Alimentation, santé globale 3 min

L’ours brun hibernant, un bel espoir dans la lutte contre l’atrophie musculaire !

S’inspirer du vivant pour résoudre des problématiques humaines.

Publié le 06 janvier 2022

illustration L’ours brun hibernant, un bel espoir dans la lutte contre l’atrophie musculaire !
© INRAE

L’atrophie musculaire est une situation physiopathologique inévitable pour tous mammifères faisant face à une longue période d’immobilisation. Pour tous ? L’ours brun hibernant déroge à cette règle : complètement immobile pendant six mois, il résiste néanmoins de manière fascinante à la perte de son muscle. De récents éléments expliquant cette surprenante faculté viennent d’être publiés par des chercheurs de L’UNH.

Au cours de ces dernières décennies, de nombreux modèles de laboratoire ont été développés afin de comprendre les mécanismes sous-jacents dans la mise en place de l’atrophie musculaire. De nombreuses connaissances ont ainsi été acquises, cependant il y a encore un besoin d’améliorer les stratégies thérapeutiques pour sa prévention ou son traitement.

Dans ce contexte, des chercheurs de l’équipe Proteostasis de l’UNH se sont inspirés des mécanismes d’adaptation se mettant en place dans la nature, ce que l’on appelle le biomimétisme, en utilisant le modèle de l’ours brun hibernant comme modèle non-conventionnel de résistance à l’atrophie musculaire.

Des biopsies musculaires sont prélevées deux fois par an sur des ours sauvages (en Suède), pendant l’hibernation et pendant la période active. Une analyse du transcriptome du muscle de l’ours lors de ces deux périodes a été réalisée pour comprendre les changements pouvant s’opérer au niveau génétique et permettant d’expliquer cette surprenante faculté.

Un résultat majeur montre que la voie de signalisation cellulaire du TGF -β (Transforming Growth Factor -β), couramment suractivée dans des conditions d’atrophie musculaire chez le rongeur ou l’humain, est fortement inhibée au niveau génétique dans le muscle de l’ours brun hibernant. Au contraire, la voie de signalisation cellulaire du BMP (Bone Morphogenetic Protein), récemment décrite comme primordiale pour le maintien de la masse musculaire dans des conditions d’inactivité, est induite dans le muscle de l’ours hibernant.

La voie du TGF-β a été une cible pour de nombreuses thérapies moléculaires chez l’humain, sans grand succès pour cause de nombreux effets secondaires associés au manque de spécificité des molécules. La découverte des chercheurs de l’équipe Proteostasis, utilisant un modèle de résistance naturelle à l’atrophie musculaire, ouvre de nouvelles pistes en clinique humaine, comme par exemple inhiber la voie du TGF-β de manière concomitante à l’activation de la voie du BMP, afin de mimer ce qui s’instaure naturellement dans le muscle de l’ours brun hibernant. Cette thérapie combinée pourrait permettre de réduire voire même d’empêcher la mise en place de l’atrophie musculaire induite par une immobilisation prolongée chez l’humain, et pourrait dans le futur se transposer à bien d’autres situations conduisant à la mise en place de l’atrophie musculaire (vieillissement, cancer cachexie, voyages spatiaux etc.).

doi.org/10.3390/cells10081873

équipe de chercheurs déneigeant l'entrée d'une tanière d'ours
Equipe de chercheurs dégageant l'entrée d'une tanière

Etienne Lefai Directeur de rechercheUnité de Nutrition Humaine (UNH)

Laura Cussonneau ThèseUnité de Nutrition Humaine (UNH)

Lydie Combaret DIrectrice de rechercheUnité de Nutrition Humaine (UNH)

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Un vaccin contre la toxoplasmose pour les singes Saïmiris

Les Saïmiris, petits singes d’Amérique du Sud, sont particulièrement sensibles à la toxoplasmose, une infection parasitaire due au protozoaire Toxoplasma gondii. Une campagne de vaccination de Saïmiris a débuté en septembre 2017 dans cinq parcs zoologiques français. Le vaccin contre T. gondii a été développé par l’équipe BioMédicaments Anti Parasitaires (BioMAP) de l'unité mixte de recherche Infectiologie et santé publique (UMR ISP, Inra-Université de Tours), en collaboration avec la société Vaxinano.

19 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Charlotte Foret-Lucas, la virologie dans le sang

Qui pourrait « adorer » le virus de la grippe ? Charlotte Foret-Lucas, contaminée par la fascination pour un virus « mystérieux, changeant, sur lequel on ne saura jamais tout ». Depuis 2013, la jeune femme est technicienne de recherche spécialisée en virologie dans l’unité de recherche Interactions hôtes-agents pathogènes. Elle est également responsable adjointe du laboratoire de niveau 3 de l’École nationale vétérinaire de Toulouse.

16 janvier 2020