Alimentation, santé globale 5 min

La chlordécone, un poison pour longtemps

La chlordécone, un insecticide utilisé massivement en Guadeloupe et Martinique jusqu’en 1993, pour lutter contre le charançon du bananier, a contaminé les sols, les eaux souterraines, les rivières et le littoral marin. Aujourd'hui encore les animaux d'élevage sont contaminés via leur alimentation (fourrage, sol) et peuvent ainsi entraîner des risques de contamination chez l'Homme.

Publié le 01 juillet 2020

illustration La chlordécone, un poison pour longtemps
© INRAE, MAHIEU

La chlordécone a contaminé 90% de la population de la Guadeloupe et de la Martinique

Un poison pour la terre, les animaux, les végétaux et les Hommes. Voilà ce qu’est la chlordécone, un insecticide utilisé massivement en Guadeloupe et Martinique jusqu’en 1993, pour lutter contre le charançon du bananier. Classée cancérogène possible, perturbateur endocrinien, reprotoxique..., elle est très difficilement dégradable dans l’environnement terrestre, où sa persistance pourrait s’étendre sur 1 à 5 ou 6 siècles, suivant le type de sol. D’après l’étude Kannari de 2018, elle contamine, à des niveaux divers, plus de 90% de la population des deux îles. Et pour cause, l’insecticide n’a pas seulement contaminé les sols, il s’est aussi répandu dans les eaux souterraines, les rivières et le littoral marin avec des conséquences dramatiques. Il est absorbé passivement par les plantes au niveau des racines, est entraîné par le flux de sève brute, et se lie préférentiellement aux composés ligno-cellulosiques des vaisseaux conducteurs, qui jouent un rôle de filtre relativement efficace. Il en résulte un gradient de contamination des organes des plantes, avec une concentration maximale au niveau des racines, rhizomes et tubercules, et minimale pour les fruits des solanées, des bananiers ou des arbres fruitiers. Il est désormais impossible de cultiver les légumes racines (igname, carotte, patate douce...) dans les zones polluées (>100 mg de chlordécone / kg de sol sec), et même les fourrages consommés par les animaux sont significativement contaminés sur les sols les plus pollués.

Les animaux d'élevage contaminés 

En outre, des travaux menés par INRAE et l’Université de Lorraine dans le cadre du projet INSSICCA financé par l’ANR ont démontré que les bovins ingèrent de 20 à 100 g de sol pour chaque kg de matière sèche de fourrage ingéré. Or, la totalité de la chlordécone mesurée dans le sol se retrouve dans l’organisme de l’animal qui l’ingère, pouvant conduire à des contaminations très fortes. Des analyses réalisées sur des porcs élevés en plein air ont montré des niveaux de contamination des tissus jusqu’à 70 à 80 fois supérieurs à la limite autorisée ! Bien sûr, des tests sont systématiquement réalisés dans les abattoirs, afin d’écarter les carcasses trop contaminées, mais les conséquences économiques peuvent être difficiles à supporter pour les éleveurs, en particulier pour les éleveurs bovins, les plus concernés. Pourtant, des solutions existent pour limiter l’exposition des consommateurs. Ainsi, les chercheurs ont observé que la concentration de chlordécone dans les animaux et leurs produits (viandes, laits, oeufs) diminue avec le temps, dès qu’ils ne sont plus exposés. La concentration en chlordécone de l’organisme est divisée par deux au bout d’une semaine chez la poule, trois semaines chez la chèvre, trois et demie chez le mouton, six chez le boeuf et sept à huit semaines chez le porc (pour mémoire, il faut 10 à 17 semaines à l’Homme pour éliminer la moitié du polluant).

Et demain ?

Assurer une décontamination avant abattage

Pour cette raison, les scientifiques s’orientent maintenant vers la recherche de solutions qui soient techniquement efficaces, économiquement viables et socialement acceptables par la population. Plusieurs options biotechniques et organisationnelles sont envisagées avec les éleveurs, comme l’engraissement des bovins contaminés, soit sur des parcelles non polluées, soit dans des unités d’engraissement hors-sol, pour assurer une décontamination la plus complète possible avant abattage. Pour évaluer ces options, un projet Casdar vient d’être déposé par ITEL (Institut de l’Elevage de Guadeloupe), le centre INRAE Antilles-Guyane et l’Université de Lorraine. Enfin, INRAE apporte un soutien scientifique au programme régional de prévention Jardins Familiaux (JAFA) pour promouvoir des techniques de culture et d’élevage des volailles qui permettent aux particuliers auto-consommateurs de produire leurs oeufs, volailles ou légumes en minimisant leur risque d’exposition à la chlordécone.

 

Voir la rubrique "One Health, une seule santé"

Philippe Fontaine / Patricia LéveilléRedacteurs

Contacts

Maurice Mahieu Unité de Recherches Zootechniques Antilles-Guyane

Harry ArchimèdeUnité de Recherches Zootechniques Antilles-Guyane

Le centre

En savoir plus

Biodiversité

Néonicotinoïdes : malgré le moratoire de l'UE, un risque persiste pour les abeilles

COMMUNIQUE DE PRESSE - Depuis 2013, un moratoire de l’Union européenne (UE) impose des restrictions à l’usage de trois néonicotinoïdes jugés nocifs pour les abeilles dans les cultures prisées de ces insectes. Cependant, des chercheurs du CNRS, de l’Inra et de l’Institut de l’abeille (ITSAP) viennent de montrer que des résidus de ces insecticides, notamment l’imidaclopride, restent détectables dans le nectar de colza de 48 % des parcelles étudiées, avec d’importantes variations selon les années. L’évaluation du risque pour les abeilles, basée sur les modèles et paramètres des agences sanitaires, a montré que 3 années sur 5, jusqu’à 12 % des parcelles présentaient une contamination pouvant entrainer la mort de 50 % des abeilles et bourdons les visitant. Ces travaux sont publiés en ligne le 28 novembre 2019 sur le site de Science of the Total Environment.

18 décembre 2019

Agroécologie

Feedipedia, une encyclopédie en ligne pour l’alimentation des animaux d’élevage dans le monde

Feedipedia est un système d’information libre et gratuit sur les ressources disponibles à travers le monde pour nourrir les animaux d’élevage : composition chimique, valeur nutritionnelle et modes d’utilisation. Il permettra en particulier aux pays des régions chaudes d’utiliser au mieux la grande diversité de leurs espèces végétales locales. Il est géré conjointement par INRAE, le Cirad, l'Association française de zootechnie et la FAO.

05 février 2020

Agroécologie

Usages et alternatives au glyphosate dans l'agriculture française

Suite à la lettre de saisine des Ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation, de la Transition écologique et solidaire, de la Santé, et de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation du 2 novembre dernier, INRAE a remis le 30 novembre 2017 aux Ministres concernés son rapport sur les usages et les alternatives au glyphosate dans l’agriculture française.

13 décembre 2019