Nos recherches

Pour l’innovation en bioéconomie

Objectif ? un changement systémique dans les modes de production et de consommation

La bioéconomie, c’est-à-dire l’économie des bio-ressources (animaux, plantes, micro-organismes et dérivés de la biomasse dont les déchets organiques), contribue à atténuer les effets du changement climatique tout en assurant la sécurité alimentaire, énergétique et le bien-être des populations. A Toulouse, ce champ de recherche en biotechnologies industrielles, de la biologie de synthèse jusqu’aux bioprocédés, recouvre un continuum recherche-formation-transfert pour l’innovation reconnu au niveau mondial. Pour aller plus loin, le lien avec l’agronomie ainsi que le développement de recherches interdisciplinaires incluant les sciences humaines et sociales, l’économie, la gestion et les sciences politiques permettront de s’engager pleinement dans la construction de réponses innovantes aux enjeux du développement durable.

Vers les transitions agroécologiques

Objectif ? une transition vers des systèmes alimentaires durables

L’accompagnement des transitions agroécologiques dans les territoires agricoles et forestiers est un besoin impérieux pour relever les défis majeurs de l’agriculture et de l’alimentation. Les recherches s’appuient sur l’originalité et la complémentarité des approches développées en agronomie, écologie, biotechnologie et sciences humaines et sociales. La conception de systèmes innovants, l’apport du numérique et de la télédétection, ou encore les processus de co-construction type living-labs sont autant de voies permettant de lever des verrous scientifiques pour l’étude des transitions. Cet axe mobilise une partie importante des forces du centre dans une dynamique locale riche de partenaires académiques et socio-économiques.

Les approches "One health"

Objectif ? développer des approches intégrant santé humaine, santé animale et santé environnementale

La pandémie de la COVID-19 révèle que l’intégration des approches promues par le concept de One health doit être amplifiée. Pour contribuer à relever ce défi, le site toulousain bénéficie d’un potentiel unique pour coupler les recherches sur la production agricole, animale et végétale, à la fois dans l’optique de la réduction des risques sanitaires (maladies émergentes, antibiorésistances, risques infectieux connus) et pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Le développement de nouveaux champs scientifiques aux interfaces entre faune sauvage, animaux domestiques et humains est l’un des enjeux majeurs portés par le centre. Ces champs scientifiques permettent d’apporter une contribution très originale aux approches One health en les couplant avec l’analyse de l’exposome, empreinte des expositions biotiques et abiotiques au cours d’une vie.