Alimentation, santé globale

Des ingrédients marins naturels pour booster le cerveau vieillissant ?

Des ingrédients santé marins naturels pourraient prévenir le déclin de la mémoire et la perte d’autonomie au cours du vieillissement. C’est ce que suggère une étude rapportant l’effet bénéfique d’un hydrolysat marin obtenu à partir de têtes de sardines, grâce à une double approche in vitro, sur culture cellulaire, et in vivo, sur un modèle préclinique.

Publié le 11 mars 2021

illustration Des ingrédients marins naturels pour booster le cerveau vieillissant ?
© INRAE

Le vieillissement s’accompagne d’un déclin global des performances cognitives qui se manifeste par des troubles de la mémoire et de la vigilance, pouvant conduire à une perte de la qualité de vie et d’autonomie. Préserver la qualité de vie en favorisant le maintien d’un état cognitif satisfaisant chez les personnes âgées constitue donc un enjeu socio-économique primordial. Dans ce contexte, la nutrition fait partie des pistes innovantes de recherche pour prévenir le déclin cognitif lié à l’âge car il s’agit d’un facteur modulable tout au long de la vie des populations. A ce titre, des chercheurs INRAE ont exploré l’effet d’un hydrolysat marin obtenu à partir de têtes de sardines, grâce à une double approche : in vitro sur culture cellulaire et in vivo sur un modèle préclinique.

Qu’est-ce qui a mis nos chercheurs sur la voie des têtes de sardine ? C’est un coproduit marin peu valorisé actuellement qui contient des omégas-3 et des protéines en grande quantité ! Dans notre alimentation, les oméga-3 à chaîne longue suscitent un grand intérêt en raison de leurs propriétés anti-inflammatoires ; une inflammation chronique à bas bruit étant impliquée dans les altérations cognitives liées à l’âge. Aussi, la richesse en protéines des coproduits de sardines font de ces derniers des candidats d’intérêt pour obtenir par voie enzymatique des peptides bioactifs aux propriétés anti-inflammatoires et anti-stress. Compte-tenu des effets individuels des oméga-3 et des peptides bioactifs, les combiner permet de maximiser leur impact.

Les scientifiques ont travaillé sur un hydrolysat marin contenant des omégas-3 et des peptides bioactifs, obtenu à partir de coproduits de têtes de sardines, par des procédés écoresponsables, doux, sans solvant. Les chercheurs ont démontré, chez la souris, les effets bénéfiques de cet hydrolysat marin sur la mémoire, la réponse au stress et l’inflammation cérébrale au cours du vieillissement, et déterminé les mécanismes impliqués. Le procédé d’obtention de l’hydrolysat marin ainsi que ses effets sur la santé ont fait l’objet d’un dépôt de brevet.

Ainsi, les omégas-3 et les peptides bioactifs représentent une stratégie potentiellement intéressante pour prévenir le déclin cognitif lié à l’âge. Ces résultats sont à confirmer chez l’humain dans le cadre d’une étude clinique. Les chercheurs ont ainsi prévu d’évaluer, en 2021, l’efficacité d’une supplémentation nutritionnelle avec ces composés pendant 3 mois sur l’évolution de la mémoire dans une cohorte de 50 personnes âgées (60-73 ans) en bonne santé globale présentant un déclin cognitif supérieur à la normale mais non pathologique.

 

Références :

Chataigner M, Martin M, Lucas C, Pallet V, Layé S, Mehaignerie A, Bouvret E, Dinel AL, Joffre C. (2021). Fish Hydrolysate Supplementation Containing n‐3 Long Chain Polyunsaturated Fatty Acids and Peptides Prevents LPS‐Induced Neuroinflammation. Nutrients 13, 824.

Chataigner M, Mortessagne P, Lucas C, Pallet V, Layé S, Mehaignerie A, Bouvret E, Dinel AL, Joffre C. (2020). Dietary fish hydrolysate supplementation containing n-3 LC-PUFAs and peptides prevents short-term memory and stress response deficits in aged mice. Brain Behav Immun. 1591(20)30743-1. doi: 10.1016/j.bbi.2020.09.022. 

Joffre C, Dinel AL, Chataigner M, Pallet V, Layé S. (2020). n-3 Polyunsaturated Fatty Acids and Their Derivates Reduce Neuroinflammation during Aging. Nutrients. 12(3):647. doi: 10.3390/nu12030647.

Claire Gaudout

Contacts

Corinne Joffre

Le centre

Le département

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Lien entre nutrition et cerveau : comment un déficit en oméga 3 chez la mère influence le développement comportemental des petits chez l’animal

COMMUNIQUE DE PRESSE - Les acides gras omega 3* sont essentiels, nécessairement apportés par l’alimentation, et indispensables au développement du cerveau. Des chercheurs INRAE et de l’université de Bordeaux, en collaboration avec l’Inserm, les Universités canadiennes Laval et de Toronto, et d’autres partenaires (Harvard, Fondation Basque…) se sont en particulier intéressés à l’impact de l’alimentation maternelle dans la période de la gestation et de la lactation, sur le développement cérébral des petits. Ils ont ainsi montré pour la première fois chez la souris, comment des apports insuffisants en omégas 3 chez la mère altèrent le développement des réseaux de neurones chez le petit, provoquant des altérations de la mémoire. Ils en ont également décrypté les mécanismes moléculaires. Ces résultats inédits, issus de plusieurs années de recherche, sont publiés le 30 novembre 2020 dans Nature Communications.

27 novembre 2020

Alimentation, santé globale

30 ans de recherches sur la sarcopénie et la dépendance de la personne âgée...

La prise en charge de la dépendance liée au vieillissement sera l’un des enjeux importants de la recherche en nutrition humaine au cours des prochaines décennies, étant donnée l’augmentation actuelle de la proportion de personnes âgées. L’un des éléments responsables de la dépendance est la réduction de la mobilité induite par la sarcopénie ou fonte musculaire. Celle-ci est au centre des travaux de recherche de laboratoires d’INRAE, notamment de l’UMR UNH à Clermont-Ferrand depuis le début des années 90 et de l’UMR CarMeN à Lyon, mais aussi des 2 Centres de recherche en nutrition humaine d’Auvergne et de Rhône-Alpes.

22 janvier 2021

Alimentation, santé globale

Prévenir la dénutrition des personnes âgées : un guide pratique « Grand âge et Petit appétit » accessible à tous

COMMUNIQUE DE PRESSE - La dénutrition, qui touche en France plus de 2 millions de personnes, est une situation pathologique qui menace la santé, l’autonomie et l’espérance de vie des personnes âgées. Chez la personne dénutrie, le risque de mortalité est ainsi multiplié par 4. Par ailleurs la dénutrition aggrave les maladies existantes (complications, convalescence plus longue, réhospitalisation) et conduit plus rapidement à une dépendance dans les gestes de la vie quotidienne. Grâce aux travaux menés au sein du projet RENESSENS[1] , des chercheurs d’INRAE et du CHU de Dijon ont produit un guide d’information et de conseils pratiques à destination des personnes âgées et de leurs aidants familiaux et professionnels. Fruit d’un travail collectif mené depuis plusieurs années, ce guide intitulé Grand âge et petit appétit sort à l’occasion de la première semaine nationale consacrée à la dénutrition.

12 novembre 2020