Agroécologie 4 min

Ferme du Bec Hellouin : la beauté rend productif

La luxuriante Ferme du Bec Hellouin, dans l’Eure, apparaît comme un modèle français de permaculture. Pour la première fois, une étude scientifique se penche sur sa viabilité économique. Réponse en images….

Publié le 29 août 2016

illustration Ferme du Bec Hellouin : la beauté rend productif
© INRAE

 

Produire à la main une profusion de légumes et de fruits sur une terre ingrate qui n’a jamais été cultivée depuis le néolithique… Voilà qui donne espoir pour la mise en culture de sols dégradés ou désertifiés de par le monde ! C’est le pari de la Ferme Biologique du Bec Hellouin, haut lieu depuis 2006 d’une forme de culture originale inspirée de la permaculture et du maraîchage biointensif.

Très peu mécanisé, sur une très petite surface cultivée, positionné sur des circuits courts, ce modèle suscite un fort intérêt. Mais est-il économiquement viable? C'est à cette question qu’a répondu l'étude coordonnée par François Léger sur quatre ans1.

Quatre années d’étude pour valider une hypothèse

Réalisée en conditions réelles de production et de vente, l’étude a été menée de 2011 à 2015.

A partir des données récoltées (voir encadré 1), les modélisations montrent que, en fonction du niveau d'investissement et d'intensification, 1000 m22 dégagent un revenu horaire variant de 5,4 à 9,5 € pour une charge de travail hebdomadaire moyenne de 43 heures. Le revenu agricole net mensuel correspondant, de 900 à 1570 € suivant le niveau d'investissement, apparait tout à fait acceptable, voire supérieur, au regard des références couramment admises en maraîchage biologique diversifié3.

Un facteur clé : une très petite surface très soignée

Pour François Léger, le facteur clé de cette réussite est l’intensification : cultiver une très petite surface avec le maximum de soin et de productivité, sans perdre d’espace ni de temps de culture.

Mais  il ne faut pas oublier que les 1000 m2 étudiés s’insèrent dans un environnement influent : 20 ha en tout, dont des arbres et des haies qui hébergent des auxiliaires de culture et séquestrent du carbone dans les sols, des pâtures, un ruisseau et des mares qui contribuent à créer un microclimat favorable… Ces bénéfices écologiques font l’objet d’un nouveau programme de recherche qui a débuté en 2015.

Quelques principes de base mêlant plusieurs inspirations

La démarche de la Ferme du Bec Hellouin se base sur une combinaison de principes cohérents issus de la permaculture4 et du micromaraîchage biologique intensif5 :

  • Pas de produits phytosanitaires, pas d’engrais de synthèse, mais du compost (pour entretenir la fertilité du sol) et du paillage (pour entre autres retenir l’eau).
  • Pas ou peu de mécanisation.
  • Plusieurs types de buttes et plates-bandes cultivables toute l’année.
  • Grande diversité de production.
  • Associations d’espèces pour explorer la verticalité, cultures relais (une culture démarre avant la fin de la précédente).
  • Agroforesterie (vergers maraîchers).
  • Optimisation de la circulation dans la ferme pour gagner du temps de travail : par exemple, la réorganisation du « jardin Mandala » d’une forme de spirale à une forme en rayons a eu un effet spectaculaire !
  • Commercialisation en circuits courts : paniers hebdomadaires, vente à des magasins bio, à des restaurateurs

L’esprit d’innovation et d’expérimentation

La Campagnole, développée et commercialisée par La Fabriculture et la Ferme du Bec Hellouin, est une sorte de grelinette améliorée qui permet sans trop d’effort de décompacter le sol avant le semis.
Campagnole, développée et commercialisée par La Fabriculture et la Ferme du Bec Hellouin.

L'expérience et la capacité d'apprentissage en continu sont absolument déterminantes. Optimiser un outil par exemple peut faire gagner un temps précieux : la « Campagnole » a été inventée à la ferme du Bec Hellouin. C’est une sorte de grelinette6 améliorée qui permet sans trop d’effort de décompacter le sol avant le semis. De même, le semoir Coleman permet de faire des semis en rangées très serrées.

Une étude à portée plus large

Les résultats de l’étude menée à la Ferme du Bec Hellouin vont alimenter des modèles de fonctionnement de microfermes, élargissant ainsi le champ de réflexion. Ce travail fait l'objet d'une thèse en cours à l'UMR SADAPT. Ce modèle économique apparait réaliste pour les porteurs de projets sans assise foncière et à faible capacité d’investissement. Ce type de structure se développe à grande vitesse et la demande de références est énorme.

La demande est forte aussi dans les villes. Jardins urbains partagés, végétalisation des villes, la demande d’expertise de projets explose.  « Peut-être verrons-nous éclore une microferme au cœur d’une cité HLM, comme dans le projet de Tours sur lequel je travaille actuellement » conclut François Léger.

1 François Léger, UMR SADAPT (Inra-AgroParisTech). Etude menée avec la ferme du Bec Hellouin  et l’Institut Sylva.
2 1000 m2 est par hypothèse la surface optimale pouvant être cultivée à la main par une seule personne avec un maximum de soin.
3 1280 € est le chiffre avancé par la chambre d'agriculture de Haute Normandie pour la "Création d'activité en maraîchage biologique et vente directe".
4 Permaculture : cadre conceptuel souple visant à créer un réseau de relations bénéfiques entre tous les composants d’un écosystème, invitant à « dessiner comme la nature ».
5 Maraîchage biointensif, références : Eliot Coleman, John Jeavons, voir encadré 3.
6 La grelinette permet d'ameublir la terre sans la retourner, contrairement à une bêche, en préservant ainsi l'écosystème du sol. Elle a été inventée par André Grelin en 1963.

La composition de l’unité type de 1000 m2

Ferme de Bec Hellouin (Eure).  Vue de la serre, avec un poulailler installé en terrasse, donnant de la chaleur aux cultures situées en dessous.

Les 1000 m² de cultures sont situés dans la partie la plus soignée et la plus intensive de la ferme du Bec Hellouin. Il s’agit d’un ensemble de plusieurs secteurs, comprenant 421 m2 de serres, 116 + 117 m2 de cultures en plein champ en agroforesterie, et un « jardin Mandala » de 378 m2 (formé de buttes rondes, cultivé de manière moins intensive). Pas moins de 76 types de cultures sont réalisés dans cet espace, dont 69 types de légumes, légumes-fruits, -racines ou -feuilles, mini-légumes et 17 types d’herbes aromatiques et fleurs. Les mini-légumes sont récoltés plus vite et cultivés plus dense. Ils sont bien adaptés à la consommation de petites familles et à la restauration gastronomique.

Cette unité de 1000 m2 fait partie d’un tout écologique au sein de 20 ha, dont 12 ha de bois, 4000 à 7000 m2 de cultures maraichères (légumes de plein champ : courge, pomme de terre, navet, carotte, etc.), des pré-vergers et des forêts-jardins (forêt plantée d’espèces comestibles).

Lire le rapport sur le Bec Hellouin

Portrait François Léger. Unité de recherche SADAPT (Inra-AgroParisTech)

Il était important de produire des chiffres

« Les projets en maraîchage sur de très petites surfaces, avec des investissements limités, mettant en œuvre des pratiques agroécologiques, en circuits courts, se multiplient depuis quelques années. Produire des chiffres sur ce type de système est important dès lors qu'ils n'étaient pas disponibles jusqu’à présent. Néanmoins, il ne faut pas oublier que ces chiffres ont été obtenus à partir de données recueillies sur une seule ferme tout à fait singulière. Il n'est guère envisageable d'atteindre dès l'installation le niveau d'efficacité productive de la ferme du Bec Hellouin. Les chiffres doivent donc être pris avec précaution. Ce sont les pistes sur les conditions de la viabilité identifiées dans cette étude pluriannuelle qui sont intéressantes, autant, voire plus, que ces chiffres », souligne François Léger.

Couverture du livre : Permaculture, de Perrine et Charles Hervé-Gruyer. 2014. Ed Acte Sud.

Pour en savoir plus

« La ferme du Bec Hellouin est conçue comme un tableau. Notre but est poétique, esthétique […] Donner le primat à la beauté nous semble une évidence. La beauté est une nourriture aussi essentielle que le pain ». De leurs expériences de navigateur, de juriste international, de leurs voyages, jusqu’au métier de paysan, les fondateurs de la ferme, Charles et Perrine Hervé-Gruyer, racontent leur parcours et la construction progressive d’une ferme luxuriante, comme le creuset d’inspirations venant du monde entier.

"Permaculture, guérir la terre, nourrir les hommes", de Perrine et Charles Hervé-Gruyer. 2014. Editions Actes Sud.

Pascale MollierRédactrice

Contacts

François Léger Pilote scientifiqueSciences pour l'Action et le Développement

Le centre

Les départements

ECO-SOCIO
TERRA

En savoir plus

Agroécologie

Des visions d’avenir sur la filière agrumicole corse

Une étude prospective sur l’avenir de la filière agrumicole corse a été pilotée par le centre Inra de Corse avec l’appui de la DEPE(1). Cinq scénarios ont permis de donner corps à différentes visions d’avenir avec leurs opportunités et leurs risques à l’horizon 2040. Convertis en films d’animation de 2 minutes, ils permettent aux différents acteurs de mieux s’emparer des hypothèses et choix possibles pour le futur.

13 décembre 2019

Bioéconomie

3 questions à une jeune pousse : GreenTropism

Analyser nos déchets pour mieux les recycler, suivre l’état de maturation du compost, connaître la composition de nos aliments, identifier des textiles, des plastiques… tout ça grâce à… la lumière ? Telle est la force de la spectroscopie alliée à l’intelligence artificielle, une combinaison de technologies qui permet d’analyser la composition de la matière. GreenTropism, jeune startup née dans l’esprit d’un ancien doctorant d’Irstea (devenu INRAE le 1er janvier 2020 après la fusion avec l’Inra), décuple les performances de cette technologie grâce à ses logiciels et solutions basées sur l’intelligence artificielle. Rencontre avec Anthony Boulanger, fondateur de la jeune pousse prometteuse.

12 décembre 2019

Agroécologie

Une réflexion prospective interdisciplinaire pour l’agroécologie

En 2017, l’agroécologie était choisie par l’Inra, dans le cadre de sa stratégie à horizon 2025, comme l’un des quatre chantiers de prospective interdisciplinaires destinés à identifier les fronts de recherche en réponse à de grands défis sociétaux. En avril 2019, l’institut livre le rapport de synthèse issu de cette réflexion qui a prolongé et élargi un premier chantier lancé en 2011 pour faire émerger l’agroécologie en tant que discipline scientifique.

26 décembre 2019