illustration Sandy Duperier, une jeune ingénieure qui veille sur la santé des végétaux
© INRAE

2 min

Sandy Duperier, une jeune ingénieure qui veille sur la santé des végétaux

Passionnée par l’écologie et la préservation de l’environnement, Sandy Duperier a intégré, après avoir réussi en 2020 le concours d’ingénieure d’étude INRAE, la Plateforme d’Epidémiologie en Santé Végétale (ESV) hébergée au sein de l’unité de recherche Biostatistique et Processus Spatiaux à Avignon. La jeune ingénieure est heureuse de pouvoir travailler à l’interface entre la recherche scientifique et la production d’outils opérationnels et innovants, afin d’anticiper les menaces en santé végétale.

Publié le 28 mai 2021

De l’écologie à l’épidémiologie 

Attirée depuis longtemps par la préservation de l’environnement, Sandy Duperier choisit après son baccalauréat de s’orienter vers une Licence Écologie et biologie des populations puis un Master Ecologie-biodiversité à l’Université de Montpellier. Lors de son Master, elle étudie les interactions hôte-parasites en santé humaine, en particulier les maladies tropicales impliquant des insectes vecteurs. Au cours de cette formation elle s’initie à la cartographie et à l’épidémiologie, disciplines qui l’intéresse particulièrement.

A la suite de ses études elle travaille pour le service de santé publique du gouvernement de Nouvelle-Calédonie sur le développement de méthodes de lutte et de surveillance des moustiques vecteurs de la dengue sur le territoire. Cette expérience lui permet de se confronter à la réalité du terrain, d’interagir avec les producteurs (les pépiniéristes en particulier) face aux problématiques concrètes de gestion des espèces invasives. De retour en France métropolitaine, elle travaille en CDD dans l’unité de recherche Zoologie forestière d’INRAE à Orléans où elle anime un réseau thématique régional de recherche sur les insectes. En 2020, elle réussit le concours INRAE d’ingénieure d’étude et intègre la Plateforme d’Epidémiologie en Santé Végétale à Avignon en tant qu’épidémiologiste en santé végétale.

Veiller, analyser, prévenir les risques phytosanitaires

Dans un contexte de réduction des produits phytosanitaires, il est essentiel de mieux analyser pour mieux prévenir, avant de devoir guérir

Sandy Duperier a rejoint l’unité de recherche Biostatistique et Processus Spatiaux à Avignon qui développe des travaux en statistique, systèmes dynamiques et écologie-épidémiologie. Elle travaille plus précisément au sein de l’équipe opérationnelle de la Plateforme d’Epidémiologie en Santé Végétale (ESV). Créée en 2018, la Plateforme développe des travaux dans 3 domaines d’expertises : la surveillance, l’analyse et le conseil en santé végétale. Dans ce cadre, la jeune ingénieure participe notamment à la veille sanitaire internationale qui consiste à synthétiser et diffuser les informations disponibles sur certains organismes qui posent des problèmes phytosanitaires. Elle participe également à l’analyse de données sur différents agents pathogènes pour mieux comprendre leur épidémiologie.

Actuellement, Sandy Duperier travaille principalement sur deux agents pathogènes. Le premier est un champignon (Bretziella fagacearum) qui cause une maladie nommée le flétrissement américain du chêne. Ce champignon est présent uniquement aux Etats-Unis, cependant s’il arrive en France, il est essentiel de pouvoir le détecter le plus rapidement possible. Elle travaille, en collaboration avec le Département de la santé des forêts, sur la création d’une carte de risque pour améliorer la surveillance de ce champignon. Le second agent pathogène cause une maladie nommée Huanglongbing ou maladie du dragon jaune qui touche les agrumes, notamment à la Réunion, en Guadeloupe et en Martinique. Elle analyse des données de surveillance de la bactérie (du genre  Candidatus) qui cause cette maladie pour mieux identifier les facteurs qui agissent sur l’infection des vergers (en particulier les facteurs environnementaux) pour mieux prévenir la maladie. 

 

Mini-CV

Depuis 2020 – Ingénieure d’étude épidémiologiste en santé végétale à la Plateforme d’Epidémiologie en Santé Végétale, Unité biostatistique et processus spatiaux, INRAE, Avignon
2019-2020 - Animatrice du réseau thématique de recherche sur les insectes de la région Centre-Val de Loire « EntomoCentre », Unité de recherche de zoologie forestière, INRAE, Orléans
2015-2018 - Ingénieur d’étude en entomologie médicale, Bureau santé-environnement, Direction des affaires sanitaires et sociales du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
2015 - Master Ecologie-Biodiversité, parcours « Dynamique des interactions hôtes, parasites, environnement », Université de Montpellier
2013 - Licence Écologie et biologie des populations, Université de Montpellier

Département SPERédacteur

Contacts

Sandy DUPERIER IngénieureBiostatistique et Processus Spatiaux (BioSP)

Le centre

En savoir plus

Biodiversité

Une plateforme d’Epidémiosurveillance en Santé Végétale pour surveiller, évaluer et décider

Lancé officiellement le 9 juillet 2018, la plateforme d’Epidémiosurveillance en Santé Végétale (ESV) a pour objectifs de veiller et contribuer à l'amélioration de l'efficacité et de l'efficience de la surveillance épidémiologique en santé végétale. Aujourd’hui opérationnelle, la plateforme ESV, qui intègre plusieurs scientifiques INRAE du département Santé des Plantes et Environnement, gère et traite de nombreuses données de surveillance collectées en France par les services de l’Etat afin d’améliorer les plans de surveillance et de prévention et d’anticiper les problèmes phytosanitaires notamment grâce à une veille sanitaire internationale.

28 octobre 2020

Alimentation, santé globale

A la vigie des épidémies et des risques sanitaires

Surveiller pour anticiper les risques et les prévenir... Certains analysent des données, d’autres s’intéressent à des molécules ou observent des êtres vivants. Mais tous les acteurs impliqués dans les projets One Health, partagent leurs travaux, leurs ressources, leurs questionnements, dans le but d’apporter des éléments de réponse concrets aux problèmes de santé présents et à venir.

26 juin 2020