Agroécologie 2 min

E-Phytia : le web et les smartphones au chevet des plantes malades

Dans le cadre du Ciag « Construire et diffuser des systèmes légumiers multi-performants » du 14 septembre à Angers, nous avons rencontré Jonathan Gaudin, phytopathologiste généraliste, qui nous a présenté e-phytia. Il nous a en effet montré les dernières applis web et smartphones de ce projet qui propose différents services en santé des plantes, lors d’une démonstration.

Publié le 29 septembre 2017

illustration E-Phytia : le web et les smartphones au chevet des plantes malades
© INRAE

Entre la raréfaction des diagnosticiens sur le terrain et le plan Écophyto2 dont l’objectif est de réduire l’utilisation des pesticides, Dominique Blancard de l’unité Santé et Agroécologie du Vignoble a eu l’idée d’utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour créer un portail web, ainsi que des applications nomades associées totalement gratuites, et utilisables en zone non couverte dès 2011. Aujourd’hui, plus d’une vingtaine d’applications en santé des plantes sont disponibles et diffusées par l’Inra. Il existe notamment des applications dédiées aux cultures légumières qui ont été élaborées et diffusées avec le soutien du GIS PIC lég. Mais à quoi servent-elles ?

 

Une aide précieuse, du terrain au laboratoire

« Ces applications ont plusieurs objectifs : informer et aider à diagnostiquer notamment par un jeu de comparaison d’images, pour voir si la plante est malade, proposer des méthodes de lutte alternatives comme le biocontrôle, déclarer le début d’une épidémie ou signaler un émergent » détaille Jonathan Gaudin. Finalement, ces applications web et nomades diffusées sous l’appellation Di@gnoplant assurent un continuum de services gratuits et complémentaires en santé des plantes, du terrain au laboratoire, et vice-versa.

Faciliter la circulation de l’information

Diagnostic-conseil, épidémio-surveillance, biovigilance à grande échelle, promulgation de méthodes de protection alternatives, sciences participatives… sont autant de domaines d’intérêt couverts par ces applications. Dans un premier temps, le pilote était focalisé sur le tabac, puis le projet a été étendu à d’autres cultures : tomate, salade, courgette… Ainsi, ces applications, disponibles sur l’App Store et Google Play, permettent la remontée (avec le module Vigipl@nt) ou la descente (avec le module Di@gnoplant) de l’information. Elles donnent accès à des connaissances et des iconographies, tout en faisant appel aux sciences participatives. « La force de ses applications ? Le fait qu’elles soient basées sur l’image, et qu’elles utilisent l’interactivité. En effet, l’utilisateur peut mener son propre diagnostic grâce à un outil basé sur la comparaison d’images, qui est lui-même associé à des fiches conseil : symptomatologie, biologie des bioagresseurs, méthodes de lutte… » conclut Jonathan Gaudin.

Pour aller plus loin

Le 14 septembre à Angers se tiendra le CIAG construire et diffuser des systèmes légumiers multiperformants

Cette interview a été réalisée dans le cadre du Ciag (Carrefour de l'innovation agronomique) "Construire et diffuser des systèmes légumiers multi-performants", qui s'est tenu le 14 septembre 2017 à Angers.

Retrouvez :
- les diaporamas projetés lors des différents exposés
- les articles relatifs à ce carrefour parus dans la revue « Innovations agronomiques » [à paraitre]
- la vidéo des 10ans du GIS PIClég

 

Anaïs BozinoRédactrice

Contacts

Jonathan GaudinPhytopathologiste généraliste

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Les courses sous appli

Connaître la composition d'un produit, découvrir son profil nutritionnel… il suffit désormais d’en scanner le code barre pour déchiffrer son étiquette. Aujourd’hui, les applications qui visent à aider les consommateurs à mieux choisir leurs produits alimentaires au moment des courses connaissent un véritable essor. Retour en arrière sur une actualité dont tout le monde parle.

26 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Mieux manger : applications par le menu

DOSSIER - Applications, réseaux sociaux, objets connectés… La technologie bouleverse l’ensemble de la chaîne alimentaire. La question des usages du numérique ou encore des transformations économiques et sociales qui en découlent sont plus que jamais d’actualité.
Quels en sont les impacts sur le comportement des différents acteurs de la chaîne alimentaire en matière de choix alimentaires et de durabilité, de santé et de prévention ? Autant d’interrogations que des chercheurs d'INRAE ont explorées.

23 décembre 2019