L’eau, une ressource vitale

Le manque d’eau affecte à la fois les populations humaines et les écosystèmes. Or, la population mondiale augmente et consomme de plus en plus d’eau. Le changement climatique impacte aussi directement les ressources en eau, avec des conséquences diverses : inondations, sécheresses et parfois les deux. Face aux défis de l’eau, INRAE développe des recherches à l’échelle à la fois locale et globale, sur le court et le long terme

Les menaces qui pèsent sur l'eau

Menaces sur l'eau-2

Désertification : lire l'article

Rivières intermittentes : lire l’article 

Montée de la mer : lire l'article

L’eau est une ressource renouvelable mais pas illimitée

L’eau est une ressource renouvelable, par les précipitations, mais pas illimitée : on estime son volume total sur Terre à 1,4 x 1021 litres, contenu à 97 % dans les océans. L’eau douce représente seulement 3 % de ce volume.

A volume total globalement constant, l’eau circule en permanence sous ses formes liquide, solide (neige, grêle, glace) et gazeuse (vapeur d’eau), entre différents compartiments reliés entre eux. C’est le cycle de l’eau.

Cycle de l'eau INRAE

Cette représentation simplifiée du cycle de l’eau prend en compte l’impact humain. Lire l’article.

La consommation humaine mondiale d’eau par an s’élève à 24 millions de milliards de litres (24 x 1015 litres), ce qui représente plus de 50% de l’eau des rivières terrestres, ou encore 6 fois le volume de la Manche. Elle englobe :

  • L’eau de pluie utilisée pour les cultures et les pâturages : eau verte
  • L’eau pompée et consommée par l’Homme : eau bleue
  • L’eau rejetée sous forme dégradée : eau grise

En conséquence de ce cycle, prélever de l’eau dans un compartiment a des répercussions sur les autres. Deux exemples :

- Construire des retenues collinaires permet de retenir l’eau en hiver en prévision des sécheresses estivales. Mais c’est autant d’eau qui n’ira pas alimenter les nappes, qui elles-mêmes alimentent les cours d’eau. Avec à terme des risques de sécheresse hydrologique .

- Les arbres qui poussent naturellement le long des cours d’eau (ripisylve) sont parfois mis en cause car ils consomment de l’eau. Mais il faut prendre en compte le fait que plus de 90% de l’eau pompée par les végétaux est évapotranspirée au niveau des feuilles et génère des pluies…souvent ailleurs il est vrai...

 

Nos dossiers sur l’eau

INRAE étudie l’impact des sécheresses sur le rendement des cultures et explore différents leviers pour y faire face : espèces et variétés tolérantes à la sécheresse, diversification des cultures pour une reconception des systèmes agricoles…

Dans quelle mesure les arbres de nos forêts souffrent-ils du manque d’eau ? Comment font-ils face à la sécheresse ? Comment préparer les forêts de demain et réduire leur vulnérabilité face à la sécheresse ? Autant de question que les scientifiques d’INRAE explorent...

INRAE travaille pour une gestion intégrée et territoriale de l’eau, en milieux agricoles et urbains : optimiser et limiter l’irrigation, recycler les eaux usées, veiller à la qualité des eaux et au maintien des écosystèmes aquatiques, assurer la distribution et la qualité de l’eau potable, concevoir des outils pour le partage de l’eau …

  • Dossier Inondations, à venir
  • Dossier Réutilisation des eaux usées, à venir