Biodiversité 2 min

Ganaspis kimorum : une micro-guêpe pour protéger les cerises

Face à la drosophile à ailes tachetées, Drosophila suzukii, un ravageur qui provoque de sérieux dégâts au sein de la filière cerise, une équipe de recherche d’INRAE de Sophia Antipolis a récemment procédé, après plusieurs années d’études en laboratoire, à des lâchers de Ganaspis kimorum dans le Vaucluse. Ces micro-guêpes parasitoïdes, ennemies naturelles de la mouche asiatique, offrent une alternative écologique aux pesticides. 

Publié le 28 juin 2024

illustration Ganaspis kimorum : une micro-guêpe pour protéger les cerises
© INRAE, Armelle Favery

Drosophila suzukii, originaire d’Asie et identifiée en France en 2010, se reproduit particulièrement rapidement et pond ses œufs dans les fruits, les rendant impropres à la consommation. Cette mouche constitue un véritable fléau pour les arboriculteurs, privés de traitements chimiques par la Commission Européenne en 2022 pour des raisons sanitaires.

C’est au pied du mont Ventoux, aux abords du village de Malaucène, qu’une équipe de recherche INRAE de l’Institut Sophia Agrobiotech s’est rendue au début du mois de mai, afin de procéder à un lâcher de Ganaspis kimorum (voir encadré). Ces micro-guêpes, d'un millimètre de long et originaires du Japon, pondent leurs œufs dans les larves de D. suzukii. En se développant, les larves de G. kimorum consomment celles de la mouche, réduisant ainsi sa population efficacement et durablement.

Après plusieurs années d’expérimentations menées en laboratoire à Sophia Antipolis sur G. kimorum, le parasitoïde de D. suzukii dans son milieu d’origine, s’est avéré être un bon candidat pour contrôler D. suzukii tout en respectant l’environnement. Nicolas Borowiec, ingénieur à INRAE, spécialiste de la lutte biologique par acclimatation et responsable de ce projet indique que « ce parasitoïde a été sélectionné car il s’attaque efficacement et spécifiquement à D. suzukii dans les fruits en cours de maturation, limitant ainsi les effets indésirables ». 

En présence du sénateur du Vaucluse, des maires de Malaucène et de Venasque ainsi que de la cheffe de département Santé des Plantes et Environnement d’INRAE, Mylène Ogliastro, et du Président du centre INRAE Provence-Alpes-Côte d'Azur, Frédéric Carlin, les chercheurs ont effectué un lâcher de 500 femelles G. kimorum dans des vergers de cerisiers à Malaucène. Ils suivront sur plusieurs années cette introduction du parasitoïde, afin d’évaluer l’efficacité de cette stratégie de biocontrôle pour contrôler D. suzukii sans avoir recours à des produits phytosanitaires. D'autres lâchers de parasitoïdes sont prévus dans le sud-est de la France et dans d’autres régions sur des sites où le ravageur est présent.

De Ganaspis cf. brasiliensis à Ganaspis kimorum

Les résultats des nombreuses études de biologie, écologie et caractérisation moléculaires menées ces dernières années montraient sans ambiguïté la présence de plusieurs taxons différenciés sous le même nom « Ganaspis cf. brasiliensis ». Au sein de ce complexe, le groupe moléculaire 1 (= G. cf. brasiliensis G1) est celui qui présente la plus forte spécificité écologique et physiologique vis-à-vis de D. suzukii. C’est cette souche qui a fait l’objet d’autorisation d’introduction dans l’environnement dans plusieurs pays (France, Italie, Etats-Unis, Suisse).
Une publication récente de taxonomistes spécialistes des Figitidae (famille à laquelle appartient le genre Ganaspis) décrit certains de ces groupes comme de nouvelles espèces. C’est le cas de Ganaspis cf. brasiliensis G1 qui devient donc Ganaspis kimorum (Sosa-Calvo et al 2024. Journal of Hymenoptera Research. doi : 10.3897/jhr.97.118567).

 

Arnaud RidelRédacteurDépartement Santé des Plantes et Environnement

Contacts

Nicolas Borowiec IngénieurInstitut Sophia Agrobiotech

Adrien Le Navenant Institut Sophia Agrobiotech

Le centre

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Des lâchers de Ganaspis cf. brasiliensis pour sauver la cerise

Une équipe de recherche INRAE de l’Institut Sophia Agrobiotech a procédé, à la fin de l’été et sur plusieurs sites en France, aux lâchers de Ganaspis cf. brasiliensis, une guêpe parasitoïde exotique, afin de réduire efficacement et durablement les populations de la mouche Drosophila suzukii qui provoque de sérieux dégâts en culture de petits fruits rouges, et en particulier dans les cerisiers.

20 octobre 2023

Agroécologie

Cydia pomonella et Drosophila suzukii, deux ravageurs dans le collimateur de SUZoCARPO

Lauréat de l’appel à projets national Ecophyto, le projet SUZoCARPO vise à acclimater des parasitoïdes exotiques afin de lutter contre les insectes ravageurs Drosophila suzukii et Cydia pomonella. Pour mener à bien ce projet, l’équipe de recherche et développement en lutte biologique de l’Institut Sophia Agrobiotech a recruté une jeune technicienne, Mélanie Huguet, qui a pour mission d’élever ravageurs et parasitoïdes afin de développer sur le terrain une lutte biologique efficace et durable. Celle-ci permettra de diminuer les densités de ravageurs tout en limitant l’usage de pesticides.

11 avril 2023