Coup de projecteur sur les éclairages de fêtes

L'éclairage public déployé à l'intérieur et à l'extérieur des villes, très généralement en bordures des voiries et places, est nécessaires à la sécurité ou au confort des êtres humains. Mais c’est une source de pollution lumineuse, notamment pour les espèces nocturnes. Quand est-il des éclairages festifs, qui s’ajoutent à ceux présents tout au long de l’année ?

Publié le 24 novembre 2021

illustration Coup de projecteur sur les éclairages de fêtes
© Pixabay

C’est à partir de mi-novembre, jusqu’à début janvier, que « l’esprit de Noël » s’invite dans nos rues. Sapins et guirlandes décorent les façades et les rues, le plus souvent agrémentés d’éclairages lumineux. Si ces ornements éphémères ravissent les yeux des humains, la faune et la flore eux sont moins à la fête…

La pollution lumineuse classique perturbe déjà le fonctionnement de la faune et la flore dans leur période de repos, et, pour les espèces nocturnes, dans leurs activités de nourrissage, de reproduction et en fragmentant leurs habitats naturels. Ces éclairages festifs génèrent une pollution lumineuse supplémentaire, avec notamment des éclairages LED puissants. Ils sont le plus souvent dans les blancs-bleus, les couleurs les plus néfastes pour la biodiversité car elles perturbent les cycles biologiques des espèces, tout comme l’exposition de l’homme aux écrans LED perturbe la production d’hormone du sommeil chez l’homme. S’y ajoute le clignotement de certains éclairages, qui peuvent également perturber la faune. Heureusement pour ces habitants nocturnes, l’hiver est une période où ils sont moins actifs : une partie hiberne (chiroptères, hérissons...), et peu d'insectes sont en activité en décembre-janvier.

Bien sûr, un éclairage festif n'est pas à interdire, mais comme toute activité humaine ayant un impact sur la biodiversité, il doit être raisonné. D'autant plus que les consommations d'énergie de ces éclairages peuvent être importants, et aller à l'encontre des politiques de sobriété énergétique et de dépenses publiques. D’ailleurs nos scientifiques font des travaux pour améliorer les données, outils et méthodes de caractérisation de cette pollution lumineuse et des trames noires, les continuités écologiques favorables aux espèces ayant besoin d’obscurité pour se déplacer. Dans l'idéal, il conviendrait de pouvoir éteindre ces illuminations au cœur de la nuit 0h00-5h00, lorsque la majorité de la population dort... et n'en profite pas ! 

Communication

Contact scientifique

Jennifer Amsallem ChercheurUMR TETIS : Territoires, Environnement, Télédétection et Informations Spatiales

Le centre

Le département

En savoir plus

Société et territoires

Pollution des rivières : une méthode de prédiction de la contamination des poissons à l’aide de crustacés

COMMUNIQUE DE PRESSE - La surveillance de la pollution chimique est un enjeu crucial pour préserver les écosystèmes aquatiques et la qualité des eaux. Le PFOS, un composé perfluoré très persistant dans l’environnement, fait partie des substances polluantes prioritaires au titre de la DCE – Directive Cadre sur l’Eau – et doit être surveillé dans les milieux aquatiques, en particulier chez les poissons. Suite au développement d’une méthodologie de surveillance des polluants dans les rivières s’appuyant sur les gammares, de petits crustacés sensibles aux changements de leur environnement, INRAE et l’OFB ont développé et testé une démarche utilisant ces crustacés pour prédire la contamination des poissons. L’étude de faisabilité*, publiée dans Environmental Sciences Europe, montre que la mesure de la concentration de PFOS chez des gammares encagés permet de prédire le dépassement de la norme de qualité environnementale pour ce composé.

13 octobre 2020

Alimentation, santé globale

Un vaccin contre la toxoplasmose pour les singes Saïmiris

Les Saïmiris, petits singes d’Amérique du Sud, sont particulièrement sensibles à la toxoplasmose, une infection parasitaire due au protozoaire Toxoplasma gondii. Une campagne de vaccination de Saïmiris a débuté en septembre 2017 dans cinq parcs zoologiques français. Le vaccin contre T. gondii a été développé par l’équipe BioMédicaments Anti Parasitaires (BioMAP) de l'unité mixte de recherche Infectiologie et santé publique (UMR ISP, Inra-Université de Tours), en collaboration avec la société Vaxinano.

19 décembre 2019

Bioéconomie

Isoler nos habitats grâce aux déchets agricoles

Pour un habitat durable, une bonne isolation thermique est indispensable car elle permet de réduire la consommation énergétique. L’objectif, rappelé dans le volet 2 de la loi sur la transition énergétique, est de rénover 400 000 bâtiments par an d’ici 2020. Pour relever ce défi, l’une des solutions est d’utiliser des biomatériaux isolants issus de déchets de l’agriculture. Parmi les sous-produits agricoles, le tournesol pourrait être un bon candidat.

17 décembre 2019