2 min

VitEst : un programme de recherche lauréat pour la santé de la vigne en Région Grand Est

Le projet VitEst dédié à la santé de la vigne est l’un des 6 lauréats de l’appel à projets "Fonds Régional de Coopération pour la Recherche 2019" - FRCR de la Région Grand Est. Co-porté par l’Inra et l’Université Reims Champagne Ardennes (URCA), ce projet réunis cinq acteurs académiques de la région pour proposer des stratégies innovantes et durables pour la viticulture.

Publié le 23 juillet 2019

illustration VitEst : un programme de recherche lauréat pour la santé de la vigne en Région Grand Est
© INRAE - Yves Bernardi

Activité essentielle de l’économie de la Région Grand Est, la viticulture est actuellement confrontée à deux défis majeurs : réduire les intrants phytosanitaires utilisés dans la lutte contre les maladies foliaires cryptogamiques de la vigne (mildiou et oïdium) et lutter efficacement contre les dépérissements liés aux maladies du bois.

Le projet en bref

Le projet VitEst, coordonné par P. Hugueney (Inra) et C. Clément (Urca), débutera en Octobre 2019 pour une durée de 3 ans. Le coût total du projet est d'environ 2 millions d'euros, dont la moitié est apportée par la Région Grand Est dans le cadre du programme FRCR 2019. L’autre moitié du budget est apportés par les 5 partenaires du projet.

Nos objectifs :

Le projet VitEst vise à proposer des stratégies innovantes et durables pour relever ces défis en fédérant les forces de recherche régionales. Il regroupe toutes les équipes universitaires menant des recherches sur la vigne dans la Région Grand Est, autour deux objectifs scientifiques principaux :

  1. mieux comprendre l’origine des maladies du bois et les mécanismes de tolérance chez la vigne pour développer des traitements,
  2. optimiser la culture des nouveaux cépages résistants au mildiou et à l’oïdium disponibles pour les viticulteurs grâce au développement de stratégies complémentaires de biocontrôle.

Sarah-Louise Filleux Chargée de communicationService Communication Grand Est

Contacts scientifiques

Philippe Hugueney Unité Santé de la Vigne et Qualité du Vin (INRAE/Unistra)

Christophe Clément Unité Résistance Induite et Bioprotection des Plantes (URCA)

Les centres

En savoir plus

Agroécologie

3 questions à… Christian Huyghe, sur le PPR « Cultiver et protéger autrement »

Le PPR, qu’est-ce que c’est ? Le Programme prioritaire de recherche (PPR) « Cultiver et protéger autrement » a pour objectif de mobiliser les leviers de l’agroécologie, du biocontrôle et de la prophylaxie pour arriver à une agriculture performante et durable. C’est pour répondre à une demande sociétale forte, à des objectifs des politiques publiques et de programmation de la recherche que ce programme a été mis en place à un niveau national pour des systèmes de production mobilisant des modes de protection des cultures autres que les phytosanitaires. Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture d'INRAE, répond à nos questions.

27 février 2019

Agroécologie

Cécile Détang-Dessendre : la diversité des agricultures

L’agriculture française est restée l’une des plus diverses d’Europe, même après le mouvement de standardisation et d’intensification de l’après-guerre. Il faut maintenant tirer parti de cette diversité pour aller vers des systèmes plus durables sur les plans environnementaux, économiques et sociaux. Interview de Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe Agriculture d'INRAE.

19 décembre 2019

Changement climatique et risques

« Laccave », des vins adaptés au climat de demain

Plus concentré, plus riche en alcool, moins acide. Voilà ce à quoi pourrait bien ressembler notre verre de vin rouge en 2050. Les effets du changement climatique ont été décrits sur la vigne et le vin. Aussi, les recherches visent-elles dorénavant à préparer l’ensemble de la filière vitivinicole au climat de demain. La seconde phase du projet Laccave, porté par INRAE depuis 2012, s’attache à fournir des pistes opérationnelles d’adaptation au niveau national, région par région, vignoble par vignoble. Questions à Nathalie Ollat, ingénieure de recherche à Bordeaux.

11 février 2019