Bioéconomie 10 min

Transformer les peaux de tomate ou de pomme en nouveaux matériaux biodégradables

1,5 millions de tonnes de déchets de tomates sont produits chaque année par les industries de transformation de la tomate. Ces déchets représentent une source potentielle de molécules originales.
Une équipe de l’unité INRAE Biopolymères Interactions Assemblage (BIA), à Nantes, propose des solutions pour créer de nouveaux matériaux tels que des élastomères (caoutchouc) biodégradables et recyclables, ou des solutions de biocontrôle pour aider les plantes à mieux se défendre. Présentation des recherches de l'équipe lors du salon de l'agriculture 2020.

Publié le 24 février 2020

illustration Transformer les peaux de tomate ou de pomme en nouveaux matériaux biodégradables
© INRAE

Cuticule

La cuticule est un composite naturel recouvrant et protégeant tous les organes aériens des plantes (fruits, graines, feuilles, fleurs, etc .). Elle est composée d’un polyester, la cutine, de cires et de polysaccharides. La cuticule contrôle aussi bien les interactions entre la plante et son environnement (résistance aux stress biotiques et abiotiques) que le développement des organes végétaux (différentiation, croissance). Elle joue également un rôle déterminant sur la qualité (texture des fruits et des grains, conservation post-récolte, rétention des polluants et xénobiotiques) et la transformation industrielle (mouture et maltage des grains, pressage des fruits) des produits végétaux. Dans ce contexte que l’équipe de recherche s’intéresse à la structure et à la formation de la cuticule en relation avec la valeur d’usage des fruits charnus et des grains de céréales.

Création de nouveaux matériaux à partir de déchets végétaux

Lors du Salon International de l’Agriculture (du 22 février ou 1 mars 2020), l’équipe Edifices Lipoprotéiques et Protéo-Saccharidiques (ELIPS) de l'unité BIA a présenté au public ses recherches sur la structure et la formation des assises cuticulaires dans la transformation des matières premières végétales, avec notamment les différentes étapes de fractionnement des peaux de tomates ou de pommes. Ces études permettent de faire de ces déchets une source de molécule naturelles originales naturelles valorisable pour leur fonction biologique ou pour faire des nouveaux matériaux (en savoir plus : Vidéo des recherches de l'équipe).

Présentation de Bénédicte Bakan, au salon de l'agriculture, sur les recherches menées à l'unité Biopolymeres Interactions Assemblage pour obtenir des nouveaux matériaux (type elastomers) ou des produits de biocontrôle :

Présentation de Nicolas Reynoud, doctorant à l'unité Biopolymeres Interactions Assemblages les recherches qu'il mène au sein de l'unité sur la  peau des fruits, une interface entre la plante et son environnement. Son travail de these consiste notamment à déterminer la structure de la cuticule et de comprendre, au niveau de la cutine, quels sont les acteurs, quels sont leurs structures et leurs assemblages.

Présentation d'Anne-Lyse Panheleux, technicienne de recherche. Concernant la thématique sur la valorisation des déchets végétaux (notamment peaux de tomates et de pommes) au sein de l'équipe Edifices Lipoprotéiques et Protéo-Saccharidiques de l'unité BIA, son rôle est d'analyser les monomères (molécules) pour pouvoir les identifier.

 

_____________________________________

En savoir plus sur les recherches menée par l'unité Biopolymères Interactions Assemblages (BIA)

Mission et objectifs
L’unité oriente son projet de recherche vers la transformation durable des ressources agricoles et de la biomasse végétale. Il s’agit d’intégrer l'ensemble de la chaîne de transformation de ces ressources depuis leur construction jusqu’à leur déconstruction lors de leur utilisation finale.

L’objectif scientifique global de l’unité est de mieux comprendre les phases de construction et de déconstruction des assemblages de biopolyè̀res (proé́ines, polysaccharides) et biomolécules (lipides, composés phénoliques) dans les organes végétaux, les aliments formulés et les matériaux bio-sourcés, pour améliorer la qualité et les fonctionnalités des agro-ressources natives (graines (blé́), fruits charnus (tomate, pomme)) et développer de nouvelles fonctionnalités à travers leurs transformations (mousses liquides, solides alvéolaires, émulsions, gels, films, particules...) alimentaires ou non alimentaires, dans un contexte de durabilité́.

Pour atteindre cet objectif 3 priorités scientifiques sont identifiées :

  1. Maîtriser la qualité des productions végétales pour répondre aux diffé́rents usages dans un contexte d’agriculture durable ;
  2. Améliorer et développer des aliments formulés sains et durables pour des fonctionnalités ciblées comprenant les effets santé (allergie, produits d’oxydation, additifs)
  3. 3. Concevoir des matériaux biosourcés composites dans une perspective de valorisation de la biomasse.

 

Contacts

Bénédicte Bakan Chargée de rechercheBiopolymères Interactions Assemblages

Le centre

En savoir plus

Bioéconomie

Le pari d'une valorisation des biodéchets urbains en circuit court

Avec l’accroissement de la population des villes, la gestion des déchets urbains devient un enjeu crucial pour les acteurs du territoire. Á travers le projet européen Decisive, INRAE et ses partenaires dessinent un mode de gestion innovant, fondé sur une valorisation de proximité, inscrite dans un processus d’économie circulaire. Trois ans après le lancement de Decisive, le premier site de démonstration entre en fonction à coté de Lyon et a été présenté au public le 14 novembre. L’occasion de faire le point sur ce projet prometteur et ses avancées, avec Anne Trémier, ingénieure de recherche à INRAE et coordinatrice du projet.

19 décembre 2019

Agroécologie

Cécile Détang-Dessendre : la diversité des agricultures

L’agriculture française est restée l’une des plus diverses d’Europe, même après le mouvement de standardisation et d’intensification de l’après-guerre. Il faut maintenant tirer parti de cette diversité pour aller vers des systèmes plus durables sur les plans environnementaux, économiques et sociaux. Interview de Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe Agriculture d'INRAE.

19 décembre 2019