illustration Odile Berge, la science au féminin
© INRAE, Armelle Favery

Alimentation, santé globale 5 min

Odile Berge, la science au féminin

Spécialiste en pathologie végétale, Odile Berge est chargée de recherche INRAE. En février 2020, elle a été nommée référente « Diversité-Egalité » du centre INRAE Provence-Alpes-Côte d’Azur en appui de la politique INRAE en faveur de la diversité, de la parité, et de la lutte contre les discriminations. Un rôle qu’elle investit avec principe.

Publié le 05 mars 2021

Odile Berge est chargée de recherche au sein de l’unité de recherche en Pathologie végétale du Centre INRAE Provence Alpes Côte d’Azur. Son parcours scientifique et ses actions pour l’égalité femme/homme témoignent de son énergie à promouvoir une société collaborative, toujours en mouvement.

Élargir l’exploration scientifique

A la fin de ses études d’agronomie à l’Ecole nationale supérieure d’agronomie et des industries alimentaires de Nancy, Odile Berge, motivée par la recherche, effectue un stage au CNRS à Nancy où elle travaille sur le rôle bénéfique des bactéries du sol sur les plantes. Ses premiers travaux de recherche seront suivis d’une thèse et d’un stage post-doctoral qui lui permettront d’être recrutée comme chercheuse au CNRS. Fin des années 90, l’équipe dans laquelle elle travaille est sollicitée pour monter une unité mixte de recherche avec des équipes du CEA de Cadarache et d’Aix-Marseille Université. En 1996, la jeune chercheuse déménage dans le sud pour intégrer cette unité dans laquelle elle explore pendant 14 ans, les fonctions et la diversité des bactéries associées aux racines des plantes.

Suite à une collaboration avec Cindy Morris, phytopathologiste et directrice de recherche INRAE, Odile Berge s’intéresse aux nouveaux concepts que celle-ci développe à propos des populations de bactéries pathogènes des plantes dans l’environnement. Elle obtient en 2009 une mise à disposition pour rejoindre l’équipe de Cindy Morris à Avignon. Elle axe alors ses travaux sur la bactérie modèle du laboratoire, Pseudomonas syringae, qui se distingue par sa grande diversité et sa dispersion dans les réseaux hydriques. En 2015, INRAE accueille définitivement Odile Berge dans l’équipe « Mistral » de l’unité Pathologie végétale, à Avignon dont le travail porte sur l'écologie des agents pathogènes des plantes disséminés par l'air et l'eau,

Parallèlement à son travail de recherche, Odile Berge participe, de 2012 à 2015, à la Commission scientifique spécialisée (CSS) « Biologie des populations et des écosystèmes » qui évalue les chercheurs et chercheuses. Elle s’implique, de 2015 à 2019, dans la fonction de « Correspondante formation d’Unité ». Dans ces activités, elle reste vigilante aux biais liés aux stéréotypes de genre et à l’histoire individuelle des personnes qui peuvent affecter les carrières et l’évolution professionnelle surtout pour les femmes.

La solidité des analyses scientifiques pour point de départ

Odile Berge raconte qu’elle a, depuis longtemps, remarqué le manque de visibilité des femmes, dans les médias, les postes à responsabilité ou lors des congrès scientifiques. Elle prend l’habitude de faire le décompte femmes/hommes, dans des situations très diverses ce qui objective les inégalités et contribue à la prise de conscience. Elle utilise encore bien souvent ce décompte, car c’est simple et efficace.

Jeune scientifique, cherchant des explications rationnelles, et intéressée par les approches scientifiques traitant des inégalités femmes/hommes, elle adhère à l’association Femmes & Sciences. Elle assiste à des conférences sociologiques et historiques qui décortiquent les mécanismes de construction de ces inégalités (rôle de l’industrialisation après la révolution, absence de visibilité des femmes remarquables - scientifiques entre autres -  et donc de modèles féminins pour l’orientation et l’identification des jeunes filles, biais introduits par l’éducation, le langage, stéréotypes entrainant des discriminations -salaires-….). Elle participe avec cette association à des actions en milieu scolaire pour la promotion des études scientifiques auprès des jeunes filles. Aujourd’hui, toujours membre de ce réseau, Odile Berge y trouve des ressources en matière d’information (recherche, statistiques) et d’actions (expositions, animations, mentorat de jeunes femmes scientifiques).

En 2016, Odile Berge suit une formation « Science au féminin » pour acquérir des outils d’animation - construits par Isabelle Régner, maitre de conférence à Aix-Marseille Université - qui donnent à chacun l’opportunité de prendre conscience de ses propres stéréotypes et de leur impact sur la place des filles et des femmes en Science. Elle intervient, aux côtés d’autres collègues, lors d’ateliers organisés par la ville d’Avignon, en 2016 et 2017, à propos de la place des femmes dans la science.

S’intéresser à l’égalité femme/homme, c’est défendre la moitié de l’humanité

Depuis 2016, Odile Berge partage régulièrement informations et idées avec Muriel Dambrini-Doudet, puis avec Catherine Beaumont, déléguées INRAE à la parité et à la lutte contre les discriminations à INRAE . Elle explique que « s’intéresser à l’égalité femme/homme, c’est défendre la moitié de l’humanité », et que cela ouvre le champ de la lutte contre toutes les autres discriminations dont les mécanismes sont très proches, ce que l’on retrouve dans l’intitulé du label « Diversité-Egalité » récemment décerné à INRAE.

Le 28 février 2020, Odile Berge a été nommée référente « Diversité-Egalité », du centre INRAE Provence-Alpes-Côte d’Azur en appui à la politique INRAE en faveur de la diversité, de la parité, et de la lutte contre les discriminations. Elle partage cette mission avec sa collègue, Frédérique Hilliou, ingénieure de l’unité mixte de recherche Institut Sophia Agrobiotech. Un rôle qu’elles investissent toutes les deux avec plaisir.

Vers une transformation de la recherche

Aujourd’hui, Odile Berge reconnait avoir toujours souhaité une société meilleure, une société qui serait parfaitement consciente de la valeur ajoutée qu’apportent la diversité, l’égalité, et plus globalement le respect d’autrui. Elle est convaincue que c’est une ressource immense pour notre institut, son attractivité et sa force de créativité et d’innovation.

Si elle devait résumer son plan de route au centre INRAE Provence-Alpes-Côte d'Azur, il tiendrait en trois points :  travailler sur la thématique « Diversité Égalité » avec une équipe diverse ; veiller à agir à la fois au niveau individuel (sensibilisation, formation) et institutionnel (processus ressources humaines par exemple) et être soi-même exemplaire dans ses pratiques professionnelles

Le rendez-vous est pris pour voir si, dans 5 à 10 ans, cette richesse se lira sur le décompte femmes/hommes de nos photos, évènements et statistiques.…

Armelle FaveryRédactrice

Contacts

Odile Berge UR Pathologie végétale

Le centre

Le département

En savoir plus

Egalité femmes-hommes, lutte contre les discriminations : INRAE est le 1er établissement public de recherche reconnu par la double labellisation Egalité-Diversité

COMMUNIQUE DE PRESSE - Par l’attribution des labels Diversité et Egalité professionnelle [dite labellisation Alliance], l’AFNOR vient de reconnaître l’engagement d’INRAE en faveur de la diversité, de la lutte contre les discriminations et de la défense de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes*. Cet engagement s’inscrit dans la poursuite et le renforcement des actions menées de longue date par l’institut en la matière, en cohérence avec le label européen Human Resources Strategy for Researchers – HRS4R – obtenu en 2010**. Par sa démarche volontariste initiée dès 2018 avec le soutien des Ministères de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de l’Education Nationale et de la Jeunesse et aux côtés du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’institut devient ainsi le premier établissement public de recherche à obtenir cette double labellisation Alliance.

20 janvier 2020

Alimentation, santé globale

Mise en oeuvre de l'École Universitaire de Recherche IMPLANTEUS à la rentrée universitaire 2020

Programme interdisciplinaire sur la production et la transformation de plantes méditerranéennes, environnement, santé humaine et durabilité, la proposition d’EUR IMPLANTEUS, coordonnée par le Centre régional INRAE Provence-Alpes-Côte d'Azur et Avignon Université, a été sélectionnée par le Gouvernement français fin août 2019. Elle sera mise en œuvre à partir de la rentrée universitaire 2020.

26 mars 2020