Agroécologie 3 min

H2020 GEroNIMO : penser l’élevage de demain

Dans le cadre du programme européen Horizon 2020, le projet "Genome and Epigenome eNabled breedIng in MOnogastrics" (GEroNIMO), des équipes des laboratoires Génétique Physiologie et Systèmes d’Elevage (GenPhySE) du centre INRAE Occitanie-Toulouse et Génétique Animale et Biologie Intégrative (GABI) à Jouy-en-Josas, ont obtenu un financement de 7 millions d’euros sur 5 ans. Ce projet participatif d’envergure européenne étudie des pistes d’amélioration de la sélection génétique dans l’élevage et de conservation de la diversité génétique et épigénétique, pour fournir de nouvelles connaissances et perspectives aux professionnels, tout en prenant en compte les problématiques actuelles associées au développement durable.

Publié le 21 juin 2021

illustration H2020 GEroNIMO : penser l’élevage de demain
© INRAE

Pour faire face à la croissance de la population humaine, aux contraintes environnementales croissantes et à l'évolution des valeurs socioculturelles, l'élevage doit muter vers un modèle plus durable en garantissant la production. Cela doit aujourd’hui nécessairement se faire en favorisant une utilisation raisonnée des ressources, la santé et le bien-être des animaux ainsi qu’en garantissant la préservation de la diversité génétique.

 

Les nouvelles technologies au service d’un élevage durable

 Avec les récents développements des technologies dites « omiques » (génomique, épigénomique, transcriptomique…), il est désormais possible d'évaluer la pertinence d'enrichir les modèles de sélection. Pour cela, il est intéressant de tirer parti de l'amélioration continue des connaissances sur les relations entre génome et phénome, qui tiennent compte des mécanismes génétiques et non génétiques qui affectent les caractères. Ce travail sera axé sur le poulet et le porc, qui sont les sources de protéines animales les plus utilisées dans le monde, afin de fournir aux éleveurs de nouvelles connaissances et de nouveaux outils pour promouvoir des méthodes de sélection innovantes basées sur le génome et l'épigénome pour les caractères liés à la production (quantité et qualité), l'efficacité, la longévité productive, la fertilité, la résilience et le bien-être.

Un grand nombre d'animaux de races cosmopolites et locales seront étudiés dans différents environnements pour :

  1. Identifier les mécanismes biologiques sous-jacents affectant la variation des caractères,
  2. Développer des méthodes pour améliorer les stratégies de sélection intégrant des facteurs génétiques et non génétiques,
  3. Et proposer des stratégies pour optimiser la conservation de la diversité génétique et épigénétique.

Grâce à ce programme, les porteurs du projet affichent l’ambition d’aider les professionnels de l’élevage à évoluer vers une sélection des espèces plus adaptée aux besoins locaux tout en prenant en compte les problématiques environnementales. Cela doit permettre de fournir une production optimale, tant en qualité qu'en quantité, en combinant les thématiques « environnementales, économiques et sociétales » actuelles.

 

Une approche participative et multi-acteurs pour être au plus près du terrain

GEroNIMO favorise une innovation axée sur la demande grâce à la participation directe des sélectionneurs et des associations de production animale à l'échelle européenne. En plus de la mise en place de protocoles spécifiques, il vise à apporter une valeur ajoutée aux connaissances existantes tant au niveau académique qu'industriel, en associant les données existantes des partenaires académiques sur les mécanismes, les connaissances fonctionnelles existantes d'autres programmes, ainsi que les données que possèdent les industries porcines et avicoles. Un des objectifs est alors de coconstruire, avec tous les acteurs concernés, des ensembles de données spécifiques à grande échelle.

Il est essentiel d'améliorer la compréhension des mécanismes biologiques impliqués dans les variations des caractères afin de déchiffrer les réglages fins des synergies et des compromis existants entre la production et d'autres caractères liés à la qualité du produit, à la santé et au bien-être des animaux. C'est en acquérant des connaissances détaillées sur les mécanismes biologiques sous-jacents qu’il sera possible de construire et tester des modèles innovants qui exploiteront ces informations pour la sélection et optimiseront les stratégies de conservation de la diversité génétique dans les races cosmopolites et locales.

 

Les partenaires

 

En savoir plus

Agroécologie

Quand la sélection génétique conserve les traditions

ARTICLE REDIGE PAR EXPLOREUR - Que seraient les cultures pyrénéennes et en particulier celles du Pays Basque et du Béarn sans brebis ? Partie intégrante de la vie agricole traditionnelle, elles façonnent le paysage depuis des générations de chaque côté de la frontière. En 2021, tout le secteur de l’élevage au côté des chercheurs agit pour préserver ces races autochtones : les Latxa côté espagnol et les Manech et Basco-Béarnaise côté français. Ainsi naît le projet ARDI, qui travaille pour l’agriculture extensive et optimise les pratiques ancestrales grâce à la sélection génétique. Rencontre avec l’agronome « basque, navarrais et espagnol » Andrés Legarra, directeur de recherche à INRAE Occitanie-Toulouse, du laboratoire GenPhySE.

14 juin 2021

Changement climatique et risques

SMARTER H2020 : la sélection génétique des petits ruminants pour un élevage durable

Dans le cadre du programme européen H2020, le projet Small Ruminants breeding for Efficiency and Resilience (SMARTER) des équipes du laboratoire Génétique Physiologie et Systèmes d’Elevage (GENPhySE) du centre INRAE Occitanie-Toulouse, a été retenu et obtenu un financement de 7 millions d’euros sur 4 ans. Ce projet d’envergure étudie l’amélioration de la sélection génétique afin d’accroître la résilience et l’efficience des petits ruminants dans leur milieu d’élevage.

28 juillet 2020

Un partenariat unique pour un élevage durable des petits ruminants

Consolider et amplifier la sélection génomique et développer des travaux en matière de caractères fonctionnels en lien avec la sélection des petits ruminants pour un élevage durable : tels sont les objectifs de l’unité mixte technologique « Génétique pour un élevage durable des petits ruminants ». D’une durée de 5 ans, ce dispositif, débuté en 2017 se clôturera en 2022.

24 février 2021