Les sols, essentiels pour la planète

Sous nos pieds, un monde longtemps inconnu, le sol ou plutôt les sols. Cette couche superficielle des surfaces continentales de la Terre, formée par l’altération de la roche sous-jacente sous l’action du climat et des organismes vivants est de mieux en mieux comprise grâce à de nombreux travaux de recherche. Siège de multiples fonctions vitales pour la planète et pour ses habitants, à l’interface avec les autres compartiments du globe, le sol est soumis aux changements globaux actuels. Aujourd’hui plus que jamais, le sol et sa gestion sont l’objet de multiples enjeux (sécurité alimentaire, changement climatique, environnement, santé…) auxquels se consacrent les équipes INRAE.

Les sols ont encore beaucoup à nous apprendre… 

Les sols, c’est la surface qui nous porte.
Verticalement, leur épaisseur varie de quelques centimètres à quelques mètres. Horizontalement, ils couvrent de façon continue la surface des continents, présents sous les cours d’eau et sous les constructions humaines, pellicule fine sur les affleurements rocheux.
Ils nous nourrissent, accueillent nos maisons, les animaux et les plantes, sont le support des paysages que nous contemplons…. Mais savez-vous vraiment ce qu'ils sont et à quoi ils servent ?                     

En savoir plus

Ils abritent un quart de la biodiversité de la planète

Dans une motte de terre, il y a…. 50 km de racines de plante, 500 km de filaments de champignons, 100 milliards de bactéries, 100 000 protozoaires ou encore 5 000 insectes sans oublier les vers de terre. A plus grande échelle, taupes, rongeurs et autres animaux fouisseurs sont eux-aussi présents (Source : UE).
Dans les sols, microorganismes, qui nous sont pour la plupart inconnus, animaux et plantes se côtoient et interagissent. Essentielle à la vie, cette biodiversité doit être préservée ou protégée. Comment connaitre tout ce qui vit et interagit dans le sol ? Comment apprécier les fonctions que remplit cette biodiversité et les services qu’elle rend ? Comment prendre en compte ces éléments dans les domaines de l’agriculture ou de l’aménagement territorial ?

En savoir plus

Vous connaissez la matière grise… connaissez-vous la matière organique ? 

Sous ce terme, se cache « tout ce qui est vivant ou a été vivant dans le sol » et bien plus encore : rapidement décomposée, elle contribue à la structuration et à la fertilité des sols agricoles ruraux ou urbains ; transformée en gaz carbonique (CO2), elle est vite émise vers l’atmosphère où ce gaz s’accumule aux côtés d’autres gaz à effet de serre. Augmenter les apports de matière organique, limiter les émissions de gaz carbonique, tels sont les défis qui l’attendent… et nous aussi !

En savoir plus

Savez-vous planter des haies ?

​Replantation de haies d’essences mélangées en plaine céréalière. Bord du Bassin Parisien, plateau de Saint André (27).  ​​

Véritable réservoir de biodiversité, les haies jouent de nombreux rôles. Elles structurent le paysage, délimitent les parcelles agricoles, protègent les cultures. Elles sont également source de bois d’œuvre et de chauffage…

Savez-vous qu’elles jouent un rôle important dans la fixation du carbone et dans le cycle de l’eau ?

En savoir plus

Compter les vers de terre avec de la moutarde, ça vous dit ?

De Brive ou de Dijon, à l’ancienne ou à l’estragon, la moutarde trouve fréquemment sa place dans nos sauces à salade quand elle n’agrémente pas nos hot-dog. Savez-vous qu’on l’utilise parfois aussi pour attraper les vers de terre ?
Membres à part entière de la faune du sol, on en dénombre quelques centaines au m² correspondant à une masse qui se compte en dizaines voire en centaines de kilos à l’hectare. Depuis quelques années, curieux (de nature) et scientifiques participent à des projets de recherche participative dont bon nombre ont pour objectif de mieux connaitre et caractériser les sols, leur biodiversité ou encore leur qualité.

En savoir plus

Le chiffre : 52 %

C’est la part du territoire français métropolitain occupé par les sols agricoles.

55 millions d'hectares, c'est la surface de la France métropolitaine.

En 2018, les sols agricoles occupaient 52 % du territoire métropolitain, partagés entre 36 % de sols cultivés et 16 % de surfaces toujours en herbe (prairies).
Les espaces naturels couvraient 39 % du territoire métropolitain dont 34 % de sols boisés (forêts, bosquets, haies et alignements arborés). Les sols artificialisés représentaient 9 % du territoire métropolitain soit 4 % de sols imperméables (bâtiments et surfaces revêtues : routes, places, parking) et 5 % de sols perméables stabilisés (chemins, pistes, voies ferrées) ou enherbés (parcs et jardins, terrains de sport, pelouses). 

Savez-vous qu’en 10 ans (2010-2020), les sols artificialisés ont progressé de 596 000 ha soit l’équivalent d’un département français, comme le Var ou la Charente ? Dans les années 1990-2010, cette progression était plus rapide, équivalant à un département français tous les 7 ans.
Pour freiner le processus d’artificialisation des sols et les effets négatifs qui en découlent, le Plan biodiversité présenté par le gouvernement le 4 juillet 2018 a fixé un objectif de « zéro artificialisation nette à terme » sur le territoire national. Cela signifie qu'à terme, pour toute nouvelle surface artificialisée une surface équivalente doit être « désartificialisée ». 

En savoir plus

De sa surface jusqu’à la roche altérée dont il se distingue par l’association intime de constituants minéraux et organiques, le sol est une couche fragile, de quelques centimètres à plusieurs mètres d'épaisseur.

Sa formation résulte d’une évolution à l’échelle du millénaire, pendant laquelle des processus d’altération, de transformation et d’organisation ont pris place pour conduire à sa différenciation verticale (on parlera d’horizons pédologiques) et latérale, en lien avec la nature des substrats géologique et des écosystèmes, les flux alentours d’eau et d’air. Le sol varie, il n’est pas le même ici et là (on parlera de couverture pédologique).

Une biodiversité foisonnante et encore mal connue contribue aux nombreuses fonctions qu’il assure.

Au cœur de ce que l’on appelle désormais la zone critique qui va de la roche altérée à la cime des plus grands arbres, le sol est en interaction constante et continue avec le vivant, qu’ils s’agissent de plantes, d’animaux ou encore de microorganismes, l’eau et l’air qui l’entourent et qui sont susceptibles de modifier ses propriétés. Non renouvelable à l’échelle humaine, le sol n’en est pas pour autant figé. Soumis à de fortes contraintes, naturelles et anthropiques, il est aussi l’objet de nombreuses menaces (érosion, imperméabilisation, contaminations, diminution des teneurs en matières organiques, réduction de la biodiversité, tassement, salinisation ou encore inondations et glissements de terrain) qu’il faut considérer comme une opportunité pour engager une démarche durable d’usage et de gestion des sols, que ce soit en matière de pratiques agricoles ou sylvicoles ou de gestion des sols en ville.

Bien commun, parce qu’il permet le développement des écosystèmes, de la flore et de la faune, parce que nous en dépendons pour notre alimentation, le sol s’inscrit dans la sphère privée lorsqu’il devient propriété. Les sols sont de plus en plus l’objet de questions juridiques, économiques et sociales, quant au droit qui s’applique au sol, à la valeur foncière qui leur est attribuée, à la perception qu’en ont les sociétés notamment par la mise en place de politiques publiques pour préserver et mieux gérer les sols. 

Aujourd’hui, le sol est plus, que jamais, porteur d’enjeux essentiels, qu’il s’agisse de la sécurité alimentaire, de la sécurité des approvisionnement en eau, du changement climatique, de la durabilité énergétique, de la santé de l'homme et des écosystèmes ou encore de la protection de la biodiversité. En témoigne notamment une montée de la problématique sols dans divers agendas (recherche, économie, politiques publiques). De la connaissance des sols aux instruments économiques qui en reconnaissent les valeurs, plusieurs leviers existent. Autant de sujets de réflexions et de prospectives  que ce dossier vous invite à explorer.

Testez vos connaissances sur les sols !

 

Ressources

📚 Le sol - Une merveille sous nos pieds
Qu'est-ce que le sol, et comment naît-il ? Quels organismes y habitent ? Quels sont les chemins de l'eau dans le sol ? Comment peut-il nous aider dans la lutte contre le changement climatique ?  

Tous ces aspects, et bien d'autres, sont abordés dans cet ouvrage largement illustré. 

En savoir plus...

Carte des sols en France métropolitaine

🗺️ Une nouvelle carte des sols accessible à tous
Fruit d’une consolidation de 60 ans de travaux d'inventaire et de recherche menée par le GIS Sol et le RMT Sols et territoires, la carte des sols métropolitains coordonnée par INRAE donne accès à une information claire et détaillée sur les sols et leurs potentiels usages, afin de mieux les valoriser. En savoir plus...

Évaluation de la composition d’un sol, tamisage des fragments et particules

Emoticon Facebook tree Demain, les sols enfin à la une ?
THE CONVERSATION - Ce samedi, comme tous les 5 décembre, c’est la Journée mondiale des sols. Instaurée en 2014 par les Nations unies, elle vise à faire prendre conscience de l’importance capitale des sols face aux grands défis planétaires. En savoir plus...

Les ambassadeurs des sols

Ils sont chercheurs, ingénieurs ou techniciens, consacrent leur quotidien au sol, découvrez quelques uns des acteurs de la recherche INRAE sur les sols...

Claire Chenu
Claire Chenu, les pieds sur terre
Philippe Lemanceau, les microorganismes des sols
Portrait d'Isabelle Cousin
Isabelle Cousin, de la motte au climat
Samuel Mondy
Samuel Mondy, l'ADN du sol
Claudi Bartoli
Claudi Bartoli, le microbiote des plantes
Ghislain Géniaux, foncièrement engagé