Alimentation, santé globale 3 min

INRAE et OLMIX renforcent leur partenariat et lancent le LabCom ALGAHEALTH

Communiqué de presse. L’UMR Infectiologie et Santé Publique du centre INRAE Val de Loire, membre de l’Institut Carnot France Futur Elevage et le Groupe OLMIX ont inauguré le projet LabCom ALGAHEALTH, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), le 30 novembre 2021 à Nouzilly (37). Cette création d’un laboratoire de recherche commun s’inscrit dans la collaboration entre INRAE et OLMIX, initiée en 2012. Ce LabCom vise à identifier dans les algues des molécules marines permettant d’apporter des solutions pour réduire l’impact des maladies infectieuses d’origine bactérienne, virale et parasitaire qui sévissent dans les élevages de volailles au niveau mondial.

Publié le 30 novembre 2021

illustration INRAE et OLMIX renforcent leur partenariat et lancent le LabCom ALGAHEALTH
© Olmix, Hervé Cohonner

Consacrée par la signature d’un contrat cadre en février 2020, la collaboration entre les deux institutions a démarré depuis près de 10 ans par des contrats de prestation pour se renforcer autour de projets de recherche et développement structurants. Ainsi le projet Studima a permis d’identifier de nouveaux actifs provenant de microalgues à destination du marché de la nutrition/santé animale (2017-2021). Second exemple avec le projet SAGA (initié en 2017), qui a pour objectif de développer de nouveaux aliments et noyaux de produits pour animaux permettant de produire une viande de qualité, élevée sans antibiotique.

Les algues, un atout pour la santé animale 

Ce LabCom ALGAHEALTH répond à des enjeux d’actualité, notamment sur le volet parasitaire avec le développement des filières plein air en volailles qui se révèle être un facteur de risque à travers l’augmentation du contact avec l’environnement externe. Les éleveurs ont besoin de réponses concrètes, efficaces et rentables pour faire face aux problèmes de contamination parasitaire (infestations d’endo et exoparasites) et notamment les parasites résistants aux produits antiparasitaires. La recherche d’alternatives aux coccidiostatiques*, très largement utilisés dans la filière volaille et dont le marché est estimé à plus de 2,8 milliards d’euros au niveau mondial, est un axe très important qui correspond à une attente forte du marché en attente de solutions innovantes non chimiques.

L’objectif de réduction de l’utilisation des médicaments en élevage, ne peut être atteint que si des stratégies prophylactiques alternatives efficaces sont développées pour protéger les animaux. Dans cette optique, les algues grâce à leur richesse en nutriments et en molécules bioactives, utilisées en complément dans l’alimentation, pourraient améliorer la robustesse des animaux face aux infections et contribuer ainsi à réduire l’utilisation d’intrants chimiques dans les élevages. De plus, le caractère durable des algues marines, ayant une croissance rapide sans utilisation d’engrais ou d’eau douce, est un atout pour la pérennité de la filière de production de solutions efficaces en nutrition et santé animale. L’extraction, la caractérisation et la valorisation d’extraits algaux contenant des ingrédients et des molécules bioactives représente une nouvelle activité économique à développer, une source de création d’emplois et de valeur par le développement d’une nouvelle filière respectueuse, à la fois, de l’environnement et du bien-être animal. 

Premiers résultats prometteurs

Le LabCom a déjà permis de mettre en place et de s’approprier un nouveau modèle d’étude sur l’Ascaris, un parasite majeur en élevage avicole et notamment en filière bio. Globalement, à mi-parcours de la phase opérationnelle, des résultats prometteurs ont été obtenus in vitro sur les différents axes étudiés. Ainsi, les chercheurs d’INRAE ont démontré in vitro le potentiel de certains extraits à limiter l’infection de cellules aviaires par le virus influenza et le parasite coccidie. Les prochaines étapes permettront de comprendre les modes d’actions mis en œuvre, d’affiner les screening d’extraits pour ne sélectionner que les plus prometteurs à la fois techniquement mais en prenant en compte également les aspects process, sourcing et économique. Des associations de molécules sont également envisagées. Ces études permettront de mettre en place au cours de l’année 2022, des premiers essais sur animaux dans la plateforme d’infectiologie expérimentale d’INRAE ou sur le terrain. 

* Additif qui empêche la prolifération des coccidies sans tuer ces parasites. Les coccidiostatiques sont ajoutés à l’aliment des animaux. 
 


Le groupe Olmix est spécialisé dans l’élaboration de solutions technologiques biosourcées pour accompagner la transition écologique des modes d’élevages et de cultures. Son ambition est de concilier l’amélioration de la rentabilité pour l’ensemble des acteurs de la filière agricole et la préservation de l’environnement par l’utilisation d’intrants respectueux de la nature. Olmix réalise un chiffre d’affaires de 155 M€ et emploie 650 collaborateurs répartis sur 36 filiales dans le monde. Le groupe possède 14 sites industriels dont une bioraffinerie spécialisée dans la transformation des algues.

INRAE, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, est un acteur majeur de la recherche et de l’innovation créé le 1er janvier 2020. Institut de recherche finalisé issu de la fusion entre l’Inra et Irstea, INRAE rassemble une communauté de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, service et expérimentales implantées dans 18 centres sur toute la France. L’institut se positionne parmi les tout premiers organismes de recherche au monde en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal, et en écologie-environnement. Il est le premier organisme de recherche mondial spécialisé sur l’ensemble « agriculture-alimentation-environnement ». INRAE a pour ambition d’être un acteur clé des transitions nécessaires pour répondre aux grands enjeux mondiaux. Face à l’augmentation de la population, au changement climatique, à la raréfaction des ressources et au déclin de la biodiversité, l’institut construit des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

CP INRAE OLMIX inauguration LabCom ALGAHEALTH 30/11/2021pdf - 201.44 KB

Communication INRAE Val de LoireRédaction

Contacts

Catherine Schouler Contact scientifiqueUnité mixte de recherche Infectiologie et santé publique (UMR ISP)

Pi Nyvall CollenContact scientifiqueGroupe Olmix

Maxime CoiffetContact presseGroupe Olmix

Laurent CarioContact presseCentre INRAE Val de Loire

Le centre

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Charlotte Foret-Lucas, la virologie dans le sang

Qui pourrait « adorer » le virus de la grippe ? Charlotte Foret-Lucas, contaminée par la fascination pour un virus « mystérieux, changeant, sur lequel on ne saura jamais tout ». Depuis 2013, la jeune femme est technicienne de recherche spécialisée en virologie dans l’unité de recherche Interactions hôtes-agents pathogènes. Elle est également responsable adjointe du laboratoire de niveau 3 de l’École nationale vétérinaire de Toulouse.

16 janvier 2020