Biodiversité 10 min

Préserver la biodiversité, une nécessité

Les études et observations convergent : la biodiversité de la planète décline. Les causes de cette dégradation sont aujourd’hui bien identifiées : perte et fragmentation des habitats naturels, surexploitation des ressources, introduction d’espèces exotiques envahissantes, changement climatique.

INRAE travaille sur les enjeux liés à la conservation de la biodiversité, et vise à renforcer les connaissances sur son état et son évolution, et sur le fonctionnement des écosystèmes et les services associés.

Publié le 23 mai 2017

illustration Préserver la biodiversité, une nécessité
© INRAE

Depuis les cinquante dernières années, les études et observations convergent : la biodiversité de la planète décline. Et plus le temps passe, plus le mouvement semble s’accélérer… Les causes de cette dégradation sont aujourd’hui bien identifiées : perte et fragmentation des habitats1naturels d’abord, mais également surexploitation des ressources, introduction d’espèces exotiques envahissantes, autant de pressions liées aux activités humaines auxquelles s’ajoute désormais le changement climatique. En plus des impacts sur la biodiversité elle-même, ces pressions induisent de potentielles conséquences négatives sur le fonctionnement des écosystèmes2et au-delà sur les services que les sociétés humaines en tirent. Introduit pour la première fois dans la loi pour la reconquête de la biodiversité de 2016, le concept de « service écosystémique » ajoute dès lors à l’urgence de préserver la biodiversité comme richesse patrimoniale, une nécessité économique et sociale.

Les travaux d'INRAE reliant biodiversité, fonctionnement des écosystèmes et activités humaines ont participé à ce changement de perception qui reconnaît l’intérêt de la préservation de la biodiversité en tant que telle, et la place comme garant de la durabilité des « biens et services » dont dépendent nos sociétés.

Au sein d’une communauté nationale très active, INRAE  se caractérise par plusieurs spécificités :

  • des recherches dédiées à la fois à la biodiversité terrestre et aquatique ;
  •  l’étude de la biodiversité à ses différentes échelles : écosystèmes, espèces, gènes ;
  • des approches croisant sciences biophysiques,  et sciences humaines et sociales ;
  • le développement d’outils pour comprendre et pour agir.

Ce dossier met en avant des exemples de travaux récents visant à renforcer les connaissances sur l’état de la biodiversité et son évolution, et sur le fonctionnement des écosystèmes et les services associés. Il met notamment en lumière les solutions développées à INRAE pour accompagner les acteurs du territoire dans l’élaboration et la mise en application de mesures de préservation et de restauration : la compétence GEMAPI, la trame verte et bleue fondée sur la restauration des continuités écologiques, les indicateurs DCE, les Solutions Fondées sur la Nature pour l’aménagement du territoire, ou encore la séquence « Eviter, Réduire, Compenser ».

La biodiversité, c’est quoi ?
La Convention sur la diversité biologique (signée par les Nations Unies lors du sommet de la Terre à Rio en 1992) définit la biodiversité comme « la variabilité des organismes vivants de toute origine comprenant, entre autres, les écosystèmes terrestres et aquatiques, et les complexes écologiques dont ils font partie : cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces, ainsi que celle des écosystèmes ».

En savoir plus

Société et territoires

Sols artificialisés et processus d’artificialisation des sols : déterminants, impacts et leviers d’action

L’Inra et l’Ifsttar ont livré le 8 décembre 2017 une expertise scientifique collective sur l’artificialisation des sols, demandée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, l’Ademe et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Les sols sont des ressources non renouvelables et le taux d’artificialisation des sols figure, depuis 2015, parmi les « 10 indicateurs de richesse » élaborés par le Gouvernement pour le suivi de ses politiques publiques.

12 décembre 2019

Biodiversité

Évaluer les services rendus par les écosystèmes agricoles pour mieux les gérer

Une étude novatrice réalisée par l’Inra (Délégation à l'Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Etudes) a évalué finement les services écosystémiques que rendent à l’agriculteur et à la société les espaces dédiés à la production agricole. Ces nouvelles connaissances, présentées lors d’un colloque le 24 octobre 2017, devraient permettre de mieux gérer ces écosystèmes et de mieux baliser les pistes pour réduire l’utilisation d’intrants en agriculture.

16 décembre 2019