Biodiversité 2 min

Analyse de 65 ans de travaux sur le lien entre forêt, déforestation et émergence de maladies infectieuses

COMMUNIQUE DE PRESSE - La pandémie mondiale de Covid-19 met en lumière l’importance de certains domaines scientifiques jusque-là peu étudiés, comme le lien entre les écosystèmes, leur biodiversité et l’émergence de nouvelles maladies infectieuses. En effet, les humains exploitent de plus en plus leur environnement et sont par conséquent plus exposés à certains microbes tapis dans l’ombre, ce qui peut accroître les risques de nouvelles contaminations. Des chercheurs d’INRAE, du Cirad, de l’IRD et de l’Institut Pasteur de la Guyane viennent d’effectuer, dans la revue Environmental Research Letters, une analyse de synthèse bibliométrique sur un corpus de 565 publications, publiés entre 1953 et 2018, sur les liens entre forêts, déforestation et maladies infectieuses émergentes. Ils pointent une fragilité des connaissances sur cet enjeu majeur.

Publié le 07 mai 2020

illustration Analyse de 65 ans de travaux sur le lien entre forêt, déforestation et émergence de maladies infectieuses
© Jean-Marc Porte - Lengguru 2014

Photo : Construction de route en Papouasie-Occidentale.

Le virus SARS-Cov2, responsable de la pandémie actuelle de COVID-19 affectant le monde entier, serait issu d’une probable recombinaison entre les virus de deux espèces animales différentes faisant l’objet, pour l'une d'elle, de chasse ou de trafic illicite. Comme de très nombreuses maladies émergentes affectant les humains, il s’agit donc d’une zoonose, c’est-à-dire une infection d’origine animale. Dans les zones intertropicales où se concentre une diversité biologique importante et où les sociétés demeurent encore très vulnérables, certaines populations humaines sont aujourd’hui confrontées de manière plus importante à de nouvelles menaces sanitaires issues des animaux sauvages. En pratiquant la déforestation pour le développement d’une agriculture et de l’élevage, ces mêmes communautés entrent en contact avec des cycles microbiens qu’abritent les grands biomes forestiers.

Les chercheurs ont ainsi analysé 565 articles scientifiques citant les termes « forêt », « déforestation » et « maladie infectieuse émergente » dans leur titre et leur résumé. Il en ressort que seuls 165 d’entre eux traitent en pratique du lien entre forêts, déforestation et maladies émergentes, permettant d’apporter des éléments de compréhension au débat actuel. Mais comment expliquer un tel écart ? Les scientifiques ont donc étudié plus en détail ces résultats et en concluent qu’un très grand nombre de ces articles traitent en réalité une partie souvent infime du cycle infectieux : les insectes vecteurs ou les animaux réservoirs uniquement, mais beaucoup moins les interactions qu’ils entretiennent avec des virus, des bactéries ou des protozoaires. De surcroît, une très grande majorité de ces articles ne fait pas le lien avec les cas humains. Le sujet forêts, déforestation et maladies émergentes est donc finalement très peu abordé, même si un grand nombre d’articles le déclarent comme tel dans leur titre ou leur résumé. De plus, les chercheurs notent un biais taxonomique dans les articles dans la mesure où un grand nombre de travaux concernent la maladie de Lyme et les leishmanioses cutanées.  La plupart se réfèrent aussi à des travaux en Amérique du Nord et en Amérique centrale et du Sud.

Ce type d’analyse de synthèse, ce que l‘on appelle aujourd’hui « de la recherche sur la recherche » est essentiel pour avoir une vision objective et factuelle, et ainsi permettre d’orienter au mieux la recherche. L’exemple traité ici illustre bien l’importance de ce type d’étude, et souligne que la plupart des travaux abordent ces sujets complexes de manière encore très sectorielle, bien qu’ayant une approche initiale OneHealth. Au-delà, cette étude démontre la nécessité de mieux approfondir les connaissances autour de l’émergence des maladies infectieuses humaines et de leur transmission en prenant mieux en compte les composantes environnementales mais aussi anthropo-sociologiques, économiques et politiques.

Référence

Jean-Francois Guégan, Ahidjo Ayouba, Julien Cappelle and Benoit de Thoisy (2020). Forests and emerging infectious diseases: unleashing the beast within. Environmental Research Letters. https://doi.org/10.1088/1748-9326/ab8dd7

 

En savoir plus

Biodiversité

Protéger la biodiversité pour prévenir de nouvelles maladies infectieuses émergentes

Les activités humaines comme la déforestation ou le commerce d’animaux sauvages exposent l’Homme au contact de germes microbiens auxquels nous n’avons jamais été confrontés. Ce micromonde pourtant nécessaire à l’équilibre de la biodiversité peut receler des agents pathogènes pour notre espèce. Avec la progression des atteintes à la biodiversité, ce processus serait en train de s’accélérer... Décryptage avec Jean-François Guégan, directeur de recherche, actuellement chargé de mission à INRAE pour élaborer un grand programme de partenariat international sur les maladies émergentes d’origine animale ou environnementale, en lien avec l’agriculture.

20 avril 2020

Changement climatique et risques

Préparer les forêts du futur en Méditerranée

Avec une augmentation des températures et une baisse des précipitations au printemps et en été, la région méditerranéenne est particulièrement touchée par le changement climatique, et d’autant plus vulnérable aux incendies. De 1998 à 2017, la région a subi plusieurs séries d’années exceptionnellement chaudes et sèches. Les scientifiques d'INRAE analysent la réponse des écosystèmes forestiers au changement climatique et aux incendies pour préparer les forêts du futur.

17 janvier 2020

Changement climatique et risques

Pleins feux sur les incendies du futur

Comment le risque incendie va-t-il évoluer dans les prochaines décennies ? Les scientifiques d’INRAE cherchent à mieux comprendre les facteurs responsables des incendies de forêt dans un contexte de changement global. Zoom sur les grandes tendances qui se dégagent et qui influeront sur les politiques de prévention et de lutte contre ce risque naturel.

13 janvier 2020