Changement climatique et risques 4 min

Maïs et sécheresse : des progrès attendus prochainement

Dans le cadre d’un programme national conduit sur 10 ans, il a été montré que le maïs a bénéficié, grâce à la sélection variétale, d’un progrès génétique continu depuis les années 50, y compris dans les situations de sécheresse. Cette amélioration concerne les caractères généralistes du maïs, ce qui laisse place pour un progrès supplémentaire en jouant sur les caractères spécifiques à la tolérance à la sécheresse. Ces caractères, et les régions du génome qui les contrôlent, commencent à être caractérisés et à être introduits dans les programmes de sélection.

Publié le 07 septembre 2020

illustration Maïs et sécheresse : des progrès attendus prochainement
© INRAE, J. Weber

Le progrès génétique du maïs est continu depuis 1950, y compris en situation de sécheresse

Quand on compare, dans un même essai, les variétés de maïs diffusées de 1950 à 2016 on constate que l’on gagne en moyenne 1 q/ha par an. Ce qui est remarquable, c’est que ce progrès génétique est le même que l’essai se déroule en conditions optimales ou en conditions de sécheresse ou de chaleur.

C’est ce qu’ont montré les scientifiques dans le cadre du programme national Amaizing (1) : ils ont analysé le comportement de 60 variétés diffusées de 1950 à 2016 dans 24 essais répartis dans toute l’Europe, et dans 4 essais en plateformes de phénotypage : le rendement a augmenté de façon continue dans tous les essais, que le climat soit favorable ou non.

Réseau d’essais Amaizing en Europe
Réseau d’essais en Europe.

Ce progrès génétique a porté sur des caractères « généralistes », qui jouent sur le rendement, comme par exemple la précocité de floraison : les variétés diffusées sont de plus en plus tardives, ce qui augmente la durée de la période végétative et se traduit par une augmentation du nombre de grains et du rendement. Lire aussi l’article.

« Mais attention, précise Alain Charcosset, coordinateur d’Amaizing, il ne faut pas confondre le progrès génétique, mesuré dans un environnement constant, et les rendements obtenus au champ par les agriculteurs. En France, le rendement moyen du maïs a augmenté de 1,45 q/ha/an de 1950 à 2000, puis de seulement 0,35 q/ha/an ces dernières années, à cause du changement climatique et des restrictions d'eau, entre autres ».

Les caractères spécifiques de tolérance à la sécheresse représentent une marge de progrès supplémentaire

Les travaux du programme Amaizing ont aussi montré que les caractères spécifiques de tolérance à la sécheresse ont été peu modifiés par la sélection durant cette période. C’est le cas par exemple de la sensibilité de la croissance des feuilles ou des jeunes grains à la sécheresse ou à la chaleur, qui est restée similaire pour les variétés commercialisées de 1950 à 2016. Il existe donc une marge de progrès génétique pour l’adaptation du maïs à ces stress.

Des régions génomiques différentes sont impliquées selon le scénario de sécheresse

La méthodologie de la génétique d’association (2) a été appliquée à un panel de plus de 400 hybrides de maïs composé de variétés élites et d’hybrides issus des centres de ressources biologiques. Ces hybrides ont été placés dans des scénarios climatiques différents, en champ (mesure du rendement) et dans des plateformes de phénotypage (mesure de caractères non mesurables au champ, tels que la vitesse de croissance, le développement des organes reproducteurs, les caractères d’adaptation à la sécheresse ou au froid). Conformément au principe de la génétique d’association, les variations de comportement des hybrides pour ces caractères ont été reliées à des variations du génome.

Une trentaine de régions génomiques, identifiées par des marqueurs génétiques, ont été repérées comme intervenant dans le rendement. Suivant le scénario climatique, chacune de ces régions peut avoir un impact positif, négatif ou neutre sur le rendement.

Effets sur le rendement de 3 régions génomiques du maïs
Effets sur le rendement de 3 régions génomiques (= marqueurs) selon le scénario climatique. La région 1 a un effet positif marqué sur le rendement en scénario chaud et humide, mais un effet négatif en scénario frais et sec. La région 2 a un effet positif en scénario sec et neutre en scénario humide. La région 3 a un effet positif marqué en situation humide, qu’il fasse chaud ou frais.

 

Il est ainsi possible d’individualiser finement les régions génomiques d’intérêt selon les scénarios climatiques, à l’instar des résultats obtenus pour le blé tendre (projet BreedWheat, lire l’article).

Ces associations entre les variations de comportement et les variations du génome permettent de développer des modèles prédictifs. Ces modèles peuvent simuler le rendement des variétés dans une grande diversité de situations climatiques, ce qui serait impossible à tester en expérimentation (3). Ils permettent aussi d’évaluer les variétés existantes et de contribuer aux programmes de sélection pour améliorer la tolérance du maïs à la sécheresse, notamment en identifiant des ressources génétiques à introduire.

Des avancées comparables concernant la floraison vont faciliter l’optimisation de la précocité des variétés en fonction des conditions environnementales (4).

 

  1. Le projet Amaizing (2011-2019) est un projet du PIA (Programme Investissement d’Avenir) associant INRAE, le Geves, Arvalis-Institut-du-végétal et 8 partenaires privés.
  2. Voir encadré
  3. Millet et al 2019. Genomic prediction of maize yield across European environmental conditions. Nature Genetics, 51, 952
  4. Rio S et al. 2020. Disentangling group specific QTL allele effects from genetic background epistasis using admixed individuals in GWAS: An application to maize flowering. PLoS Genet 16(3): e1008241. https://doi.org/10.1371/journal.pgen.1008241

 

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Alain CharcossetCoordinateur du programme AmaizingUMR0320 GQE Génétique Quantitative et Evolution - Le Moulon

François TardieuUMR0759 LEPSE Laboratoire d'Écophysiologie des Plantes sous Stress environnementaux

Claude WelckerUMR0759 LEPSE Laboratoire d'Écophysiologie des Plantes sous Stress environnementaux

Les centres

Les départements

En savoir plus

Changement climatique et risques

Pleins feux sur les incendies du futur

Comment le risque incendie va-t-il évoluer dans les prochaines décennies ? Les scientifiques d’INRAE cherchent à mieux comprendre les facteurs responsables des incendies de forêt dans un contexte de changement global. Zoom sur les grandes tendances qui se dégagent et qui influeront sur les politiques de prévention et de lutte contre ce risque naturel.

13 janvier 2020

Changement climatique et risques

Sécheresse : l’indispensable adaptation des forêts françaises

L’Australie lutte encore contre les incendies qui ont ravagé en quelques mois plus de 10 millions d’hectares de forêts, en particulier dans le Sud-Est du pays. Si l’Europe ne connaît pas pour le moment de situations aussi extrêmes, l’intensification des épisodes de sécheresses exige une vigilance accrue. En France, les étés 2018 et 2019 ont été particulièrement meurtriers pour nos forêts. Le manque d’eau et les températures élevées ont eu raison de nombreuses essences.

31 janvier 2020