Alimentation, santé globale 2 min

30 ans de recherches sur la sarcopénie et la dépendance de la personne âgée...

La prise en charge de la dépendance liée au vieillissement sera l’un des enjeux importants de la recherche en nutrition humaine au cours des prochaines décennies, étant donnée l’augmentation actuelle de la proportion de personnes âgées. L’un des éléments responsables de la dépendance est la réduction de la mobilité induite par la sarcopénie ou fonte musculaire. Celle-ci est au centre des travaux de recherche de laboratoires d’INRAE, notamment de l’UMR UNH à Clermont-Ferrand depuis le début des années 90 et de l’UMR CarMeN à Lyon, mais aussi des 2 Centres de recherche en nutrition humaine d’Auvergne et de Rhône-Alpes.

Publié le 22 janvier 2021

illustration 30 ans de recherches sur la sarcopénie et la dépendance de la personne âgée...
© Shutterstock

Ainsi ces différentes équipes de recherche ont mis en évidence une origine multifactorielle de la sarcopénie, incluant la sédentarité, la malnutrition, la dénutrition, les pertes de capacité de récupération musculaire et une diminution de l’absorption des protéines alimentaires au cours du vieillissement. Les différentes avancées scientifiques issues de ses recherches sont les suivantes : - La nécessité d’augmenter l’apport en protéines alimentaires des personnes âgées (de 0.83 à 1.1 g/kg de poids /jour). Cette recommandation a été prise en considération par l’HAS (Haute Autorité de Santé) et intégrée au Programme National Nutrition Santé (PNNS). - La mise en évidence de l’intérêt des protéines alimentaires à vitesse de digestion rapide et riches en un acide aminé essentiel : la leucine. - L’intérêt de privilégier un apport important de protéines sur le repas de midi (80% de ses apports journaliers). Cette stratégie nutritionnelle a d’ailleurs été retenue par le Programme National pour l’Alimentation dès 2010. - Les matrices alimentaires dans lesquelles les protéines sont consommées et leurs modifications par la chaleur ou les procédés de préparation (cuisson, gélation...) ont un impact sur leur assimilation/ absorption ou efficacité tout court chez la personne âgée. Ceci est aussi intimement lié au rôle important de la santé bucco-orale et des capacités masticatoires des séniors. - L’inflammation de faible intensité ainsi que l’exposition chronique à des régimes gras et sucrés jouent un rôle déterminant sur le développement de la perte de muscle avec l’âge. Le rôle protecteur des oméga 3 et des bioactifs végétaux a été aussi étudié. - L’effet d’une hormone fabriquée par l’intestin (appelée facteur de croissance des fibroblastes  19 -FGF19) a été mis en évidence. Elle est capable d’accroître la masse musculaire et de protéger de la sarcopénie chez la souris. L’observation d’une augmentation de la taille des cellules musculaires humaines en culture en présence de FGF19 suggère un potentiel de transfert à l’homme de cette découverte.

Toutes ces recherches ont permis de mieux comprendre les mécanismes responsables de la sarcopénie et de proposer des stratégies nutritionnelles adaptées, avec des propositions de produits optimisés en termes de matrices alimentaires mais également en termes de composition de différents nutriments. Pour aller plus loin, les chercheurs d’INRAE travaillent aujourd’hui sur l’optimisation de stratégies pour les séniors, qu’ils soient à la maison en santé, à la maison dépendants, en institution médicalisée ou à l’hôpital. 

Parmi les pistes prometteuses, les chercheurs étudient maintenant la place des protéines végétales dans les menus, la chrononutrition - ou comment ingérer les différents nutriments dans la journée pour maintenir au mieux ses muscles, les stratégies pro ou pré-biotiques, la place du maintien de l’activité physique ou encore les moyens de prédiction de la sarcopénie pour une meilleure prise en charge.

Service communication Rédacteur

Contacts

Les centres

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Dites STOP à la sédentarité et à la malnutrition grâce à votre téléphone

La malnutrition et la sédentarité sont des facteurs de risque du surpoids, de maladies chroniques et de la détérioration du bien-être. Vous pouvez dorénavant (pour les personnes connectées) évaluer et suivre votre activité physique, votre alimentation et votre humeur grâce à trois applications smartphone mises au point par des chercheurs de l’unité de Nutrition Humaine du centre INRAE Auvergne-Rhône-Alpes.

30 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Des pâtes aux légumineuses adaptées aux besoins des séniors

Un procédé de fabrication permettant d’obtenir des pâtes composées d’un mélange de semoule de blé et de légumineuses, a été breveté. Ces pâtes possèdent une haute valeur nutritionnelle du fait de la teneur et de la complémentarité des acides aminés qu’elles renferment. Elles sont également rapidement digérées et pauvres en matière grasse, ce qui en fait des aliments particulièrement adaptés aux besoins des personnes âgées.

01 décembre 2019