Société et territoires 4 min

L’œil numérique à l’affût des cultures

Les technologies de proxi et télédétection ne représentent qu’un aspect de l’agriculture de précision ou plus largement numérique. Elles n’en jouent pas moins un rôle clé dans la connaissance des cultures et la modulation des pratiques à leur consacrer. Passage en revue d’un outillage souvent mal connu et mal nommé.

Publié le 16 décembre 2019

illustration L’œil numérique à l’affût des cultures
© INRAE

Certains survolent des semis sous les hélices d’un drone. D’autres surveillent un coin de parcelle, plantés à même le sol. D’autres encore, embarqués sur machine ou sur tracteur, pointent des ravageurs en présence ou président à une dose d’épandage. Capteurs ou caméras de haute résolution, ces supports identifient l’agriculture de précision, capable de réguler son action selon les informations recueillies sur une zone d’activité forcément hétérogène car vivante. « A l’origine, il s’agissait d’une technologie “push”, qui produisait de la cartographie mais ne répondait pas à une demande définie », se souvient Véronique Bellon-Maurel, directrice de l’Institut de convergences #DigitAg à Montpellier et directrice adjointe du département NUMM d'INRAE. « L’intérêt était encore limité en France il y a une vingtaine d’années, à la différence des Etats-Unis ou de l’Australie où les agriculteurs ne connaissent pas toutes leurs parcelles vue l’étendue des surfaces. Pour autant, on a vite compris l’avantage que l’on pouvait en tirer. »

« On », et au premier chef une communauté scientifique de plus en plus mobilisée par les incidences de la production sur les ressources et vice-versa. Ainsi à l’Unité mixte de recherche EMMAH - INRAE à Avignon, spécialisée dans l’étude de l’interaction entre les pratiques agricoles, les ressources hydriques et l’état des cultures « soit les réponses des cultures aux pratiques et aux ressources », précise son directeur Stéphane Ruy. « En scrutant ce qu’il se passe à l’intérieur d’une parcelle, on se rend notamment capable de moduler des pratiques comme la fertilisation ou l’irrigation à partir des données du sol. » Le recueil des données constitue l’étape clé d’un processus trop vite résumé sous l’appellation de « télédétection », qui confond en réalité plusieurs approches.

 

Problématique multi-échelle

« Nos travaux s’appuient sur deux grandes techniques », détaille Frédéric Baret, responsable de l’Unité mixte technologique CAPTE1 au sein de l’UMR EMMAH. « La télédétection par satellite, tous les cinq jours, permet d’avoir une idée de l’hétérogénéité d’une parcelle, de connaître l’état des sols et de la végétation et de générer une cartographie à partir de modèles, par exemple sur les besoins en eau des sols. » Cette haute résolution venue d’en haut se complète par la résolution centimétrique, effectuée au quotidien sur des surfaces plus réduites à l’aide de drones, de robots et de capteurs fixes, selon la méthode de proxi-détection2. « Trois types de capteurs sont ici à l’œuvre », poursuit Frédéric Baret. « Les caméras haute-résolution vont faciliter l’identification de maladies. Les caméras multi-spectrales Rouge-Vert-Bleu [identiques à celles des téléphones portables, par opposition aux hyper-spectrales dotées d’une borne infrarouge – ndlr] permettront, par exemple, d’estimer la teneur en chlorophylle d’une plante. Enfin, le système LIDAR3, sorte de balayage de la surface par rayon laser, va produire une image 3D de la culture. »

Tout le travail des scientifiques consiste dès lors à confronter les modèles fournis par les satellites à l’observation brute recueillie via les capteurs. La réduction des différences de données produites par l’une et l’autre sources ouvre la voie à la régulation des pratiques par des simulations prédictives, et à l’élaboration de scénarios susceptibles d’aboutir au meilleur rendement pour la moindre empreinte environnementale. Or, au vu de sa précision extrême, la proxi-détection ou télédétection à basse altitude pourrait-elle se passer de l’appui satellitaire ? « Nous avons affaire à une problématique multi-échelle », souligne Frédéric Baret. « Il y a contradiction entre haute résolution et couverture. On a souvent l’une sans l’autre. » L’argument porte tout autant en sens inverse. « Pour le pilotage des adventices, mieux vaut de la proxi ou télédétection au sol », note Thierry Caquet, directeur scientifique Environnement d'INRAE. « On peut bien localiser depuis l’espace un robot désherbant, mais pas le guider. Et gardons en tête que tous ces outils ne doivent pas devenir des “techniques prothèses”, écartant les acteurs de leur objet. » La raison humaine commande encore au traitement des données comme à celui des cultures.

1 – Acronyme contractant CAPteurs et TElédétections.
2 – La notion de « télédétection » pouvant s’appliquer aux drones selon la résolution et la distance de leur intervention.
3 – Pour Light Detection and Ranging

4Scouting Robots : littéralement « robots explorateurs », dotés à la fois d’une large autonomie et d’une importante capacité de détection. Fleuron de ce genre de prototypes, le robot sauteur Salto, mis au point en 2016 à l’Université de Berkeley (Californie), est désormais utilisé pour des opérations de sauvetage.

 

Lire le dossier en intégralité :

Teledetection par drone
Proxi et télédétections
weedelec
WeedElec, à la pointe du désherbage
Drone suur parcelle de vigne
Les technologies ont changé notre métier
Trois jeunes pousses de la précision
Trois jeunes pousses de la précision
Satellite
Détection satellitaire : de la photo au film

Benoit HervieuRédacteur

Contacts

Thierry CaquetDirecteur Scientifique EnvironnementINRAE

En savoir plus

Société et territoires

Recherche, innovation et développement en agriculture : quel(s) avenir(s) ?

Les incertitudes et les crises planent au-dessus de l’agriculture aujourd’hui. Pour mieux les comprendre et surtout, aider l’agriculture à surmonter ces défis, une prospective a été conduite par l’Acta – Les instituts techniques agricoles à la demande du ministère en charge de l'agriculture, sous l'égide du GIS Relance agronomique et en partenariat avec l’Inra, l’Institut de l’élevage, Terres inovia, l’APCA. Ces travaux résonnent d’autant plus avec l’actualité des États généraux de l’Alimentation qui se déroulent en ce moment-même. À quoi ressemblera l’agriculture en 2040 ? Qu’allons-nous faire au niveau de la recherche et du développement agricole ? Quelques éléments de réponses dans cet article.

13 décembre 2019

Société et territoires

Rôles, impacts et services issus des élevages européens

À la demande des ministères en charge de l’Écologie et de l’Agriculture, et de l’Ademe, l’Inra (Délégation à l'Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Etudes) a conduit une expertise scientifique collective sur les systèmes d’élevage européens et leurs produits. Leurs rôles, leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux, ainsi que les services marchands ou non marchands qu’ils rendent à la société ont été analysés sur la base d’un important travail de synthèse bibliographique internationale. Les résultats, qui suggèrent aussi des leviers d’action pour les différents systèmes d’élevage, sont présentés et mis en débat lors d’un colloque le 30 novembre 2016 à Paris, avec plus de 200 participants.

12 décembre 2019

Société et territoires

Quelle transition numérique pour l’Enseignement supérieur et la Recherche ?

Face aux bouleversements qu’apporte le numérique, vers quelles transitions pourraient s’orienter l’enseignement supérieur et la recherche ? L’Inra et Agreenium ont réalisé une prospective à ce sujet, avec un focus sur leur périmètre thématique : agriculture, environnement, alimentation et santé animale. Quatre scénarios permettent d’envisager différentes options, contrastées, tout en étant parfois compatibles entre elles. Ils éclairent ainsi les possibles, souvent au-delà des champs thématiques étudiés.

06 décembre 2019