Agroécologie 4 min

Feedipedia, une encyclopédie en ligne pour l’alimentation des animaux d’élevage dans le monde

Feedipedia est un système d’information libre et gratuit sur les ressources disponibles à travers le monde pour nourrir les animaux d’élevage : composition chimique, valeur nutritionnelle et modes d’utilisation. Il permettra en particulier aux pays des régions chaudes d’utiliser au mieux la grande diversité de leurs espèces végétales locales. Il est géré conjointement par INRAE, le Cirad, l'Association française de zootechnie et la FAO.

Publié le 05 décembre 2019

illustration Feedipedia, une encyclopédie en ligne pour l’alimentation des animaux d’élevage dans le monde
© INRAE, M. Mahieu

Utiliser efficacement les ressources alimentaires pour nourrir les animaux est un enjeu capital pour la durabilité de l’élevage, en particulier dans les pays émergents où la consommation de viande augmente rapidement. Les régions chaudes possèdent une grande variété de plantes, tubercules et fruits amylacés, protéagineux, graminées et légumineuses, qui peuvent être utilisées en alimentation animale. Pour exploiter de façon optimale ces ressources locales, l’éleveur a besoin d’informations précises sur leur valeur nutritionnelle  pour formuler des rations équilibrées. Mais, alors que pour les pays tempérés, des tables d'alimentation nationales existent depuis longtemps et sont mises à jour régulièrement, les tables destinées aux pays tropicaux et subtropicaux étaient plus rares. Ces pays devaient souvent compter sur des données obtenues dans les pays tempérés ou utiliser des sources obsolètes et peu fiables. C’est pourquoi INRAE, le Cirad et l’Association française de zootechnie se sont associés pour développer Feedipedia, la première encyclopédie en ligne rassemblant l’ensemble des données mondiales sur le sujet.

Des informations détaillées sur de nombreuses sources alimentaires

L’encyclopédie est ouverte sur Internet depuis novembre 2012 et continue à s’enrichir. A terme, elle vise à donner les caractéristiques de tous les aliments, des plus conventionnels (blé, maïs, soja…), aux moins connus (farine d’escargot ou de grenouille,  karité,  kapok…). Les ressources disponibles sont très variées : la figue de barbarie par exemple, malgré ses épines, représente une source importante d’eau et de nourriture pour le bétail dans les zones très sèches. Le sang collecté dans les abattoirs, chauffé et séché, est utilisé dans certains pays pour enrichir la ration de ruminants, porcs, poules… et même vers à soie. En 2019, le site comptait plus de 700 fiches actualisées.
Chaque fiche fournit une somme d’informations utiles pour l’utilisation de la ressource : description, distribution, préparation, et bien sûr, caractéristiques nutritionnelles, sous forme de tables détaillées donnant la composition chimique de l’aliment (protéines, fibres, sucres…) et sa digestibilité (proportion ingérée qui est retenue par l’animal) pour différents animaux. Pour le maïs par exemple, on trouve ces données pour douze types de grains, selon leur origine (Europe, Afrique...) et selon leur préparation (chauffage, etc.). La fiche indique aussi les impacts environnementaux de la culture, positifs ou négatifs, les éventuelles contraintes (présence de composés toxiques) et précautions d’emploi. Ces informations seront enrichies régulièrement et mises à jour pour tendre vers une évaluation multicritères la plus complète possible de l’aliment.

Un ambitieux travail de synthèse

Feedipedia est né de la fusion de deux projets. Premièrement, les tables pour les régions chaudes mises en place par INRAE, le Cirad et l’AFZ depuis 2009, dans le prolongement des tables des pays tempérés. Deuxièmement, les données mises en ligne par la FAO sur le site AFRIS (Animal feed ressources information system), que Feedipedia remplace désormais. Plus de 25 chercheurs et ingénieurs d'INRAE, du Cirad et de l'AFZ, participent à ce projet. Ils rassemblent, analysent et synthétisent les données disparates publiées chaque année, qu’ils collectent avec l’aide de leurs contacts dans différentes régions du monde. Le site est publié en anglais, et traduit automatiquement dans 57 langues. Il propose aussi une base de références bibliographiques et des liens vers des ressources en ligne, dont  34 bases de données aliments/plantes (bases de fourrages tropicaux, d’espèces prairiales, de plantes envahissantes ou toxiques, etc.)

Voir le site Feedipedia

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Harry ArchimèdeUnité de Recherches Zootechniques

Le centre

Les départements

Génétique Animale
Physiologie et systèmes d'élevages

En savoir plus

Alimentation, santé globale

[Infographie] Pertes et gaspillages alimentaires : de quoi parle-t-on ?

Qu’une pêche soit « perdue » au verger suite à des intempéries ou « gaspillée » parce qu’elle a été mal conservée dans notre cuisine, il s’agit toujours d’une production de pêche… qui compte pour des prunes, et dont personne ne se nourrit. Les causes de ces pertes, donc les moyens de les réduire, ne sont pas les mêmes pour toutes les denrées et dans tous les pays.

18 décembre 2019

Agroécologie

« Des graines pour nourrir l’avenir » : retour sur la journée technique PSDR dédiée aux légumineuses

Jeudi 16 janvier, le PSDR (Programme de Recherche pour et sur le développement régional) Bourgogne-Franche-Comté a organisé au Lycée agricole de Quétigny (21), une journée de valorisation de ses travaux sur les légumineuses, une famille de plantes qui ont leur rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique et la réduction de l’utilisation des intrants de synthèse.

21 janvier 2020

Agroécologie

Agriculture de conservation

Le terme d’ « agriculture de conservation » a été créé par la FAO en 2001 lors du « First World Congress on Conservation Agriculture », à Madrid. Que cherche-t-’on à conserver ? Essentiellement la fertilité des sols agricoles, en les préservant contre les processus de dégradation qui peuvent les affecter, en particulier en luttant contre l’érosion.

18 décembre 2019