Alimentation, santé globale 5 min

Damer le prion

La task force « Prion » est distinguée par le Laurier d’impact de la recherche agronomique 2018. Les recherches qu’elle mène depuis vingt ans ont contribué à sécuriser l’alimentation et la santé humaine vis-à-vis des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) dont la « vache folle » est emblématique. Ces travaux ont aussi permis de préserver les élevages de ces maladies et de sauver les filières économiques.

Publié le 05 décembre 2018

illustration Damer le prion
© INRAE, Christophe Maître

Ces recherches ont été enthousiasmantes !

Ces recherches ont été enthousiasmantes ! Je n’ai pas vu passer ces vingt dernières années. C’était bouillonnant : toutes les possibilités nous étaient ouvertes » témoigne Olivier Andreoletti, vétérinaire et pathologiste, qui rejoint la task-force « Prion » dès la fin des années 90. Human Rezaei, biophysicien, résume : « nous avons créé ensemble, partant de zéro, les concepts et les outils pour comprendre les maladies à prion ». « Et ce dans une grande confiance mutuelle » complète Jean-Luc Vilotte, généticien spécialiste des modèles d’étude in vivo. Aucun d’eux ne songe à se reposer sur ces lauriers qui saluent des travaux fondateurs avec un immense impact pour la société. Car le temps presse : « Avec les concepts et outils créés pour les maladies à prion, nous apportons un regard nouveau sur d’autres maladies liées à l’accumulation de protéines dans le cerveau telle Alzheimer ou Parkinson » explique Vincent Béringue, biochimiste.

 

Le paradigme prion

Quel est ce nouveau pathogène, ni parasite, ni microorganisme ?

Impensable ! Telle semble la situation lorsqu’en mars 1996 la crise de la « vache folle » médiatise une maladie animale qui peut, même si cela reste très rare, contaminer l’homme à travers la consommation de viande. Le pathogène de cette encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) provoque alors chez l’humain une maladie rare et incurable, qui s’avère une variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) connue depuis les années 1920. Plus de 12 000 cas bovins mensuels sont déclarés au plus fort de la crise au Royaume-Uni, de loin le pays le plus touché. Les conséquences économiques s’enchaînent : abattages de troupeaux, embargo européen sur le bœuf britannique… conjuguées à une défiance durable des consommateurs envers l’industrie alimentaire et à une remise en question du système de sécurité sanitaire européen. Le franchissement de la barrière d’espèces étend la suspicion aux tremblantes (autres EST) du mouton et de la chèvre. Les scientifiques sont, quant à eux, devant un entrelacs de questions : quel est ce nouveau pathogène, ni parasite, ni microorganisme ? Une protéine dénommée « prion » naturellement présente chez l’homme et les mammifères et qui, par un simple changement de forme structurale, peut devenir pathogène et contaminer en cascade ses voisines… Mais comment ? À quelle vitesse ? Par quels mécanismes, quelles voies ? Comment prévenir ces maladies ?

 

Tout était alors à penser et « encore aujourd’hui, aucune hypothèse ne peut être écartée a priori lorsqu’on travaille sur le prion » rappelle Human Rezaei. Dès lors, la task-force Inra travaille à éradiquer la maladie des élevages et à réduire les risques pour l’Homme, aussi bien liés à l’alimentation qu’aux actes médicaux. Six millions d’euros de fonds publics et privés seront investis dans ces recherches, permettant de former toute une génération de scientifiques et d’acquérir une expertise internationalement reconnue sur les prions. À travers 30 projets européens se consolident des collaborations avec plus d’une trentaine de laboratoires étrangers. « L’Inra a "mis le paquet" pour progresser à tous les niveaux, du labo au terrain » explique Human. Cette expertise vient aussi en appui aux politiques publiques contribuant à plus de 150 avis émis par des agences sanitaires françaises, européennes ou internationales.

 

Le prion dans tous ses états

 

Un regard nouveau sur Alzheimer ou Parkinson

Sur un domaine expérimental de l’Inra Occitanie-Toulouse, un élevage de moutons, naturellement infecté par la tremblante dans les années 1990, va procurer aux scientifiques un outil sans équivalent pour étudier ces maladies chez un hôte naturel. Les laboratoires de génétique animale de Toulouse parviennent à décrypter le déterminisme génétique de la résistance à la tremblante chez le mouton. « Grâce à ces connaissances » relate Jean-Michel Elsen, pilote de ces travaux, « près d’un million d’ovins sont génotypés pour le gène de la protéine prion (PrnP) et les schémas de sélection sont réorganisés pour valoriser ces informations dans le cadre d’un plan national, en partenariat avec Idele* et la profession de la sélection ovine. Un programme européen suivra ». En 15 ans, l’incidence de la tremblante est ainsi fortement atténuée dans l’ensemble du cheptel français, et la Manech à tête rousse, race locale pyrénéenne très sensible, est sauvée.

Simultanément, au laboratoire, des modèles animaux d’étude in vivo sont mis au point pour étudier les prions des EST humaines et animales et leur pathogénicité. « À la différence des infections virales, il suffit d’une ou deux particules de prion pour déclencher un processus qui peut prendre 50 à 60 ans chez l’homme ». « Grâce à nos modèles, nous reproduisons fidèlement mais en accéléré cette maladie » expliquent Vincent et Jean-Luc. Les avancées sur la diversité des prions, leur infectiologie, les tissus à risque et le franchissement de la barrière d’espèces ont donné lieu à plus de 300 articles scientifiques depuis 2001.

 

À l’heure actuelle, si les mesures sanitaires drastiques appliquées dans les filières bovines, ovines et caprines ont considérablement réduit les risques de contamination par l’alimentation, il reste très probablement des individus « porteurs asymptomatiques » de variant de MCJ (1 sur 20 000 en France) et, tous les deux jours dans l’hexagone, une personne développe des formes génétiques ou sporadiques de MCJ. Dès le départ, les milieux hospitaliers ont mis en œuvre des mesures de prévention très strictes visant à réduire les risques de transmission des maladies à prion par l’utilisation de produits sanguins, d’hormones** et outils chirurgicaux. À la faveur de nombreux partenariats, l’Inra a développé des approches innovantes pour détecter la présence de prions d’ESB/vMCJ et évaluer le risque de transmission : modèles animaux mais aussi essais minutes sans cellule animale et kits de détection.

L’effacement des frontières entre espèces

Un intérêt pour les maladies d’Alzheimer et Parkinson.

L’émergence, depuis 2016, d’une EST chez des Cervidés en Scandinavie et chez des dromadaires en Afrique du Nord, mobilise à nouveau les chercheurs de l’Inra. Ils caractérisent les souches de prion responsables de l’émergence de ces maladies, déterminent les tissus à risques : tissus nerveux, lymphoïdes, mais aussi les urines pour les Cervidés. Certaines questions resurgissent : ces prions sont-ils dangereux pour l’Homme ? « Ils le sont tous un peu… Les frontières s’effacent entre animal, humain et génétique » concluent nos scientifiques dont les recherches s’inscrivent dans le concept « One Health », c’est-à-dire la continuité entre santé animale, humaine et environnementale.

 

Dates et chiffres

  • 1996 : PREMIÈRE CRISE DE LA "VACHE FOLLE"
    • mars : annonce par le premier ministre britannique de la suspicion d’un franchissement de la barrière d’espèce entre la vache et l’Homme
    • mars : la France met en place un système d’identification pour connaître l’origine des viandes
    • mars : la Commission européenne adopte un embargo total vis-à-vis des viandes bovines britanniques et dérivés
       
    • avril : abattages massifs de bovins britanniques au Royaume-Uni et en France   
    • avril : annonce du premier décès en France consécutif à une contamination par l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB)
         
    • juin : à la suite du rapport Dormont, le gouvernement français annonce l’intensification des recherches sur les ESB
    • juin : certaines parties du bœuf sont interdites à la vente : cervelle, moelle…
         
  • 1997 : proposition par l’Inra d’une stratégie génétique contre la tremblante ovine, le « Programme 64 » appliqué aux Pyrénées et ensuite étendu au niveau national
       
  • 1999 : arrêté ministériel pour abattre en 6 mois tous les animaux porteurs de la tremblante ovine
       
  • 2000 : DEUXIÈME CRISE DE LA "VACHE FOLLE": traçabilité alimentaire
  • mars : mise en place d’un dépistage de la maladie de la vache folle chez les bovins en France
  • juin : renforcement de la surveillance épidémiologique dans l’Union européenne
  • octobre : faisant suite à la mise en vente de viande provenant d’animaux susceptibles d’être infectés par la tremblante, Carrefour rappelle les produits concernés
  • novembre 2000 : la France suspend l’utilisation de farines animales dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage ou domestiques
  • l’Inra met au point le premier modèle d’étude du prion in vivo pour étudier l’ESB et le franchissement de la barrière d’espèce
       
  • 2001 : 1er cas de vache folle identifié au Japon
  • 2001 : programme européen de surveillance de la tremblante ovine sur le terrain
       
  • 2002 : assouplissement des mesures d’abattage : dans un troupeau, seuls les bovins nés avant le 1er janvier 2002 sont éliminés ainsi que les descendants directs de l’animal atteint (auparavant c’était tout le troupeau qui était sacrifié). 
  • 2002 : animalerie expérimentale à l’Inra Val de Loire pour étudier les prions
     
  • 2003 : 1er cas de vache folle diagnostiqué aux États-Unis
  • 2003-2004 : risque avéré de transmission du prion par transfusion sanguine et mise en œuvre de mesures de décontamination
  • 2004 : le test rapide Inra-Pourquier de détection post-mortem du prion est validé au plan européen pour détecter l’ESB
       
  • 2008 : l’allèle de sensibilité à la tremblante ovine est présent dans seulement 0,2 % du cheptel français
       
  • 2011 : brevet Inra sur des molécules à visées thérapeutiques
  • 2011 : brevet Inra sur un test de détection sanguine basé sur l’analyse des leucocytes qu’utilisent les prions pour voyager via le sang
       
  • 2013 : les chercheurs Inra confirment que, pour la Maladie de Creuztfeldt-Jacob, la contamination par le sang s’avère possible
     
  • 2017 : prix A Kastler remis à une équipe Inra pour une technique d’amplification in vitro des prions permettant de réduire l’utilisation d’animaux dans les recherches

  • 6 millions d’euros de fonds publics et privés collectés pour soutenir ces recherches
  • 50 millions d’euros d’économisés pour les filières animales, et une compétitivité sauvegardée
  • 100 milliards d’euros, montant estimé au niveau européen pour le coût économique total de l’ESB
  • 230 personnes dans le monde ont développé une forme variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) suite à l’ESB dont 27 en France (source Inserm), 4 cas secondaires liés à la transfusion sanguine ou l’utilisation de produits dérivés du sang
  • 1 taux très faible de cas cliniques de vMCJ mais 1 cas asymptomatique sur 20 000 en France chez l’Homme (1 sur 2 000 au Royaume-Uni)
  • 180 000 cas d’ESB déclarés par le Royaume-Uni entre 1987 et 2007z, soit 97 % de tous les cas rapportés dans le monde. (Source OIE)
  • plus de 150 contributions Inra à des avis émis par les instances de sécurité sanitaire françaises, européennes ou internationales
  • 8 brevets Inra
  • plus de 300 articles scientifiques Inra

 

 

Nicole LadetRédactrice

Les centres

En savoir plus

Alimentation, santé globale

L’origine de l’encéphalopathie spongiforme bovine identifiée ?

COMMUNIQUE DE PRESSE - La transmission de la tremblante atypique (maladie à prion des petits ruminants) à des souris exprimant la protéine prion d’origine bovine entraîne la propagation de la forme classique de l’encéphalopathie spongiforme bovine. C’est ce que démontre une équipe européenne menée par des chercheurs de l’Inra et de l’ENVT dans une étude publiée dans PNAS le 16 décembre 2019. Ces résultats pourraient expliquer l’apparition au milieu des années 80 de cette zoonose bovine et interrogent sur sa possible réémergence.

18 décembre 2019

Biodiversité

La drosophile, un nouveau modèle pour étudier les maladies neurodégénératives à prions

COMMUNIQUE DE PRESSE - Des chercheurs de l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse et de l’Inra et leurs collègues de l’université de Cambridge montrent, pour la première fois, que des prions de mammifères peuvent se propager chez un organisme modèle, la mouche du vinaigre, Drosophila melanogaster, tout en conservant l’ensemble de leurs propriétés biologiques. Ces travaux, publiés dans la revue Brain, le 08 juillet 2018, font de cet insecte un nouvel hôte d’intérêt pour étudier les mécanismes de réplication des prions afin de mieux comprendre les processus qui conduisent aux maladies neurodégénératives.

12 mai 2020

Alimentation, santé globale

Maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique : le prion n’est pas exclusivement confiné dans le système nerveux central

COMMUNIQUE DE PRESSE - Nombreux sont ceux qui ont entendu parler des maladies à prions, notamment depuis l’épisode de la vache folle dans les années 1990. Chez l’Homme, la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) est la maladie à prions la plus fréquente. A l’origine de cette maladie, une protéine, la PrP, perd sa forme normale et s’accumule : ce changement de conformation est à l’origine d’un cercle vicieux funeste conduisant à l’accumulation de cette forme anormale qui s’agrège, entrainant la mort des neurones. Jusqu’à présent, les données suggéraient que les prions responsables de la MCJ étaient essentiellement confinés dans le système nerveux central des patients. Des chercheurs d’INRAE et de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (ENVT) montrent que ces prions sont également présents dans de très nombreux tissus, à des niveaux non suspectés jusqu’à présent. Leurs résultats sont parus le 2 février dans la revue Acta Neuropathologica.

03 février 2021