Dossier revue
Changement climatique et risques

L'agriculture va-t-elle manquer d'eau ?

DOSSIER Société - RESSOURCES#2
Il n’y a pas d’agriculture sans eau. Comment préserver au mieux l’harmonie de ce couple millénaire assombrie par le changement climatique, avec une agriculture plus demandeuse d’eau et une eau moins accessible ? Reconception de systèmes agroalimentaires plus durables, partage de l’eau dans les territoires et politiques publiques d’accompagnement sont au cœur des recherches d’INRAE que nous vous présentons ici. Avant cela, rappelons le contexte du changement climatique, son impact sur la ressource en eau et resituons l’agriculture parmi l’ensemble des activités humaines avec lesquelles elle doit partager cette ressource précieuse.
Ce dossier est centré sur la gestion quantitative de l’eau en agriculture tout en soulignant son aspect indissociable de la gestion qualitative de l’eau.

Publié le 01 juin 2022

Ressources#2, diffusé le 28 avril, 2022 consacrait son dossier Société à la qualité de l’eau. Conçu avec la contribution d’une vingtaine de scientifiques d'INRAE, ce dossier présente les résultats de recherche sur la gestion quantitative de l'eau en agriculture et, plus globalement, dans les territoires, dans le contexte du changement climatique. Il montre les pistes de solutions travaillées par INRAE avec ses partenaires pour garder accessible cette précieuse ressource.

A lire dans ce dossier

1 - L'eau, une ressource limitée à préserver

Avec le changement climatique, l'eau douce, en quantité finie sur la planète, va devenir plus difficile d'accès.

L'agriculture est à la fois consommatrice d'eau et source de solutions pour agir sur la cause du manque d'eau, c'est-à-dire le réchauffement climatique, en favorisant le stockage du carbone, mais surtout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre.

Pour comprendre la problématique de l'eau, il est essentiel de connaître et de comprendre le cycle de l'eau, qui se déplace en permanence entre différents compartiments (atmosphère, continents, océans), sous diverses formes (vapeur, pluie, glace et neige). De cette circulation et de ces équilibres dépend la vie sur la terre. Consulter l'article.

Voir aussi la page : L'eau, une ressource vitale

 

2 - Le partage de l'eau dans les territoires

Avec une ressource moins disponible, le partage de l'eau devient un enjeu crucial pour l'avenir des activités humaines, mais aussi des écosystèmes naturels. Les travaux d'INRAE contribuent à mettre à disposition des acteurs des méthodologies de concertation pour gérer ce partage de l'eau dans les territoires. Les approches de modélisation et d'évaluation développées par les chercheurs permettent aussi d'objectiver le débat et de désamorcer les conflits. Consulter l'article.

3 - L'agroécologie, source de solutions

Préserver la ressource en eau, pour les humains et pour la planète, c'est à la fois l'économiser et agir sur la cause de sa raréfaction : le changement climatique. Pour l'agriculture, c'est un double défi qui nécessite des changements rapides et profonds. L'agroécologie est une des voies possibles pour concilier les différents enjeux qui se posent à l'agriculture. Consulter l'article.

4 - Irriguer différemment

Avec le réchauffement climatique, la demande en eau pour l'irrigation augmente, y compris dans les pays tempérés, dont les cultures utilisent surtout de l'eau de pluie. Pour économiser l'eau, il faut d'abord adapter l'agriculture pluviale à la sécheresse et ne considérer l'irrigation qu'en dernier recours, ce qui conduit au concept d'« irrigation de résilience ». D'autre part, l'irrigation peut aussi être un levier de diversification des cultures qui est un des piliers de l'agroécologie. Enfin, il existe une marge pour optimiser l'irrigation sur le plan quantitatif, avec à la clé des économies d'eau de 15 à 40 % sur le territoire national. Consulter l'article.

5 - Aider les agriculteurs à s'adapter

Face au changement climatique, c'est une véritable transformation de l'agriculture qu'il faut opérer, avec de vrais risques pour les agriculteurs au niveau individuel. Un défi qui nécessite des politiques publiques adaptées et performantes. Les travaux d'INRAE portent sur différents leviers, dont : les paiements pour services environnementaux, les labels, ou encore des instruments issus de l'économie comportementale tels que les "nudges" (coup de pouce), La modélisation, qui prend en compte les facteurs psychologiques qui interviennent dans la prise de décision ainsi que les spécificités du territoire, jouera certainement un rôle d'accélérateur des transformations. Consulter l'article.

6 - Rencontre avec un agriculteur innovant

Laurent Dirat est agriculteur depuis 30 ans dans le Tarn-et-Garonne, un territoire en tension pour la ressource en eau. Il diversifie ses cultures, y compris avec des légumineuses. Sur 200 hectares, il cultive du tournesol et du blé en rotation et consacre 40 hectares à une diversité de fruits et légumes, dont certains exotiques. Il n'utilise l'irrigation, au goutte-à-goutte, que sur ses plantes maraîchères, aux heures les plus chaudes de juin à mi-juillet. Pour lui, « innover, c’est parfois perdre à court terme pour gagner plus tard ». Consulter l'article.

Pilotes scientifiques du dossier

  • Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture d’INRAE
  • Thierry Caquet, directeur scientifique Environnement d’INRAE
  • Chantal Gascuel, chargée de mission, Direction scientifique Environnement d’INRAE
  • Pascale Mollier et Sophie Nicaud

    Rédactrices