Agroécologie 2 min

Etude ASIRPA : le bien-être des animaux d'élevage

Ces recherches se sont traduites par des impacts conséquents sur l'ensemble de la filière animale, soit sous forme de nouvelles réglementations, aux niveaux national et européen, soit par l'adoption de nouveaux équipements et pratiques, sur l’ensemble de la période d’élevage des animaux.

Publié le 06 juillet 2022

illustration Etude ASIRPA : le bien-être des animaux d'élevage
© INRAE

Trente années de recherche dédiées à l'amélioration du bien-être animal en élevage.
A la fin des années 80, le bien-être animal était peu pris en compte tant dans les élevages que dans la recherche, du moins en France, qui était en retard par rapport aux autres pays européens et avait peu d'influence dans ce domaine au niveau international.
Progressivement, les chercheurs ont réalisé des études approfondies sur le bien-être animal prenant en compte à la fois les performances animales et les préoccupations sociétales, faisant souvent face aux doutes des parties prenantes sur l’intérêt et la pertinence de tels travaux.
Ils ont contribué à concevoir des méthodes d'évaluation du bien-être dans les élevages ou à l'abattage et de nouvelles pratiques pour améliorer le bien-être animal. Cette recherche a sensibilisé de nombreux acteurs sur la nécessité et les bénéfices potentiels de la prise en compte du bien-être animal en élevage.

→ Voir le rapport ASIRPA :   https://www6.inrae.fr/asirpa/Les-60-cas-etudies/Etudes-de-cas/Elevage/Bien-etre-des-animaux-d-elevage

Voir aussi

Les lauriers d'INRAE 2021, prix collectif impact de la recherche : https://www.inrae.fr/actualites/bien-etre-animal-valeur-cardinale

Département Phase rédaction

Les centres

Le département

En savoir plus

Agroécologie

MOOC Bien-être des animaux d'élevage

Ce MOOC a été conçu par une équipe pédagogique regroupant des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des vétérinaires spécialistes du bien-être des animaux d’élevage. Il est structuré en trois modules : "comprendre" qui pose les bases théoriques, "évaluer" qui propose des éléments utilisables sur le terrain, et "améliorer" qui présente quelques solutions.

01 décembre 2019

La science au service de l’amélioration génétique des ruminants

COMMUNIQUE DE PRESSE - Philippe Mauguin, Président directeur général de l’Inra et Michel Cetre, Président de l’union de Coopératives agricoles ALLICE (sélection génétique et reproduction des ruminants) et de la SAS APIS-GENE (financement et valorisation de la recherche) ont renouvelé leur engagement par la signature de deux accords-cadre le jeudi 25 juillet 2019 autour d’un objectif commun : adapter l’élevage français aux multiples défis qu’il doit relever.

Alimentation, santé globale

Le remplacement du bisphénol A par le bisphénol S conduit à augmenter l’exposition à une substance hormonalement active

COMMUNIQUE DE PRESSE - Publiée le 17 juillet 2019 dans Environmental Health Perspectives, l’étude menée par l’équipe Gestation et perturbateurs endocriniens de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (ENVT) et du laboratoire Toxalim (ENVT/Inra/Toulouse INP Purpan/UT3 Paul Sabatier), en collaboration avec les Universités de Montréal et de Londres a montré chez l’animal que le bisphénol S (BPS) persiste plus longtemps dans l’organisme et à des concentrations beaucoup plus élevées que le bisphénol A (BPA). En raison des propriétés oestrogéno-mimétiques du BPS comparables à celles du BPA, le remplacement du BPA par le BPS conduit ainsi à multiplier par environ 250, les concentrations dans le sang d’une substance hormonalement active. Ce résultat montre que l’évaluation de l’exposition est critique pour la recherche d’alternatives à des substances préoccupantes et pourrait permettre d’éviter une substitution regrettable.

12 décembre 2019