Bioéconomie 4 min

Les co-produits agricoles, des sources de molécules d’intérêt

La valorisation des déchets agricoles est un élément essentiel d'une production végétale et alimentaire durable. Elle vise à réduire l'impact écologique négatif des déchets et à dégager des avantages économiques par la production de produits à valeur ajoutée. Les parties non-consommables des plantes telles que pelures, peaux, coques, enveloppes, gousses, noyaux, tiges, les feuilles, marc… représentent des matières premières secondaires facilement disponibles pour la production d'énergie, de matériaux et de produits chimiques, ou comme sources nouvelles et non conventionnelles d'ingrédients fonctionnels. Les coques de noix et gousses de petits pois contiennent notamment des oligosaccharides à activité biologique.

Publié le 02 juillet 2021

illustration Les co-produits agricoles, des sources de molécules d’intérêt
© Jean Weber

L'objectif de l'étude était d'évaluer les coques de noix et les gousses de petits pois en tant que sources pour la production de xylooligosaccharides (XOS). Les XOS sont reconnus comme ayant une activité prébiotique1. Ce sont en effet des oligosaccharides non digestibles qui sont sélectivement métabolisés par une partie du microbiote humain, dont les bénéfices pour la santé découlent de la production d'acides gras à chaîne courte et de la stimulation de souches probiotiques, telles que les bifidobactéries.

Les conditions d’extraction des xylanes (un biopolymère de la famille des glucides essentiellement composé de xylose) ont été mises au point pour ces deux sources en combinant différents paramètres de délignification et d'extraction alcaline. Les xylanes obtenus ont été hydrolysés en oligosaccharides par une enzyme spécifique. Du xylobiose et xylotriose ont été obtenus en utilisant une faible concentration d'enzyme et avec un taux de conversion jusqu’à 70% du xylane extrait.

Les activités prébiotiques des XOS issus de coques de noix ou de gousses de petits pois nécessitent des recherches supplémentaires. En particulier, les conditions d’hydrolyse devront être choisies pour optimiser leurs propriétés.

Partenaires : cette étude a été menée par l’unité Biopolymères Interactions Assemblages (BIA), en collaboration avec le département Food Engineering de l’Université de Zagreb (Croatie).

Financeurs : ce travail a été soutenu par la Croatian Science Foundation à travers le projet SPECH-LRM (9158) et une bourse du gouvernement français a financé le séjour de 9 mois à Nantes d’A Vojvodić Cebin (Univ de Zabgreb).

Publication associée : Vojvodić Cebin A., Ralet M.-C., Vigouroux J., Karača S., Martinić A., Komes D., Bonnin E., 2021. Valorisation of walnut shell and pea pods as novel sources for the production of xylooligosaccharides. Carbohydrate Polymers, 263, 117932. https://doi.org/10.1016/j.carbpol.2021.117932

 1 Les prébiotiques sont définis comme des ingrédients alimentaires non-digestibles qui ont un effet bénéfique sur l’hôte en stimulant sélectivement la croissance et/ou l’activité d’une ou d’un nombre limité d’espèces bactériennes déjà présentes dans le côlon et, de ce fait, capables d’améliorer la santé de l’hôte. Si les plus connus sont les fructanes (l’inuline et ses dérivés les fructooligosaccharides ou FOS) et les galactooligosaccharides (GOS), il existe une multitude de molécules considérées comme prébiotiques potentiels : des xylooligosaccharides (XOS), des oligosaccharides de soja (SOS), de l’amidon résistant à la digestion...

 

Contacts

Estelle Bonnin Unité BIA - Biopolymères Interactions Assemblages

Le centre

Le département

En savoir plus

Bioéconomie

Transformer les peaux de tomate ou de pomme en nouveaux matériaux biodégradables

1,5 millions de tonnes de déchets de tomates sont produits chaque année par les industries de transformation de la tomate. Ces déchets représentent une source potentielle de molécules originales.
Une équipe de l’unité INRAE Biopolymères Interactions Assemblage (BIA), à Nantes, propose des solutions pour créer de nouveaux matériaux tels que des élastomères (caoutchouc) biodégradables et recyclables, ou des solutions de biocontrôle pour aider les plantes à mieux se défendre. Présentation des recherches de l'équipe lors du salon de l'agriculture 2020.

24 février 2020