Société et territoires 2 min

Pollution des rivières : une méthode de prédiction de la contamination des poissons à l’aide de crustacés

COMMUNIQUE DE PRESSE - La surveillance de la pollution chimique est un enjeu crucial pour préserver les écosystèmes aquatiques et la qualité des eaux. Le PFOS, un composé perfluoré très persistant dans l’environnement, fait partie des substances polluantes prioritaires au titre de la DCE – Directive Cadre sur l’Eau – et doit être surveillé dans les milieux aquatiques, en particulier chez les poissons. Suite au développement d’une méthodologie de surveillance des polluants dans les rivières s’appuyant sur les gammares, de petits crustacés sensibles aux changements de leur environnement, INRAE et l’OFB ont développé et testé une démarche utilisant ces crustacés pour prédire la contamination des poissons. L’étude de faisabilité*, publiée dans Environmental Sciences Europe, montre que la mesure de la concentration de PFOS chez des gammares encagés permet de prédire le dépassement de la norme de qualité environnementale pour ce composé.

Publié le 13 octobre 2020

illustration  Pollution des rivières :  une méthode de prédiction de la contamination des poissons à l’aide de crustacés
© Pixabay

Les composés perfluorés sont des substances couramment utilisées dans les produits imperméabilisants pour les tissus et emballages alimentaires ou les mousses anti-incendie. Très persistants dans l’environnement, ils peuvent s’accumuler dans les organismes vivants, y compris les Hommes. L’un d’entre eux, le perfluorooctane sulfonate (PFOS), est très répandu dans les milieux aquatiques. Il fait partie de la liste européenne de substances polluantes prioritaires à surveiller dans les milieux aquatiques, avec une norme de qualité environnementale à respecter dans la chair des poissons, basée sur les risques pour les écosystèmes aquatiques et la santé humaine. Cependant, les Etats-Membres de l’Union Européenne sont confrontés à des difficultés méthodologiques pour la surveillance de ces substances prioritaires : la méthode la plus précise consiste à analyser directement les concentrations de polluants chez les poissons en les prélevant dans les milieux, mais cela présente un risque d’épuisement de la ressource et de déséquilibre des écosystèmes. Il est donc nécessaire d’avoir une méthode de surveillance alternative qui garantisse un niveau de protection équivalent pour les prédateurs supérieurs et l’Homme.

Les gammares sont de petites crevettes d’eau douce sensibles à la pollution et de très bons indicateurs de la qualité des eaux. Les chercheurs INRAE avaient déjà développé une méthode d’encagement des gammares permettant de surveiller de nombreux polluants dans les cours d’eau. L’idée de la présente étude était d’utiliser cette méthode pour mesurer le PFOS chez des gammares encagés disposés dans les rivières pour prédire les concentrations dans les poissons. Ils ont donc mesuré les concentrations de PFOS chez ces gammares exposés durant trois semaines dans 15 rivières françaises sur trois périodes différentes. A partir de ces analyses, ils ont utilisé différents facteurs d’amplification trophique** pour prédire, par modélisation, les concentrations de PFOS dans les poissons ; ils ont ensuite comparé ces résultats à des mesures réalisées sur des poissons prélevés sur les sites étudiés et vérifié si les dépassements des normes de qualité environnementale étaient correctement prédits.

Les résultats montrent que le dépassement de la norme de qualité environnementale pour le PFOS a été correctement prédit sur 13 des 15 sites étudiés. Ainsi, même si des études complémentaires sur un plus grand nombre de sites avec des gradients de PFOS variés sont nécessaires, la démarche proposée est prometteuse, au moins dans le cas du PFOS.

 

* Cette étude est issue des travaux du réseau de surveillance prospective (RSP) associant l'Office Français de la Biodiversité  et plusieurs établissements (INRAE, INERIS, IFREMER, Aquaref ...) pour soutenir les développements méthodologiques nécessaires à la mise en œuvre des textes européens (directive cadre pour l'eau et textes dérivés) pour la surveillance de l'environnement aquatique.

** Facteur qui traduit l'augmentation de concentration d'un polluant au sein d'organismes du bas vers le haut de la chaîne alimentaire.

 

Référence

Marc Babut, Benoit J. D. Ferrari, Patrick Jame, Azziz Assoumani, François Lestremau, Nicolas Hette-Tronquart, Cécile Miege & Olivier Perceval, Monitoring priority substances in biota under the Water Framework Directive: how effective is a tiered approach based on caged invertebrates? A proof-of-concept study targeting PFOS in French rivers. Environmental Sciences Europe 32, 131 (2020). https://doi.org/10.1186/s12302-020-00416-4

 

En savoir plus

Alimentation, santé globale

3 questions à une jeune pousse : Biomae

Mesurer la contamination, évaluer la toxicité des micropolluants… la surveillance de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques en France s’appuie désormais sur des bioessais développés par la start-up Biomae dans les laboratoires Irstea, devenu aujourd’hui INRAE. Une réussite qui doit beaucoup à un petit crustacé d’eau douce, le Gammare. Rencontre avec Guillaume Jubeaux, co-dirigeant de Biomae.

29 juin 2020

Société et territoires

«Terre en jeu» : un jeu de rôle pédagogique autour du foncier agricole

Pour rendre accessible à tous les résultats de ses recherches sur la préservation du foncier agricole périurbain conduites dans le cadre du projet ANR JASMINN, Camille Clément (post-doctorante à l’UMR Innovation du centre INRAE Occitanie-Montpellier) a créé un jeu de rôle, permettant de réfléchir tout en s’amusant à la question de l’accès aux terres agricoles. Elle nous explique dans cet article les origines de ce jeu, la façon d’y jouer et ce qu’il peut apporter à la fois aux joueurs mais aussi à la recherche.

29 janvier 2018

Société et territoires

TATA-BOX : une boîte à outils pour accompagner la transition agro-écologique

TATA-BOX est un projet de recherche de 4 ans, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Arrivé à son terme fin 2017, il a développé des méthodes et outils permettant aux acteurs locaux de concevoir une transition agroécologique à l’échelle locale. Pour retranscrire les étapes-clé du dispositif, un support original a été choisi : la bande-dessinée.

27 décembre 2019