Agroécologie 2 min

Le projet FAST. Faciliter l’action publique pour sortir des pesticides

Lauréat du programme prioritaire de recherche « Cultiver et protéger autrement », le projet FAST vise à fournir un cadre théorique et des preuves empiriques solides de l'efficacité d’actions publiques visant à favoriser une transition à grande échelle vers une agriculture sans pesticides.

Publié le 22 octobre 2020

illustration Le projet FAST.  Faciliter l’action publique pour sortir des pesticides
© INRAE

FAST a pour objectif de proposer des solutions concrètes, politiques et organisationnelles, directement utilisables par les décideurs publics et les parties prenantes. L’efficacité des propositions sera évaluée via des expériences en laboratoire et sur le terrain, des approches recherche-action et des modèles de simulation à grande échelle.

Le projet est coordonné par Julie Subervie du Centre d’économie de l’environnement de Montpellier (CEE-M) et réunit de nombreux chercheurs en économie, mais également en sociologie, en droit, ou encore des chercheurs en sciences de gestion. Seize unités de recherche INRAE sont mobilisées et collaborent dans le cadre de ce projet avec des partenaires universitaires et ceux issus de l’enseignement supérieur agronomique.

Une approche globale

Le projet va chercher à évaluer avec précision l’importance relative des obstacles socio-économiques à la transition vers une agriculture sans pesticides, aujourd’hui encore mal connus. FAST propose d’examiner la question de cette transition à différents niveaux : individuel, collectif, territorial, sectoriel, national et international. Dans cette approche globale, l’ensemble des acteurs clés susceptibles d’être impliqués dans la transition seront étudiés, et non plus seulement les agriculteurs. Etudier la transition à un niveau agrégé, nécessitera d'étudier notamment les effets d'équilibre de marché et la réponse de la demande à l’introduction de produits alimentaires zéro-pesticides. Cela impliquera également de prendre en compte le rôle joué par les accords commerciaux internationaux, afin de quantifier les effets globaux de la transition.

Mieux connaître les mécanismes spatiaux et collectifs

Dans un système de production sans pesticides, les résultats des décisions individuelles dépendent des décisions des autres agriculteurs. De même, la décision de passer à une production sans pesticides peut être individuelle, mais pour des raisons à la fois biophysiques et socio-économiques, elle fait nécessairement partie d'un processus collectif. Le projet vise à mieux comprendre les relations entre les différents acteurs impliqués dans le processus de transition.

Expérimenter sur le terrain

Passer à une agriculture sans pesticides est un défi qui implique une diversité d'acteurs : agriculteurs, fournisseurs d’intrants, acteurs publics en charge de la mise en œuvre locale des programmes nationaux ou financés par l’Europe, etc. Le projet FAST permettra de confronter les résultats des théories économiques et des approches comportementales à la réalité du terrain en associant toutes les parties prenantes pour concevoir de nouveaux instruments d’action publique et évaluer leur efficacité.

 

 

 

Aleksandra BARCZAK Chargée de communication Département EcoSocio

Contacts

Les centres

Le département

En savoir plus

Biodiversité

Combiner des pratiques agroécologiques pour conserver les oiseaux dans les vignobles

COMMUNIQUE DE PRESSE - L’intensification des pratiques agricoles et la disparition des habitats semi-naturels aux abords des champs ont conduit à un déclin généralisé des communautés d’oiseaux dans les paysages agricoles européens. Leur conservation est devenue un enjeu majeur pour les régions agricoles, y compris viticoles, à la fois pour les services essentiels qu’ils apportent aux agriculteurs, comme la régulation des ravageurs, mais également pour leur valeur patrimoniale et culturelle. Une équipe internationale coordonnée par INRAE, et impliquant également Bordeaux Sciences Agro et l’Ecole supérieure d’agricultures d'Angers (ESA), a étudié les communautés d’oiseaux de 334 vignobles de 12 régions viticoles en France, en Espagne et en Italie. Leurs résultats, publiés le 11 mai dans la revue Journal of Applied Ecology, montrent que la diversité des communautés d’oiseaux est favorisée par la combinaison de la viticulture biologique, l’enherbement entre les rangs de vigne et la diversité des habitats qui composent le paysage (forêt, haies, prairies…).

11 mai 2021

Agroécologie

Cultiver la vigne sans pesticides : lancement du projet VITAE

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le projet VITAE est l’un des 10 lauréats de l’appel à projets de l’ANR présentés le 23 septembre 2020 dans le cadre du programme prioritaire de recherche «Cultiver et protéger autrement». Doté de 3 millions d'euros sur 6 ans, VITAE est un projet interdisciplinaire qui aborde des fronts de science peu explorés jusqu’ici tout en questionnant l’ampleur des changements sociaux nécessaires pour favoriser cette rupture agroécologique. Coordonné par INRAE, il présente la particularité d’être centré sur une seule filière afin de garantir la pertinence de recherches interdisciplinaires tout en couvrant l’ensemble des régions viticoles françaises. Pour la première fois, il va permettre de fédérer la communauté nationale de recherche sur cette thématique de la sortie des pesticides dans le secteur de la vigne et du vin. VITAE est fondé sur la production de nouvelles connaissances et leur transfert notamment via la formation et la proximité avec les acteurs concernés. VITAE intègre également un travail de prospective pour proposer des scénarios de sortie des pesticides à l’échelle des filières et des territoires.

25 septembre 2020