Alimentation, santé globale 3 min

L’extrait de pépins de raisin contient des molécules antioxydantes efficaces pour la protection des cellules ovariennes humaines

L’ajout d’extrait de pépins de raisin ou directement de proanthocyanidine GSPB2 (flavonoïde* présente dans le pépin), dans un milieu de culture à une concentration située entre 0,1 et 10 μg / mL, favorise la stéroïdogenèse et diminue le stress oxydatif sans affecter la prolifération et la viabilité des cellules de la granulosa humaine.

Publié le 30 janvier 2020

illustration L’extrait de pépins de raisin contient des molécules antioxydantes efficaces  pour la protection des cellules ovariennes humaines
© INRAE

Le stress oxydatif peut affecter la fonction ovarienne

Les espèces chimiques réactives de l'oxygène (ERO, en anglais ‘reactive oxygen species’ ou ROS), sont des radicaux libres, des ions oxygénés ou des peroxydes. Le rôle des ERO dans les maladies gynécologiques et la procréation assistée a été largement étudié ces dernières années, avec des résultats contradictoires. Leur concentration peut croître significativement en période de stress et endommager les structures cellulaires ; c’est ce qu'on appelle le stress oxydatif. Il est induit par divers stress cellulaires et par de nombreux mécanismes d'attaque ou de défense de la cellule. Il résulte d’un déséquilibre entre les systèmes de défense antioxydants et une production excessive de radicaux libres. Ce déséquilibre peut être dû à un déficit nutritionnel en antioxydants, à une surproduction endogène de radicaux libres d’origine inflammatoire ou à une exposition environnementale à des facteurs favorisant l’oxydation, comme les perturbateurs endocriniens.

Les espèces réactives de l'oxygène (ERO) peuvent ainsi affecter la fonction ovarienne.

L’extrait de pépin de raisin contient des molécules pouvant contrecarrer l’action des ERO

L'extrait de pépins de raisin (EPR) pourrait être proposé comme antioxydant efficace, notamment en raison de sa teneur en proanthocyanidines. Chez la souris, l’une de ces proanthocyanidines, la  proanthocyanidine B2 nommée ici GSPB2 exerce une action puissante et bénéfique dans la réduction de l'apoptose des cellules de la granulosa et dans l'induction du processus d'autophagie. Cependant, aucune étude n'a montré que ces effets bénéfiques existaient chez l’espèce humaine.

Dans notre étude, nous avons analysé différentes doses (0, 0,01, 0,1, 1, 10, 50 et 100 μg / mL) d’EPR et de GSPB2 sur la teneur en ERO, la prolifération cellulaire, la viabilité cellulaire et la stéroïdogenèse de cultures cellulaires humaines. Nos mesures ont porté à la fois sur les cellules primaires de la granulosa lutéinisée* (après l’ovulation lorsqu’elles secrètent de la progestérone) (hGC) et sur la lignée cellulaire de la granulosa tumorale (tumeurs à cellules de la granulosa) (TCG).

De 0,1 à 1 μg / ml, EPR et GSBP2 ont réduit le contenu des cellules en ERO et les niveaux d'ARNm de NOX4 (enzyme synthétisant des ERO).

A l’opposé, de 50 à 100 μg / mL, EPR et GSBP2 ont augmenté le contenu des cellules en ERO dans les deux types de cellules de granulosa étudiés. A ces concentrations, les traitements EPR et GSBP2 ont induit un retard dans la progression du cycle cellulaire et par conséquent, ils ont inhibé la prolifération cellulaire. De plus,  une augmentation de la mort cellulaire a été observée.

En outre, les chercheurs ont constaté que les traitements EPR et GSPB2, entre 0,1 et 100 μg / mL, amélioraient la sécrétion de progestérone et d'œstradiol, dans les deux types de cellules hGC et TCG.

Ces résultats obtenus in vitro ont démontré que les traitements EPR et GSPB2 de 0,1 à 10 μg / mL augmentent la stéroïdogenèse et diminuent le stress oxydatif, sans ralentir la prolifération et réduire la viabilité des cellules dans les cellules en culture primaires et tumorales de la granulosa humaine.

D'autres expériences doivent être effectuées pour déterminer les mécanismes moléculaires de l’action de l’EPR et de la GSPB2 sur les cellules de la granulosa humaine et pour valider l'utilisation potentielle in vivo de ces phytoproduits naturels pour améliorer la qualité des cellules ovariennes et, par conséquent, la fertilité. Concernant ce dernier point, des expérimentations sur  la poule reproductrice, utilisée comme animal modèle, sont en cours.

 

 

* Les flavonoïdes constituent la plus importante catégorie de polyphénols, des molécules très réputées pour leurs vertus antioxydantes. On les trouve dans les fruits et légumes mais aussi dans le chocolat ou le vin (rouge, surtout).

** La granulosa est un ensemble de cellules du follicule ovarien situées autour de l'ovocyte chez la femme.

 

Ce travail a été réalisé avec le support de la Région Centre (projet PREVADI) et l’INRA.

 

Références

Barbe, A.; Rame, C.; Mellouk, N.; Estienne, A.; Bongrani, A.; Brossaud, A.; Riva, A.; Guerif, F.; Froment, P.; Dupont, J., 2019. Effects of Grape Seed Extract and Proanthocyanidin B2 on In Vitro Proliferation, Viability, Steroidogenesis, Oxidative Stress, and Cell Signaling in Human Granulosa Cells. International Journal of Molecular Sciences, 20 (17). http://dx.doi.org/10.3390/ijms20174215

 

Sylvie Andrérédactrice

Contacts

Joëlle Dupont Contact scientifiqueUMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements

Le centre

Le département

Physiologie et systèmes d'élevages

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Un vaccin contre la toxoplasmose pour les singes Saïmiris

Les Saïmiris, petits singes d’Amérique du Sud, sont particulièrement sensibles à la toxoplasmose, une infection parasitaire due au protozoaire Toxoplasma gondii. Une campagne de vaccination de Saïmiris a débuté en septembre 2017 dans cinq parcs zoologiques français. Le vaccin contre T. gondii a été développé par l’équipe BioMédicaments Anti Parasitaires (BioMAP) de l'unité mixte de recherche Infectiologie et santé publique (UMR ISP, Inra-Université de Tours), en collaboration avec la société Vaxinano.

19 décembre 2019

Alimentation, santé globale

L'Inra, la société Valorex et l’association Bleu-Blanc-Cœur signent une convention cadre pour consolider et développer des modèles agricoles et alimentaires durables

COMMUNIQUE DE PRESSE - Le 8 novembre 2019, Philippe Mauguin, Président directeur général de l’Inra et Pierre Weill, co-président de l’association Bleu-Blanc-Cœur et fondateur de la société Valorex, ont signé une convention-cadre qui vise à organiser leurs collaborations dans les domaines de la nutrition humaine, de la santé animale et de l’environnement.

19 décembre 2019