Collaborations scientifiques pour une agriculture sans pesticides

Utilisés à grande échelle pour sécuriser notre production alimentaire, les pesticides de synthèse contaminent les milieux et affectent la biodiversité. Nos recherches et notre expertise sont mobilisées pour réduire leur impact et trouver des solutions de protection des cultures alternatives à leurs usages. Il s’agit d’accompagner la transition vers un changement de système. Ces travaux mobilisent des collaborations en Europe et dans le monde.

Progresser vers des agricultures sans pesticides de synthèse fait partie de la feuille de route INRAE 2030, associé à l’objectif stratégique d’accélérer les transitions agroécologiques et alimentaires. Il s’agit d’impulser un véritable changement de système, impliquant des leviers techniques mais également organisationnels, en considérant le rôle des différents acteurs dans le système alimentaire.

 

Quelles solutions pour réduire d'au moins 50 % l'usage des pesticides de synthèse en Europe ? La question était centrale dans le colloque scientifique organisé par INRAE sous la Présidence française de l'UE en juin dernier. Le journaliste Pierre Girard en a fait le point de départ d'un voyage à travers l'Europe pour rencontrer les scientifiques qui travaillent sur cette question et témoigner des solutions qui se dessinnent. Première étape de ce "Field trip" à Dijon, lors de la visite par les participants au colloque d'un dispositif INRAE innovant pour se passer de pesticides de synthèse : CA-SYS.

Série "Field trip"

 

 

 

VERS DES SOLUTIONS ALTERNATIVES

La transition de systèmes agricoles vers des modèles agroécologiques implique un changement de paradigme.

Les solutions actuelles majoritaires mobilisant les pesticides de synthèse sont curatives, instantanées, localisées et souvent individuelles. Se passer des pesticides nécessite la mise en œuvre de solutions préventives visant prioritairement à faire baisser la pression des bioagresseurs, parfois collectives, combinant le choix des cultures (espèces et variétés) et une gestion de la protection dans le temps et l’espace... Cette transition implique un changement de paradigme.

Les recherches en agroécologie et l’avancée des connaissances sur les services rendus par les écosystèmes permettent de penser de nouveaux modèles et d’accompagner les transitions agroécologiques et alimentaires. Les résistances variétales et leur durabilité, les agroéquipements mobilisant données satellitaires, robotique et numérique sont également des voies explorées. L’innovation ouverte et la science citoyenne font également pleinement partie des moyens mis en œuvre par INRAE, de même que l’expertise et l’appui aux politiques publiques.

En 2022, INRAE mène, aux côtés d'organismes scientifiques partenaires, plus d'une dizaine de projets pour accompagner cette transition : 

A l'échelle européennne (8 projets H2020)  : DiverIMPACTS sur la diversification des systèmes de cultures, IWMPRAISE sur la lutte intégrée contre les adventices, OPTIMA, sur la lutte intégrée en vigne et verger, SuperPests sur l’apport des données et du numérique dans la lutte intégrée, EMPHASIS plateforme de phénotypage haut-débit, VIRTIGATION sur les stratégies de lutte intégrée pour faire face aux virus, IPM Decisions, plateforme d’outils d’aide à la décision à disposition de tous les acteurs pour la lutte intégrée et NEFERTITI, réseau hautement connecté de fermes pilotes et de démonstration à l’échelle de l’UE.

A l'échelle nationale, dans le cadre du Programme Cultiver et protéger autrement (six projets PPR CPA) : CAP ZERO PHYTO, sur l’adaptation du concept d’immunité écologique à la protection des culture, DEEP IMPACT, sur les interactions plante-microbiote au service de la défense des plantes aux bioagresseurs, SUCSEED pour des solutions alternatives aux pesticides sur les semences, MoBiDiv pour mobiliser la diversité cultivée intra et inter-spécifique, SPECIFICS pour la conception de systèmes de culture sans pesticides et riches en légumineuses à graines et BE-CREATIVE sur la co-conception de territoires sans pesticides.

 

Ecophyto Recherche-Innovation : des solutions, de nouvelles connaissances et des retours d'expérience

A travers le plan Ecophyto II+, le ministère en charge de l'Agriculture mobilise recherche et innovation pour accélérer et accompagner la transition vers une protection des cultures beaucoup moins consommatrice de pesticides de synthèse. INRAE contribue à l'animation scientifique et apporte son expertise à l'appui des politiques publiques.

  • Fin 2021, 9 webinaires ont tiré les enseignements et retours d'expériences de 30 projets de recherche menés dans le cadre des précédents plan Ecophyto : biocontrôle, itinéraires techniques, gestion du paysage, résistances des cultures aux parasites... retrouvez les webinaires sur la chaine Youtube dédiée.
  • Issus de ces recherches, des produits de biocontrôle sont déjà commercialisés, des outils et des connaissances sont disponibles pour optimiser et adapter les pratiques culturales et réfléchir collectivement à une autre organisation des systèmes de production : les actes du colloque mettent ces connaissances à disposition.

Un dispositif pérenne d'appui aux politiques publiques, porté par INRAE et le ministère en charge de l'Agriculture : les certificats d'économies de produits phytopharmaceutiques

IMPACTS DES PESTICIDES

INRAE mène des recherches sur la contamination des sols et des eaux par les pesticides et leurs produits de transformation ainsi que sur la toxicité de ces produits souvent présents en mélange, sur la biodiversité et les fonctions biologiques. La notion d’éco-exposome, s’intéressant à l’ensemble des empreintes physiques, chimiques, biologique et autres au cours de la vie d’un organisme est mobilisée. Nos scientifiques s’intéressent également aux solutions de remédiation permettant de dépolluer les milieux : plantes remédiatrices et solutions fondées sur la nature en particulier.

Dans le cadre européen, INRAE collabore au projet H2020 Aristo qui évalue la toxicité des pesticides sur les microorganismes du sol.

SURVEILLER ET PREVENIR

Surveiller et prévenir permettent d’intervenir précocement et de réduire la mobilisation des moyens de lutte. Face à la recrudescence des crises sanitaires, l’objectif est également de détecter les émergentes de nouvelles maladies pour mieux les prévenir et les contenir. La surveillance épidémiologique de certaines maladies réglementées est régie par une réglementation européenne qui impose aux Etats membres des obligations de surveillance sanitaire dans le domaine végétal comme en santé animale. Elle est également encadrée par des réglementations françaises. Les liens entre les acteurs de la surveillance et la recherche sont étroits pour mieux atteindre les objectifs.

A l'échelle européenne, INRAE est contribue à quatre projets H2020 : POnTE (Xylella et Chalarose du frêne), HOMED (Gestion holistique de l’émergence de maladies et ravageurs en forêt), RUSTWATCH (système d’alerte sur l’apparition de nouvelles souches de pathogènes à l’origine de rouilles des cultures), IPM-Popillia (contrôle de l’invasion du scarabée japonais, Popillia japonica).

INRAE pilote deux projets dans le cadre du PPR CPA national : BEYOND épidémiosurveillance et une prophylaxie fondées sur des observations de proximité et à distance et PheroSensor, détection précoce des insectes ravageurs à l’aide de capteurs olfactifs utilisant des récepteurs phéromonaux.