Changement climatique et risques 3 min

AgroMetInfo, un nouvel outil de veille agroclimatique

Depuis 2019, un nouveau site internet d’information, AgroMetInfo, remplace le dispositif de veille agroclimatique appelé VAC, qui avait été mis en place par INRAE à la suite de la sécheresse de 2003. Ce site permet d’analyser l’influence du climat sur la production agricole et d’anticiper des adaptations de l’itinéraire technique.

Publié le 18 juin 2020

illustration AgroMetInfo, un nouvel outil de veille agroclimatique
© INRAE M. Chartier

1976, 1997, 2003, 2005, 2011, 2015 sont des épisodes de sécheresse historiques et 2019, une année de canicule. Ces sécheresses sont amenées à se multiplier. En effet, les tendances sur le long terme prévoient une augmentation de la température moyenne de 2 à 4°C d’ici la fin du siècle, une diminution des pluies au printemps et en été et des événements extrêmes plus nombreux (1). Force est donc d’intégrer le risque de sécheresse dans le champ de l’agriculture (2). Car il est important d’anticiper ses conséquences sur le rendement des cultures.

C’est une question centrale mais complexe pour laquelle la recherche déploie un éventail de méthodes complémentaires (3), dont un outil appelé anciennement VAC (pour Veille agroclimatique) et qui a évolué en 2019 sous le nom actuel d’AgroMetInfo. « Le principe est le même, explique Frédéric Huard. Il s’agit toujours d’analyser le climat en cours de saison agricole et de voir comment il impacte le développement des cultures, mais au lieu de le faire sur une vingtaine de sites où sont implantées des unités expérimentales INRAE, on le fait maintenant sur toute la France, en collaboration avec Météo France ».

Au total, c’est plus de 8000 points en France qui sont étudiés avec un maillage de 8km2. Ce qui représente chaque jour 11 à 12 heures de calcul, plus de 430 000 graphes et 2 500 cartes produits. Mais que mesure-t-on et dans quel but ?

Analyser l’influence du climat sur le rendement des cultures

« L’objectif n’est pas de calculer un rendement réel, mais un rendement « climatique », théorique, qui ne tient compte que des paramètres du climat » souligne Frédéric Huard. La démarche comporte deux étapes : d’abord, calculer des indicateurs agroclimatiques en chaque point du territoire pour avoir une vision en temps réel de la situation climatique. Ces indicateurs, au nombre de 25, illustrent la situation climatique et le bilan hydrique de la saison agricole (5). Dans un second temps, les données climatiques alimentent un modèle qui simule le développement des cultures et donne en sortie des paramètres de rendement, de stade phénologique ou de besoin en eau des cultures. Le modèle de développement des cultures utilisé dans cette deuxième étape de la démarche est le modèle STICS, qui, pour plus de simplicité se base sur un protocole de simulation unique : mêmes itinéraires techniques, mêmes variétés, même sol pour tous les points. Seul le climat change et peut expliquer ainsi les tendances temporelles et la variabilité spatiale issues de la modélisation.

« Avec ce nouveau dispositif à l’échelle de la France, et, compte-tenu des temps de calcul, nous nous limitons pour l’instant au blé tendre et au maïs irrigué, deux cultures françaises « symboliques » qui se comportent de manière très différente par rapport au climat » précise Frédéric Huard.

Comparer les années et anticiper les tendances

Avec ce dispositif, on modélise les effets du climat sur un cycle cultural en chaque point du territoire. Pour 2020 par exemple, même si les récoltes sont encore à venir, les simulations tendent à montrer une situation délicate pour le blé tendre dans les Hauts de France, le Centre et l’Aquitaine. Pour le maïs irrigué, dont la saison ne fait que commencer, l’incertitude est plus importante. Le dispositif permet aussi d’estimer la quantité d’eau qu’il serait nécessaire d'apporter par irrigation pour obtenir un rendement moyen.

Carte anomalie rendement climatique du blé juin 2020
Carte de l’anomalie moyenne de rendement climatique du blé à la date du 03/06/2020 : l’anomalie moyenne correspond à la différence entre le rendement climatique médian projeté et la moyenne des rendements climatiques des 30 dernières années. Si le résultat est négatif, le rendement climatique prévu est déficitaire par rapport à la situation moyenne passée et inversement. Dans le cas présent on observe que c’est le cas dans les Hauts de France, le Centre est l’Aquitaine. Ces cartes sont calculées tous les jours.

« Les outils de calcul mobilisés permettent également de comparer des années entre elles. Si l’évolution du climat au cours de l’année est la même qu'une année antérieure, on peut supposer que les tendances d’évolution des rendements des cultures seront les mêmes, à la hausse ou à la baisse. AgroMetInfo peut être utile au conseil agricole pour situer l’année en cours, comparer les situations régionales, anticiper les stratégies de conduite des cultures. Quoiqu’il en soit, il est accessible à tous sur Internet. » conclut Frédéric Huard.
 

le site web d'AgroMetInfo

 

(1) Sources : Météo France et GIEC.
(2) Voir le rapport de l’expertise scientifique collective « Sécheresse et agriculture » paru en 2006.
(3) Autres outils de veille et d’analyse :
- ISOP (Information et Suivi Objectif des Prairies), qui donne une indication du déficit en fourrage suivant les régions. Ce système est le fruit d’une collaboration entre Météo-France, l’Inra et le Ministère en charge de l’Agriculture (service de la statistique et de la prospective).
- MARS (Monitoring Agricultural ResourceS), qui donne, à l’échelle européenne, une anticipation des rendements réels des cultures, mais à un grain géographique moins fin que la VAC.
(4)
Seuls sont considérés les points dont l’altitude est inférieure à 800 mètres. Ce maillage provient de la réanalyse climatique SAFRAN de Météo-France, qui nous est fournie quotidiennement grâce à un partenariat.
(5) Somme des températures, cumul des précipitations, bilan hydrique climatique et état de la réserve hydrique du sol.

Retour au dossier

Pascale MollierRédactrice

Contacts

Frédéric Huard US1116 AGROCLIM Agroclim

Le centre

Le département

En savoir plus

Changement climatique et risques

Pleins feux sur les incendies du futur

Comment le risque incendie va-t-il évoluer dans les prochaines décennies ? Les scientifiques d’INRAE cherchent à mieux comprendre les facteurs responsables des incendies de forêt dans un contexte de changement global. Zoom sur les grandes tendances qui se dégagent et qui influeront sur les politiques de prévention et de lutte contre ce risque naturel.

13 janvier 2020

Changement climatique et risques

Sécheresse : l’indispensable adaptation des forêts françaises

L’Australie lutte encore contre les incendies qui ont ravagé en quelques mois plus de 10 millions d’hectares de forêts, en particulier dans le Sud-Est du pays. Si l’Europe ne connaît pas pour le moment de situations aussi extrêmes, l’intensification des épisodes de sécheresses exige une vigilance accrue. En France, les étés 2018 et 2019 ont été particulièrement meurtriers pour nos forêts. Le manque d’eau et les températures élevées ont eu raison de nombreuses essences.

31 janvier 2020

Biodiversité

La diversité des plantes optimise le fonctionnement des écosystèmes

Une équipe de chercheurs français, espagnols et américains vient de déterminer pour la première fois la quantité de diversité végétale nécessaire au fonctionnement des écosystèmes terrestres. Cette étude conduite sur les écosystèmes secs des cinq continents (steppes continentales, maquis méditerranéens, savanes, forêts sèches, déserts) est publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution.

05 février 2020