Alimentation, santé globale 6 min

France-Brésil : 20 ans de collaboration sur les probiotiques en santé humaine ou animale

INRAE et l'UFMG (Université Fédérale du Minas Gerais, Brésil) fêtent 20 ans de collaboration et de succès sur l'exploration du potentiel des bactéries dans la modulation de la réponse immunitaire.

Publié le 21 janvier 2021

illustration France-Brésil : 20 ans de collaboration sur les probiotiques en santé humaine ou animale
© Unité INRAE STLO Rennes

Depuis le début des années 2000, des liens étroits se sont tissés entre la France et le Brésil au travers d'une collaboration entre l'UFMG et INRAE.

Yves Le Loir (unité STLO du département MICA), Philippe Langella et Jean-Marc Chatel (unité MICALIS, MICA et AlimH) nous en disent plus sur cette relation scientifique et humaine.

Comment est née cette collaboration de 20 ans entre des laboratoires INRAE et l’UFMG ?

Nous connaissons Vasco Azevedo depuis le début des années 1990. A l'époque, V. Azevedo préparait une thèse de doctorat à l’Unité de Génétique Microbienne au centre INRA de Jouy en Josas.

Après un séjour post-doctoral aux USA, V. Azevedo rentre au Brésil et occupe un poste d’enseignant-chercheur à l’Université Fédérale du Minas Gerais (UFMG) à Belo Horizonte. Durant cette période, il reste attaché à son expérience en France et, en 1999, grâce à un financement post-doctoral, une première collaboration se met en place avec la venue de Luciana Ribeiro dans l'équipe de P. Langella à Jouy.

En 2001, Y. Le Loir rejoint l'unité STLO, à Rennes, tout en poursuivant la collaboration avec P. Langella et V. Azevedo. Dans la continuité de ce premier échange post-doctoral, un premier projet CAPES-COFECUB* est financé. 

Autour de ce noyau historique, un réseau franco-brésilien s’est constitué, agrégeant d’autres collègues microbiologistes et immunologistes des deux institutions, dont Jean-Marc Chatel. Quatre autres projets CAPES-COFECUB ont suivi le premier et ont permis de financer des bourses de doctorat et post-doctorat sur les périodes allant de 2006 à 2023.

Tous ces projets ont exploré et explorent encore le potentiel des bactéries (notamment bactéries lactiques) à moduler la réponse immunitaire de l’hôte, en particulier dans un contexte de maladie inflammatoire.

 

Que sont les maladies inflammatoires ?  En quoi constituent-elles un problème de santé humaine et animale ?

Les maladies dites inflammatoires regroupent diverses affections qui se caractérisent par l’inflammation d’un ou plusieurs organes. L'inflammation est un ensemble de réactions générées par l'organisme en réponse à divers types d’agression : externes comme une blessure, une infection, un traumatisme ou interne à l’organisme comme dans certaines pathologies auto-immunes.

Depuis quelques décennies, plusieurs régions du monde traversent une période de transition alimentaire profonde liée à des changements de mode de vie (sédentarité) et d’alimentation (plus riche en produits carnés, notamment). Les répercussions de ces changements commencent à se faire sentir au niveau de  la santé publique, notament les dysfonctionnements digestifs d’origine inflammatoire, qui prennent une ampleur croissante. On les regroupe sous le terme de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique.

Les maladies inflammatoires touchent aussi le monde animal, et nous nous intéressons plus particulièrement à celles qui touchent les animaux d’élevage. La mammite (inflammation de la mamelle, le plus souvent d’origine infectieuse), fréquente chez les ruminants laitiers, est probablement celle qui engendre le plus de perte économique pour ce secteur.

Drapeaux France Brésil

Pourquoi vous interessez-vous, en France et au Brésil, à l’action des bactéries dans ce contexte de maladies inflammatoires ?

Dans chacun de ces contextes inflammatoires, les bactéries liées à l’organe (intestin ou mamelle) jouent un rôle qui peut être différent. Ce sont soit des éléments déclencheurs de l’inflammation, soit au contraire des agents capables de moduler cette inflammation.   

Par exemple, les bactéries pathogènes telles que Staphylococcus aureus sont fréquemment impliquées dans les mammites chez les bovins. Cette bacterie induit des infections souvent chroniques et de ce fait est associée à des inflammations récidiventes. Les mécanismes impliqués dans la pathogenèse de S. aureus et surtout dans la persistance des infections sont encore mal connus. C’est pourquoi nous travaillons sur le sujet.

A l’opposé, certaines bactéries dites probiotiques sont capables de moduler l’inflammation au niveau du système digestif et de soulager certains des symptomes associés aux maladies inflammatoires de l’intestin. Plusieurs espèces de bactéries lactiques ou propioniques, comme Lactobacillus casei et Propionibacterium freudenreichii, ou commensales de l’intestin -qui font partie de l’écosystème intestinal-, telle Faecalibacterium prausnitzii, constituent de bonnes candidates pour ces applications santé incluant l’atténuation de l’inflammation, la prévention des récidives et le rééquilibrage du microbiote intestinal.

Comment abordez-vous ce problème et quelles solutions recherchez-vous ?

L’avènement des techniques de séquençage de génomes à haut débit a permis d’explorer en profondeur la composition des microbiotes associés aux écosystèmes intestinaux ou mammaires. Ces études ont permis d’établir des profils de microbiotes en équilibre associés à un organe sain. Ceux-ci se caractérisent généralement par une forte biodiversité et sont dominés par des groupes bactériens particuliers.

Ces études ont aussi permis de définir des microbiotes en déséquilibre qui se caractérisent pas une perte de diversité et l’absence de certains groupes bactériens.

Mieux connaitre la composante bactérienne de ces maladies inflammatoires permettra de mieux comprendre les mécanismes de l'inflammation et de proposer des méthodes basées sur l’utilisation de bactéries pour prévenir ou traiter ces maladies.

Ceci devrait aider à réduire le recours aux traitements par des médicaments antibiotiques et/ou antiinflammatoires.  La réduction de l’usage d’antibiotiques, à usage vétérinaire notamment, est aujourd’hui une priorité mondiale. Il est très important, en effet, d’éviter l’émergence de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques qui pourraient se transmettre de l’animal à l’homme.

 (*Le Programme Franco-Brésilien CAPES-COFECUB a pour objectif d’amorcer ou de développer la coopération scientifique et les relations entre les centres de recherche et les universités des deux pays, à travers le soutien à des projets communs de recherche d’excellence, impliquant la mobilité de chercheurs en accordant une priorité à la formation aux niveaux doctoral et post-doctoral.)

20 ans de publications scientifiquespdf - 100.94 KB

Laurent Marché Responsable communication département MICAdépartement MICA

CONTACTS SCIENTIFIQUES

Yves Le Loir Unité Mixte de Recherche Sciences et technologie du lait de l'oeuf (STLO)

Jean-Marc Chatel Unité Mixte de Recherche MICALIS : Microbiologie de l’Alimentation au service de la Santé

Philippe Langella Unité Mixte de Recherche MICALIS : Microbiologie de l’Alimentation au service de la Santé

Vasco Ariston de Carvalho Azevedo UFMG, Brésil

Les centres

En savoir plus

Alimentation, santé globale

Altérations durables de l'écosystème intestinal : nouvelles perspectives pour le traitement de maladies inflammatoires chroniques

COMMUNIQUE DE PRESSE - Maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, obésité, diabète, maladies du foie, Parkinson, Alzheimer, autisme, maladies cardiovasculaires… Les affections chroniques en forte augmentation depuis plus de 60 ans sont, pour la grande majorité, associées à une perte de richesse et une altération du microbiote. Un dialogue équilibré entre l'être humain (l'hôte) et son microbiote intestinal est essentiel au maintien de la santé. À partir d'un modèle animal, les chercheurs apportent la preuve pour la première fois que l’inflammation intestinale et l’altération du microbiote qui l’accompagne peuvent s’entretenir mutuellement et générer un état stable de pré-maladie. Ainsi, ils montrent que la simple induction d’inflammation peut durablement altérer la symbiose hôte-microbiote, interdisant le retour à la normale même 40 jours après l’arrêt de l’induction. Ces résultats, obtenus dans le cadre du projet européen ERC Homo symbiosus coordonné par INRAE, sont publiés le 6 novembre dans la revue Microbiome. Ces travaux ouvrent de nouvelles voies en termes de diagnostic, de nutrition préventive et de thérapie en médecine humaine.

23 octobre 2020

Alimentation, santé globale

Dossier de presse : One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes

DOSSIER DE PRESSE - Le concept One Health, « une seule santé », initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l’émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Il repose sur un principe simple, selon lequel la protection de la santé de l’Homme passe par la santé de l’animal et celle de l’ensemble des écosystèmes. Des chercheurs d’INRAE se sont réunis pour proposer un éclairage autour du concept One Health, en intégrant la notion d’EcoHealth : leurs expertises sont rassemblées au sein de ce dossier de presse.

09 juillet 2020

Alimentation, santé globale

Quand une bactérie intestinale aggrave le syndrome métabolique et qu’un probiotique le soulage

COMMUNIQUE DE PRESSE - Obésité, diabète et autres complications métaboliques sont autant de pathologies devenues aujourd’hui des questions de santé publique sans que l’on sache complétement en expliquer la prévalence. Une équipe de chercheurs de l’Inra, de Danone, de l’AP-HP, de l’Inserm et de Sorbonne Université vient de mettre en évidence, dans une étude préclinique in vivo, que les troubles métaboliques liés à un régime alimentaire riche en graisses sont aggravés par la prolifération d’une bactérie intestinale pro-inflammatoire, Bilophila wadsworthia qui contribue à détériorer la barrière intestinale. Ces effets sont atténués par une bactérie probiotique, Lactobacillus rhamnosus CNCM I-3690. Ces résultats ouvrent la voie au développement d’approches nutritionnelles et de probiotiques qui ciblent le microbiote. Ils sont publiés le 18 juillet 2018 dans la revue Nature Communications.

07 mai 2020