations dans d’autres fermes des participants du réseau.

Si de prime abord certaines demandes citoyennes peuvent paraître difficile à accorder avec les impératifs de l’élevage tel qu’il est conçu aujourd’hui, un des challenges est de voir comment ces attentes citoyennes peuvent trouver un écho dans la mise en place de pratiques innovantes, conciliant impératifs technico-économiques de la filière et réponse aux interrogations de la société.

Plus que de simples pratiques éco-citoyennes, c’est donc aussi un engagement. Pour les animaux, pour les éleveurs et pour les citoyens-consommateurs. Le projet a donc pour ambition d’apporter sa pierre à l’édifice pour ébaucher un élevage de demain qui satisferait le plus grand nombre. Un réel défi pour lequel le collectif d’acteurs professionnels du Massif Central est prêt à relever les manches…

Des débouchés pour les produits ?

Pour qu’un tel projet réussisse, un travail sur les débouchés des produits est nécessaire. Côté éleveur, il est indispensable de trouver des filières, labellisations, marques… qui permettent de mettre en valeur des façons de produire nouvelles, démontrant leur engagement pour un avenir de l’élevage respectueux des animaux et de l’environnement. Côté consommateur, le besoin croissant et justifié de connaître les conditions de production, en lien avec les problématiques de bien-être ou d’environnement, pourrait ainsi être satisfait.

C’est un réel enjeu pour le projet que de proposer in fine un modèle viable et vivable pour les éleveurs et acceptable pour les consommateurs.

Bref… Une filière éthique !

Expérimenter aussi sur la façon de travailler ensemble!

Il existe aujourd’hui une demande forte de « faire ensemble ». Coccinelle souhaite y répondre au travers d’un projet réellement collectif, associant acteurs de terrain, du monde éducatif et de la recherche, pour apprendre les uns des autres et valoriser la diversité des points de vue pour innover. D’où l’ambition de mettre en place et faire vivre une gouvernance partagée et adaptative.

C’est relativement nouveau et le chemin n’est pas tout tracé. Comme dans toute expérimentation, une réflexion est donc conduite pour examiner au fur et à mesure l’animation et la dynamique du projet en vue de les améliorer, mais aussi pour consolider ce que nous apprenons collectivement.

 

Vous êtes intéressés ?   Contactez nous...

 

Financements : Agence Nationale de la Cohésion des Territoires , Métaprogramme SANBA (INRAE), I-SITE CAP 20-25

En savoir plus

Agroécologie

MOOC Bien-être des animaux d'élevage

Ce MOOC a été conçu par une équipe pédagogique regroupant des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des vétérinaires spécialistes du bien-être des animaux d’élevage. Il est structuré en trois modules : "comprendre" qui pose les bases théoriques, "évaluer" qui propose des éléments utilisables sur le terrain, et "améliorer" qui présente quelques solutions.

01 décembre 2019

Agroécologie

Une nurserie pour veaux inaugurée au centre Inra Val de Loire

Catherine Beaumont, présidente du centre Inra Val de Loire, Tiphaine Aguirre-Lavin et Christophe Staub, directeurs de l’unité expérimentale Physiologie animale de l’Orfrasière (UEPAO) et Philippe François, sous-préfet de Loches, ont inauguré vendredi 15 novembre à Nouzilly une nurserie pour les veaux. Cette infrastructure permettra le suivi de 40 veaux de la naissance à la puberté avec la possibilité de deux conduites nutritionnelles différentes. L’ensemble constitue un dispositif unique en France dédié à l’étude de l’alimentation des génisses laitières et de son impact sur leurs capacités de reproduction.

19 décembre 2019

La science au service de l’amélioration génétique des ruminants

COMMUNIQUE DE PRESSE - Philippe Mauguin, Président directeur général de l’Inra et Michel Cetre, Président de l’union de Coopératives agricoles ALLICE (sélection génétique et reproduction des ruminants) et de la SAS APIS-GENE (financement et valorisation de la recherche) ont renouvelé leur engagement par la signature de deux accords-cadre le jeudi 25 juillet 2019 autour d’un objectif commun : adapter l’élevage français aux multiples défis qu’il doit relever.